Vivre en ville rendrait-il fou?

Dernière mise à jour 13/02/14 | Article
Vivre en ville rendrait-il fou?
Bien des citadins seraient tentés de répondre d'emblée par l'affirmative, tant ils sont excédés par le bruit, le climat parfois agressif et l'agitation permanente de la vie urbaine. Les médecins et les scientifiques sont toutefois plus nuancés, et espèrent clarifier cette question par le biais d’une grande étude.*

Cela fait plus de 70 ans que deux scientifiques américains ont signalé que les troubles mentaux semblaient plus fréquents dans les centres urbains. Mais les spécialistes sont encore démunis pour expliquer le phénomène. Seule certitude aujourd'hui: diverses psychoses, dont la schizophrénie, sont effectivement deux fois plus fréquentes en milieu urbain que dans les régions où la densité de population est faible. C'est pourquoi les médecins et les psychologues portent depuis quelques années un très grand intérêt sur ce sujet.

Il fallait tout d’abord vérifier si le fait de vivre en ville est en soi un facteur de risque, dans la mesure où les centres urbains sont aussi le lieu où se concentrent les populations précarisées, exposées de ce fait à diverses pathologies ou dérèglements, et qu'il pourrait en résulter un biais d'interprétation.

Des travaux scientifiques conduits de façon rigoureuse ont confirmé que les personnes ayant grandi en zone urbaine avaient un risque significativement plus élevé de développer une schizophrénie. Et cela même après avoir éliminé l'influence d'autres facteurs de risque connus, comme par exemple les conditions dans lesquelles s'est déroulée la naissance, ou les caractéristiques sociales et économiques environnantes.

L'enseignement danois

Or, si cette relation est avérée de façon solide pour la schizophrénie, elle semble s'appliquer également à l'ensemble des troubles psychotiques. Leur prévalence de 10% à 20% en milieu urbain est en effet sensiblement plus élevée que ce que l'on constate en milieu rural.

Mais quels sont alors les aspects de la vie en ville si spécifiquement liés à la survenue de manifestations psychotiques? Une étude menée par deux psychiatres danois sur une population de près de 2 millions d'individus offre déjà un premier éclairage intéressant. Elle a montré que le nombre d'années vécues en milieu urbain pendant l'enfance et l'adolescence (des périodes du développement concernées au premier chef par un début de schizophrénie) jouait un rôle important. Et cela même si le sujet n'était pas né en ville, mais qu'il ne s'y était établi que plus tard au cours de son enfance. Il y aurait donc ce que les scientifiques appellent une relation «dose-réponse», qui soutiendrait l'hypothèse d'un lien causal entre urbanicité et schizophrénie.

Resterait à expliquer ce lien et ses mécanismes, par-delà des processus neuro-biologiques qui doivent certainement intervenir mais qui ne sont pas encore très clairs.

Le stress de la vie urbaine

Trois pistes majeures sont proposées par les spécialistes.

Il se pourrait tout d'abord que la perturbation du développement prénatal soit en cause, à savoir un trouble du développement cérébral durant la gestation. Il faudrait mettre dans cette catégorie non seulement les complications à la naissance mais aussi les infections virales dont la mère aurait souffert durant sa grossesse. Deux situations qui seraient plus fréquentes en ville qu'à la campagne.

La deuxième piste est celle de l’influence du milieu urbain durant le développement. Un espace de vie plus restreint, ou un nombre de personnes par appartement plus élevé, pourrait générer une pression excessive. Même résultat pour le chômage ou les difficultés financières des parents. La vie en ville pourrait aussi amplifier les conséquences de troubles cognitifs observés parfois avant la survenue d'une schizophrénie, les enfants étant exposés à une quantité et une complexité d'informations bien plus grande qu'en milieu rural.

