Schizophrénie: Privilégier le lien social

Dernière mise à jour 10/10/11 | Vidéo
La schizophrénie : en Suisse environ une personne sur cent connaitrait des troubles schizophréniques, c'est beaucoup et l'on a toujours de cette maladie une image caricaturale, parfois encore associée à la folie. Le point sur cette maladie avec l'antidote.

Bien que les hallucinations auditives et visuelles fassent souvent partie des symptômes ressentis, ce ne sont pas eux qui posent le plus de problèmes. Ce qui fait souffrir les malades c'est surtout le repli sur soi et l'incompréhension de l'entourage. Avec le Dr Georges Klein, médecin psychiatre, chef de service aux institutions psychiatriques du Valais romand.

A LIRE AUSSI

Borderline

Qu'est-ce qu'être borderline?

Borderline est un trouble qui définit la personnalité dans la façon d'interagir avec son environnement (professionnel, social, familial…).
Lire la suite
Anxiété et crise psychique

Santé psychique, tous vulnérables

On parle beaucoup de santé physique… mais qu’en est-il de notre santé mentale? Nous sommes tous susceptibles de développer un jour ou l’autre un épisode...
Lire la suite
Troubles obsessionnels compulsifs (TOC)

Les T.O.C, la prison psychologique

L'ordre, la rigueur, le fait de vérifier si une tâche est bien accomplie, ces traits de caractère sont à priori plutôt considérés comme étant des qualités....
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Prévenir très tôt les facteurs de risque

Prévenir très tôt les facteurs de risque

Des travaux sur des souris montrent que la vulnérabilité aux maladies psychiatriques peut se développer déjà au stade fœtal.
Schizophrénie: tout (ou presque) se joue avant 20 ans

Schizophrénie: tout (ou presque) se joue avant 20 ans

Psychose se manifestant le plus souvent à l’adolescence, la schizophrénie résulte de l’interaction entre des prédispositions génétiques et des traumatismes vécus au cours du développement cérébral. Mieux compris, les mécanismes en jeu inspirent de nouveaux traitements et invitent à une prise en charge plus précoce.
Vivre en ville rendrait-il fou?

Vivre en ville rendrait-il fou?

Bien des citadins seraient tentés de répondre d'emblée par l'affirmative, tant ils sont excédés par le bruit, le climat parfois agressif et l'agitation permanente de la vie urbaine. Les médecins et les scientifiques sont toutefois plus nuancés, et espèrent clarifier cette question par le biais d’une grande étude.*
Videos sur le meme sujet

Resynchroniser des neurones pour gommer la schizophrénie

La recherche fondamentale élucide un mécanisme cérébral impliqué dans la schizophrénie.

Op Art et neurosciences pour soigner des maladies mentales

Et si l’art permettait de soigner des maladies mentales comme la schizophrénie ?

Stimuler les émotions positives des personnes avec une schizophrénie

Anne Baecher présente le "Positive emotions program for schizophrénia" (PEPS), un programme qui a pour but de remuscler la motivation et les émotions positives et agréables chez des personnes souffrant de schizophrénie.