Dis-moi où tu vis et je te dirai comment tu vas

Dernière mise à jour 07/10/20 | Vidéo
L’endroit où nous vivons influence notre santé bien plus que nous ne le croyons. Les facteurs de risque se regroupent dans certains quartiers bien précis. C’est ce que révèle la géomédecine, une nouvelle discipline qui élabore une santé publique de précision.

Le surpoids, l’hypertension ou les troubles du sommeil ne sont pas répartis au hasard dans une ville. Au contraire, ils se regroupent dans des quartiers bien précis. La géomédecine prouve que la responsabilité individuelle n’est pas tout. C’est aux politiques d’aménager des cadres de vie qui offrent à chaque citoyen les mêmes chances de rester en bonne santé. «Dans certains quartiers, on aura une présence accrue de la voiture et les gens vont directement penser à prendre leur voiture plutôt qu'à marcher. On a aussi la pollution sonore, qui peut venir des avions mais aussi du bruit routier. Et on a la pollution atmosphérique. On va finalement accumuler ces facteurs de risque ou ces comportements qui sont mauvais pour la santé», relève David De Ridder, qui travaille au laboratoire GIRAPH (Geographic Information Research and Analysis in Population Health).

Une émission 36.9 - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Fièvre

Pourquoi la fièvre augmente-t-elle le soir ?

La fièvre est une réaction naturelle de l'organisme pour lutter contre les infections.
Lire la suite
Piqûres d'insectes

Tout sur les punaises de lit

Huma Khamis vous emmène à la découverte de petites bêtes qui envahissent nos appartements.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Lieu de vie et santé: dis-moi où tu vis, je te dirai comment tu vas

Notre santé ne dépend pas seulement de la génétique et de notre mode de vie, mais aussi de l’endroit où nous habitons. Cette composante est de plus en plus souvent intégrée dans les mesures de promotion de la santé.
PMS_solastalgie_eco_anxiete

Quand les bouleversements climatiques impactent notre santé mentale

Hausse des températures, fonte des glaciers, intensification des sécheresses, élévation du niveau de la mer… le dernier rapport du GIEC* a de quoi miner le moral. Et c’est d’ailleurs ce qui arrive à bon nombre d’entre nous, concerné·e·s par ce que l’on surnomme désormais l’anxiété environnementale ou solastalgie, soit une réaction psychologique consécutive à la crise climatique.
Videos sur le meme sujet

Humains, animaux et écosystèmes pour une seule santé

La santé humaine et la santé animale sont interdépendantes. La pandémie de SARS-CoV-2 nous l'a rappelé en 2020.

Une nouvelle maladie due au changement climatique

Le réchauffement climatique serait à lʹorigine dʹune nouvelle pathologie rénale, selon deux médecins américains.

Exposition professionnelle aux pesticides: quels effets sur la santé? Quels enjeux?

Les effets à long terme sur la santé de l'exposition professionnelle aux pesticides sont difficiles à établir.