Fatigue: et si c’étaient les hormones?

Dernière mise à jour 27/10/21 | Article
PS42_fatigue_hormones
Les hormones sont indispensables au fonctionnement de notre corps. Une déficience ou un excès dans leur production suffit à provoquer nombre de troubles qui s’accompagnent d’une grande fatigue.

Claqué, épuisé, vanné… Les causes d’une fatigue inexpliquée peuvent être nombreuses. Parmi elles, la piste hormonale. Un déficit engendre diverses maladies dont certaines provoquent une grande fatigue. Regardons-y de plus près.

L’hypothyroïdie

Les hormones thyroïdiennes, sécrétées par la glande thyroïde, contrôlent l’état énergétique de l’organisme, sa chaleur et l’utilisation des sucres, graisses et protéines apportés par l’alimentation. Elles agissent aussi sur les muscles, le cœur, le tube digestif, les cheveux, etc. et participent à la croissance.

L’hypothyroïdie se caractérise par une production insuffisante d’hormones thyroïdiennes, dont les principales sont la triiodothyronine (T3) et la thyroxine (T4). On estime qu’elle touche entre 1 et 5 % de la population, particulièrement les femmes, qui sont cinq à dix fois plus affectées que les hommes. Dans de nombreux cas, l’hypothyroïdie a une origine auto-immune: le système immunitaire se trompe de cible et, prenant la glande thyroïde pour un corps étranger à l’organisme, l’agresse. Il peut alors l’enflammer, provoquant une thyroïdite, ou s’attaquer progressivement à elle, déclenchant une thyroïdite chronique lymphocytaire ou maladie de Hashimoto. La production d’hormones peut aussi être bloquée par des médicaments (le lithium, l’amiodarone, des traitements contre l’hyperthyroïdie). La déficience hormonale peut encore être la conséquence d’un dysfonctionnement de deux structures cérébrales, l’hypophyse et l’hypothalamus, la première régulant le fonctionnement de la thyroïde sous le contrôle du second. Dans de rares cas, elle peut résulter d’une malformation congénitale (absence de thyroïde).

L’insuffisance thyroïdienne rend la peau sèche, les ongles fragiles et les cheveux cassants. Elle s’accompagne aussi souvent d’une prise de poids, d’une tendance à la constipation et d’une frilosité accrue. Mais surtout, elle provoque une intense fatigue. Celle-ci disparaît quand on substitue les hormones manquantes par des médicaments. Le traitement est facile à administrer et il est bien toléré, mais doit être pris le plus souvent à vie.

L’hypocorticisme

Le cortisol – l’un des deux glucocorticoïdes naturels avec la cortisone, dont il est le dérivé – a pour fonction d’augmenter le taux de sucre dans le sang, d’inhiber certaines réponses du système immunitaire, de réguler le métabolisme des graisses, des protéines et des glucides, et de participer au contrôle du cycle circadien, qui règle l’alternance veille/sommeil. Il est secrété par les glandes surrénales qui, lorsqu’elles sont défaillantes, provoquent un hypocortisolisme, qui provoque une intense fatigue. Le déficit en cortisol entraîne également souvent une perte de poids et parfois des vertiges, quand on se lève de sa chaise ou de son lit par exemple.

Le diabète

Maladie insidieuse, le diabète s’installe lentement et prend parfois plusieurs semaines ou plusieurs mois avant d’être diagnostiqué. Il peut occasionner de la fatigue, surtout au moment de la décompensation, c’est-à-dire quand la maladie s’aggrave brutalement.

À l’origine du diabète se trouve le dérèglement de plusieurs hormones, à commencer par l’insuline. Secrétée par les cellules bêta du pancréas, elle agit comme un signal qui incite les muscles, le foie et les tissus adipeux à absorber le glucose (le sucre) présent dans le sang pour le stocker ou l’utiliser sous forme d’énergie. Lorsqu’elle n’accomplit pas sa tâche correctement, le sucre s’accumule dans le sang, entraînant une hyperglycémie.

