Crise émotionnelle: comment aider au mieux ceux qui en souffrent?

Dernière mise à jour 08/10/14 | Article
Crise émotionnelle: comment aider au mieux ceux qui en souffrent?
L’American Psychological Association (APA) vient de préciser les grandes lignes de la conduite à tenir face à cette urgence psychologique. Explications.

Qu’est-ce qu’une «crise émotionnelle»? C’est une entité qui peut prendre de multiples formes, allant de la crise dépressive à des troubles du comportement alimentaire, des excès d’alcool ou de produits psychotropes illicites, des automutilations ou des pensées suicidaires. Dans tous les cas, c’est une urgence psychologique, parfois vitale. Il est donc important de savoir reconnaître les premiers symptômes chez ceux qui nous entourent, proches ou moins proches.

Symptômes multiples

Un changement brutal dans le comportement est, la plupart du temps, le signe le plus précoce (ou du moins le plus visible) d’une «détresse émotionnelle». Ces changements de comportement peuvent prendre de multiples formes: négligence de l'hygiène personnelle, modifications radicales et dégradation des habitudes de sommeil, prise (ou perte) de poids brutale, changements inexpliqués dans l’humeur, plus grande irritabilité, crises de colère, d’angoisse ou de tristesse.

Ce peut être encore des baisses des performances physiques ou intellectuelles, un abandon progressif des activités et des relations de routine. Sous divers aspects, c’est l’installation d’une souffrance plus ou moins marquée, associée à une «asocialité». Généralement brusque, l’installation des symptômes peut aussi se faire dans la durée.

La mise au point de l’American Psychological Association (APA)1 rappelle, de manière utile, quelques principes de base pour gérer au mieux ce moment toujours délicat à traverser et à dépasser.

Intervenir au plus tôt

Que l’installation des symptômes soit rapide ou pas, il est toujours préférable d'intervenir au plus tôt. Différents modes d’intervention sont possibles. En résume, et de manière schématique, il convient:

 

  • de «prêter l'oreille» à ces changements;
  • de «tendre la main»;
  • de parler d'une manière positive sans porter de jugements;
  • de rester calme et faire preuve de plus d'«écoute» que de «conseils»;
  • d’apporter au mieux un soutien (toujours sans porter de jugements);
  • de s'en tenir autant que possible aux faits (et d’essayer de ne pas blâmer ou critiquer).

Aide du psychologue

Il est essentiel d’encourager la personne souffrante à rechercher l’aide d’un professionnel. Il faut trouver les moyens de faire comprendre que les psychologues (ou psychiatres) ont une formation qui leur permet de prendre en charge les problèmes émotionnels et comportementaux complexes.

Attention: c’est là une démarche qui peut être parfois très difficile et délicate. Les personnes suicidaires ne recherchent précisément pas le soutien de professionnels de l’écoute.

Urgence médicale

Face à une personne ayant des pensées suicidaires, l’APA rappelle plusieurs points essentiels:

  • la pensée suicidaire ne devient anormale, pathologique, que lorsque la personne perçoit dans le suicide la seule et unique solution aux problèmes qui l’assaillent;
  • les pensées suicidaires persistantes constituent une urgence médicale;
  • il ne faut jamais laisser seule une personne manifestement suicidaire.

Blocages émotionnels

Les signaux d’alerte de suicide restent cependant parfois très difficiles à percevoir pour les proches (comme, parfois, pour les médecins). De plus, les membres de la famille et les amis de la personne souffrante se retrouvent eux aussi dans une situation chargée d'émotion, avec de puissants blocages émotionnels. C’est pourquoi, au moindre doute, mieux vaut trouver les moyens (directs ou indirects) d’obtenir que la personne recherche (et trouve) rapidement l’aide d’un professionnel. Dans les cas manifestement les plus graves la contrainte peut s’imposer.

_________

1. Le résumé (en anglais) de la conduite à tenir selon l’AMA est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Fin de vie: «Ne pas tomber dans la lourdeur bureaucratique»

Fin de vie: «Ne pas tomber dans la lourdeur bureaucratique»

«L'assistance au suicide en EMS pose des questions déontologiques cruciales, notamment de savoir comment un médecin peut signer une ordonnance pour un produit qui va tuer le patient.»
Fin de vie: comment concilier la loi, l'éthique, et les droits de la personne?

Fin de vie: comment concilier la loi, l’éthique, et les droits de la personne?

La question de l’assistance au suicide a beaucoup occupé les professionnels de la santé et l’opinion publique ces derniers mois, avec d’une part un projet de loi très restrictif du Conseil fédéral (enterré depuis), et d’autre part la votation vaudoise du 17 juin 2012 sur l’initiative de l’association EXIT.
Maladies neurologiques: plus de risques de suicide

Maladies neurologiques: plus de risques de suicide

D’origine psychique, traumatique et même biologique, les conduites suicidaires résultent de la combinaison de plusieurs facteurs. Les troubles neurobiologiques et leurs conséquences favoriseraient notamment le passage à l’acte.
Videos sur le meme sujet

La violence conjugale: Elle est inacceptable!

La violence entre conjoints touchent majoritairement les femmes, mais aussi les hommes. Les caméras de L'antidote abordent le sujet avec Philip Jaffém psychologue et directeur de l'institut universitaire Kurt Bosch à Bramois.

Les T.O.C, la prison psychologique

L'ordre, la rigueur, le fait de vérifier si une tâche est bien accomplie, ces traits de caractère sont à priori plutôt considérés comme étant des qualités. Mais parfois ces qualités peuvent se transformer en handicap. Cette vidéo vous parle des T.O.C ou Troubles Obsessionnels Compulsifs.

Schizophrénie: Privilégier le lien social

La schizophrénie : en Suisse environ une personne sur cent connaitrait des troubles schizophréniques, c'est beaucoup et l'on a toujours de cette maladie une image caricaturale, parfois encore associée à la folie. Le point sur cette maladie avec l'antidote.
Maladies sur le meme sujet
Anxiété

Anxiété

L'anxiété est un sentiment de tension interne. Normale dans certaines situations, elle peut aussi révéler des maladies ou devenir gênante au quotidien.

Symptômes sur le meme sujet

Angoisse

Je suis angoissé(e)