Prévenir les chutes et les accidents

Dernière mise à jour 31/01/18 | Article
chutes_accidents_hiver
On trébuche et on tombe à tout âge et en toutes saisons, mais la période hivernale reste la plus propice aux gamelles. Et les personnes âgées sont particulièrement concernées. Pourtant, quelques mesures simples permettraient d’éviter un grand nombre d’accidents.

Selon la Suva, les chutes de plain-pied (glissades, trébuchements, etc.) sont plus nombreuses en hiver que pendant le reste de l’année et occasionnent plus de blessés que les accidents de voiture. Les chiffres du Bureau de prévention des accidents (bpa) révèlent quant à eux que les blessures résultant de chutes de plain-pied survenant dans la vie quotidienne, c’est-à-dire sans compter les activités sportives, sont plus fréquentes chez les 65 ans et plus, suivis par les enfants entre 0 et 16 ans et les adultes entre 26 et 45 ans.

Les principaux facteurs de risque sont l’humidité, le verglas, des escaliers glissants, une mauvaise visibilité, le fait de marcher trop vite sur la neige ou le verglas, des chaussures inappropriées ou encore une attention insuffisante. Chef du service d’orthopédie et de traumatologie du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), le professeur Olivier Borens le confirme. «Il y a une relation directe entre le temps qu’il fait et les chutes. Lorsqu’il fait beau, les patients qui présentent des fractures sont essentiellement des jeunes qui sont tombés en pratiquant une activité sportive. À la saison froide, nous dénombrons dix fois plus de fractures, celles-ci touchant essentiellement des personnes âgées.» Chez ces dernières, les fractures concernent en premier lieu les poignets, la tête de l’humérus ainsi que le col du fémur. Pour un certain nombre de patients, une glissade peut même marquer la fin de l’indépendance. «C’est le petit accident qui fait qu’ils ne peuvent plus rester à la maison.» Selon les statistiques du bpa, le risque d’issue fatale est considérablement accru à partir de 81 ans.

Réserves alimentaires et crampons

Un grand nombre de chutes peuvent être évitées ou amoindries grâce à des mesures simples. Le Pr Borens recommande par exemple d’avoir chez soi des réserves de nourriture pour plus de deux ou trois jours ou de demander à un tiers de faire ses courses. «C’est rarement le premier jour de neige que les gens tombent, mais après quelques jours, lorsque le frigo est vide.» Les propriétaires de maisons devraient saler l’accès à leur domicile et ne pas négliger les escaliers, où se produisent un certain nombre d’accidents. En présence de neige ou de verglas, il est également recommandé de porter des chaussures adaptées à semelles crantées. Les dispositifs antidérapants offrent une sécurité supplémentaire. Ces «chaînes à neige pour chaussures», ou «spikes», sont tendues sur les semelles des chaussures et fixées à ces dernières. Ils peuvent prendre plusieurs formes telles que chaînes, crampons, spirales, pièces plates en céramique. Un dispositif permet également d’équiper les cannes de crampons.

Pour limiter les risques, il vaut mieux marcher sur les parties du trottoir ou de la chaussée déjà dégagées et prendre son temps. En effet, un certain nombre de glissades ont lieu lorsqu’on court pour attraper le bus. Il est également important de marcher en appuyant plus fortement sur les talons. Lorsque vous achetez des crampons, préférez donc un modèle muni de pointes à l’arrière.

Entretenir force et équilibre

Au-delà de la prudence et des moyens auxiliaires, la condition physique constitue un élément important pour réduire le risque de chutes et de glissades. Car un grand nombre d’entre elles sont dues à un manque de mouvement. La sédentarité impacte l’équilibre et la force musculaire qui, tous deux, commencent à diminuer progressivement dès l’âge de 30 ans. La pratique d’une activité physique régulière et ciblée (lire encadré) permet de ralentir ce processus naturel et de maintenir le système cardio-vasculaire et la musculature en bonne santé. Conserver un bon capital force et équilibre aussi longtemps que possible reste la meilleure des préventions et favorise une réadaptation plus rapide après un accident.

_______

Paru dans Planète Santé magazine N° 28 - Décembre 2017

A LIRE AUSSI

Problèmes de peau
Dermatologie: cinq problèmes de peau

Dermatologie: cinq problèmes de peau

La peau est notre plus grand organe. Elle représente 10% de la totalité de notre corps, ce qui équivaut...
Lire la suite
Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Douleurs musculaires
Douleurs au tendon d’Achille: quel traitement?

Douleurs au tendon d’Achille: quel traitement?

Une blessure au tendon d’Achille est un problème bien connu des sportifs, particulièrement des adeptes...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
froid_attention_gelures

Froid intense: attention aux gelures!

Les sports d’hiver exposent parfois à des risques de gelures. Nos conseils pour bien vous protéger.

Le froid qui fait mal aux doigts

La maladie de Raynaud se caractérise par une insensibilité et une douleur pénible aux doigts provoquées par le froid. Reconnaître ses symptômes est facile: les doigts deviennent blancs ivoires. Mais que faire en pratique? Nos réponses.
Comment on attrape un rhume

Comment on attrape un rhume

Le rhume est causé par un groupe de virus issus de différentes familles qu’on appelle les «virus respiratoires»: les rhinovirus (et leurs cousins les entérovirus), le virus respiratoire syncitial (RSV), les coronavirus, les virus parainfluenza, les adénovirus et les métapneumovirus. Le virus de la grippe engendre en général des symptômes plus sévères qu’un simple rhume. On estime que les rhinovirus sont à l’origine d’environ la moitié des épisodes de rhume.
Videos sur le meme sujet

Prise de risque: chercher ses limites

On voit de plus en plus de vidéos sur Youtube ou Facebook qui montrent des comportements à risque. Deux experts nous expliquent pourquoi les jeunes sont attirés par les risques et pourquoi ils ne pensent pas toujours aux conséquences de leurs actes. Ils donnent aussi des pistes pour éviter que ces comportements prennent de mauvaises tournures.

Cryothérapie et plongée en eau froide

De plus en plus de personnes s’immergent dans le froid pour en retirer des effets bénéfiques pour leur santé. Mais comment agresser son corps avec des températures aussi froides pourrait-il lui faire du bien?

Sécurité routière: que penser de Via Sicura?

Quelle est l'évolution de la sécurité routière en Suisse?