Le diabète de type 1, qui touche principalement les enfants, les adolescents et les jeunes adultes, a pour origine une maladie auto-immune. Il provient d’une destruction par le système immunitaire des cellules bêta du pancréas qui ne peuvent donc plus produire d’insuline. En revanche, chez les personnes atteintes d’un diabète de type 2, le pancréas continue à produire l’hormone. Mais dans certains cas, il n’en secrète pas suffisamment et, dans d’autres, l’organisme devient résistant à l’insuline, c’est-à-dire qu’il n’arrive plus à l’utiliser efficacement pour transformer le sucre présent dans le sang en énergie. Plusieurs classes de médicaments existent pour réguler le taux de sucre dans le sang et réduire ainsi le risque de développer des maladies cardiovasculaires liées au diabète.

Un déficit en hormones sexuelles

Chez les femmes, un déficit en hormones sexuelles peut provenir d’une insuffisance des glandes surrénaliennes qui, outre le cortisol, produisent avec les ovaires des hormones sexuelles et androgéniques comme la déhydroépiandrostérone-sulfate (DHEAS) et l’androstenedione. Lorsqu’un déficit survient chez les femmes jeunes, celui-ci perturbe le cycle menstruel et la fertilité. L’absence d’hormones androgéniques durant la période qui précède la ménopause peut avoir des impacts significatifs sur la qualité de vie et engendrer une fatigue excessive. Au moment de la ménopause, l’arrêt de la production d’œstrogènes et de progestérone provoque des bouffées de chaleur, une sécheresse vaginale, des douleurs articulaires, une prise de poids ou autres symptômes désagréables qui accentuent la sensation de fatigue.

Chez les hommes, la déficience en testostérone peut être due au vieillissement, à un traumatisme, ainsi qu’à une atteinte des testicules à la suite d’un accident ou d’une maladie auto-immune. C’est alors l’éreintement qui prédomine, souvent accompagné de troubles de la libido, d’une dysfonction érectile et d’une perte de la force musculaire.

Chez les représentants des deux sexes, un traitement apportant les hormones manquantes soulage les symptômes, y compris la fatigue.

___________________

Paru dans Planète Santé magazine N° 42 – Octobre 2021

Adapté de J’ai envie de comprendre… La fatigue, par Elisabeth Gordon et Gérard Waeber, Genève, Éd. Planète Santé, 2021.

A LIRE AUSSI

Environnement
savoir_enfant_vers

Comment savoir si mon enfant a des vers?

Rien que les imaginer fait grimacer. Pourtant, les vers intestinaux sont largement répandus dans la population....
Lire la suite
Fièvre
Sept éternelles questions sur la fièvre

Sept éternelles questions sur la fièvre

Frissons et sensations de chaleur, lequel d’entre nous n’a jamais connu les désagréments de la fièvre?...
Lire la suite
Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
fatigue_chronique_vraie_maladie

La fatigue chronique, une vraie maladie?

Beaucoup de symptômes, pas de médicaments, une définition vague… le syndrome de fatigue chronique n’en reste pas moins un problème handicapant, moins rare qu’on ne le pense.
manque_sommeil_risque

Manque de sommeil: un risque pour la santé

Les nuits perturbées ne font pas que nous priver des nombreux effets bienfaiteurs du sommeil, elles ont aussi d’autres conséquences indésirables. Somnolence, dépression et obésité sont quelques-uns des maux qui guettent les mauvais dormeurs.
fatigue_oui_pourquoi

Fatigué(e), oui mais pourquoi?

Dans une société aussi trépidante et riche en sollicitations, on a tous des raisons d’être fatigués. Mais si ce sentiment s’installe et devient invalidant, il peut cacher autre chose. Une consultation médicale est parfois nécessaire.
Videos sur le meme sujet

Quand la fatigue devient chronique

Syndrome de fatigue chronique: un nom qui ne fait pas trop peur. A tort. Exténués, les malades ont des douleurs partout, comme s’ils avaient une grippe permanente. Caroline, Nella et Protazy racontent leur quotidien.

La fatigue des Lausannois

Un Lausannois sur cinq se dit fatigué.

Tout sur le manque de sommeil

Bastien Confino se penche sur le manque de sommeil et ses conséquences