Enfin, le stress de la vie en ville (bruit, complexité des relations sociales, moindre cohésion de la collectivité) pourrait justement expliquer le fait que les troubles psychiques soient plus fréquents dans cet environnement. On sait en effet qu'une exposition chronique au stress conduit au dérèglement de la boucle de communication établie entre le cerveau et certaines glandes, que l'on nomme précisément «l'axe du stress». Un dérèglement qui serait lui aussi impliqué dans la survenue de la schizophrénie.

Un projet ambitieux

La question est donc éminemment complexe. Ce qui explique pourquoi le Département de psychiatrie du CHUV, la branche suisse de la Société internationale pour l'approche psychologique et sociale de la psychose et l'Institut de géographie de l'Université de Neuchâtel, ont décidé d'unir leurs forces dans un projet de recherche commun. Ce projet vise à explorer, chez des individus qui ont récemment développé une psychose, les aspects spécifiques au milieu urbain qui ont précipité l'émergence du trouble. Les trajectoires résidentielles de ces jeunes patients, tout comme la compréhension de la façon dont ils vivent leur exposition actuelle au milieu urbain, devraient fournir un nouvel éclairage sur la question. En combinaison d’ailleurs avec les données épidémiologiques classiques relatives à la vie de ces individus.

L'enjeu pour la société est immense, car l'intérêt d'un tel sujet va devenir de plus en plus important, à l'heure où la migration des populations vers les centres urbains ne cesse de s'accélérer, et de contribuer à la formation de mégapoles toujours plus nombreuses.

* Plusieurs équipes helvétiques participeraient à cette étude, si le financement qui a été requis au Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique est obtenu.

Référence

Adapté de «Densité urbaine et psychose – est-ce que vivre en ville rend schizophrène?» par Pr Philippe Conus, CHUV; Prs Ola Söderström et Sylvana Pedrozo, Université de Neuchâtel; Drs Dag Söderström et Solange Jungo, Branche suisse de l'International Society for the psychological and social approach to psychosis. In Revue Médicale Suisse 2013;9:1682-6, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
apnées_sommeil_recuperer_fatigue_coeur

L’apnée du sommeil empêche de récupérer et fatigue le cœur

Près d’un homme sur deux et une femme sur quatre, entre 40 et 85 ans, seraient atteints de ce syndrome en apparence anodin, mais qui peut affecter sérieusement la santé.
apports_hormones_thyroide

Les apports d’hormones ne sont pas efficaces à tous les coups

Une étude européenne dévoile que les personnes âgées, souvent atteintes d’une affection dite infraclinique, ne tirent pas forcément profit d’une supplémentation en hormones thyroïdiennes.
prevention_mode d'emploi

Prévention, mode d’emploi

L’idée de la prévention est, en fonction de l’âge, de repérer ce qui nous prédispose à une possible maladie. Puis, plus tard dans la vie, d'aller chercher les indices du développement éventuel de cette pathologie. Et, une fois qu’elle a pu être prise en charge et soignée, éviter qu’elle ne revienne. Les médecins parlent respectivement, pour ces trois étapes, de prévention primaire, secondaire et tertiaire. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un mode de vie sain permet d’éviter ou de retarder l’apparition des maladies non transmissibles (tels que cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires) dans plus de 50% des cas. Dans les faits, comment insuffler de la prévention dans sa vie? L’affaire est plus simple qu’il n’y paraît.
Videos sur le meme sujet

Les secrets de la mémoire: la mémoire traumatique et le "syndrome de stress post-traumatique"

Durant deux semaines, "CQFD" vous propose de plonger dans le monde fascinant de la mémoire.

Bruit, apnée, stress... le sommeil en danger !

Le bruit, la lumière, sont les stimulations externes qui maintiennent l'excitation des neurones, auxquelles s'ajoutent des stimulations internes comme la réflexion, la motivation ou le stress.

Stress post traumatique : quand le cœur des héros vacille

Le syndrome de stress post traumatique est une blessure psychique due à une confrontation directe avec la mort.