Visite à la "cerveauthèque"

Dernière mise à jour 30/09/11 | Article
Cerveua
Le laboratoire de psychopathologie morphologique du département de santé mentale et de psychiatrie des HUG est à la pointe du combat contre les maladies liées au vieillissement du cerveau.

Les maladies neurodégénératives, comme Alzheimer, touchent aujourd’hui à Genève quelque 5500 personnes. Dans les cas les plus graves, privés de leur mémoire, amputés de leur passé, ces patients vivent sans leur vie, le plus souvent en établissement médico-social.

Cerveauthèque 1

Une coupe de cerveau ultrafine montée sur une lame porte-objet prête à la coloration. Des préparations de ce type servent à confirmer des diagnostics et documenter la recherche médicale.


Aux HUG, la lutte contre les pathologies liées à l’âge constitue un axe important du plan stratégique 2010-2015. A la pointe dans ce combat : le laboratoire de psychopathologie morphologique. Centre d’excellence national en matière de diagnostic et de recherche post-mortem sur les pathologies neurodégénératives du cerveau, « il dispose d’un savoir-faire rare en Europe et dans le monde », relève le Pr Constantin Bouras, médecin-chef du service de neuropsychiatrie.

Une histoire séculaire

La collecte des données neuropathologiques a commencé au début du XXe siècle. La première coupe d’un cerveau malade date de 1901. C’est la page une d’une formidable bibliothèque qui compte aujourd’hui quelque 200 000 spécimens.

La bibliothèque du laboratoire de psychopathologie morphologique des HUG compte quelque 200 000 prélèvements

Les premières coupes datent du début du XXe siècle. Aujourd’hui, la bibliothèque du laboratoire de psychopathologie morphologique
des HUG compte quelque 200 000 prélèvements. Ces archives ont déjà produit de nombreuses découvertes neuropathologiques.

L’imagerie médicale n’est pas encore assez performante lorsqu’il s’agit de poser le diagnostic précis d’une maladie neurodégénérative. Il est donc nécessaire de procéder, à titre posthume, à une
analyse fine du tissu cérébral. « Notre activité comprend deux volets : la confirmation du diagnostic clinique et la recherche appliquée », reprend le Pr Bouras. « Pour le premier, nous confrontons les observations cliniques et les examens radiologiques aux analyses morphologiques des tissus cérébraux. Pour le second, il s’agit d’associer la quantité et la localisation de lésions spécifiques de certaines maladies avec les symptômes décrits du vivant du patient. » Ces travaux sont toujours effectués avec le consentement éclairé du patient ou de ses proches. Lorsqu’une personne décède et qu’une autopsie est requise, une double demande est adressée à la famille du défunt : l’une pour la confirmation de diagnostic, l’autre pour l’utilisation de l’organe à des fins de recherche scientifique et d’enseignement médical. 

La préparation des cerveaux

Une fois les autorisations obtenues, le minutieux travail de préparation du cerveau peut commencer. Le centre de décision du corps humain est un organe d’une prodigieuse complexité. Pour conserver intacte son incroyable structure cellulaire, un traitement de plusieurs semaines est indispensable. Première étape, après la fixation du cerveau au formol : la déshydratation de larges sections des deux hémisphères dans un bain
d’alcool. Après trois semaines, les blocs sont plongés sous vide dans un bain de paraffine liquide. Une fois secs, ils forment des masses compactes qu’il est possible de sectionner en lamelle de 14 à 20 microns (millièmes de millimètre). Pour les prélèvements plus petits, on effectue des coupes par congélation. Les sections de cerveau, fixées au formol et déshydratées à l’alcool, sont disposées sur la platine, puis congelées au gaz carbonique à moins 20° C. Juste avant la dissection, la lame est refroidie à la même température.

Les prélèvements de petites tailles sont découpés après congélation au gaz carbonique à -20°C.

Les prélèvements de petites tailles sont découpés après congélation au gaz carbonique à -20°C.

Cerveauthèque 2

Des blocs de tissu sont déshydratés dans un bain d’alcool. Cette étape dure environ trois semaines.

Cerveauthèque 3

Pris dans un bloc de paraffine, le tissu cérébral est découpé en lamelles de 14 à 20 microns (1 micron équivaut à 1 millième de millimètre).

Matériel unique

Couleurs spécifiques pour lésions différentes.

Couleurs spécifiques pour lésions différentes.

Les coupes sont ensuite colorées en fonction des pathologies qu’on souhaite explorer. A la dernière étape du processus, elles sont collées avec de l’albumine sur des plaques de verre.  Les voilà enfin prêtes pour les examens au microscope, la recherche médicale et, en fin de compte, pour enrichir le laboratoire d’une nouvelle pièce. « À ce jour, ces archives ont déjà produit de nombreuses découvertes neuropathologiques. L’une de nos tâches est de les préserver afin qu’elles continuent à stimuler la recherche en matière de troubles neuropsychiatriques », souligne le Pr Constantin Bouras.

Source

Pulsations - juin 2011 / Photos : Julien Gregorio / Phovea

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
bilinguisme_reserves_cognitives

«Le bilinguisme augmente les réserves cognitives»

Richesse culturelle et atout professionnel, l’acquisition d’une deuxième langue modifie le cerveau et offre des clés pour mieux comprendre son fonctionnement, explique le neurologue Jean-Marie Annoni.
Masque de loup

Au travail, pour être vainqueur, faut-il être un tueur?

Quatre chercheurs se sont penchés sur les différences entre les gagnants et les perdants. Leurs résultats peuvent faire froid dans le dos. Attention: après avoir lu ces lignes, vous ne regarderez plus de la même manière votre voisin de bureau…
interview_luscher_addiction

«L’addiction et la dépendance sont deux choses différentes»

Ces phénomènes n’affectent pas le cerveau de la même manière. Éclairages de Christian Lüscher, neuroscientifique à l’Université de Genève, sommité mondiale dans ce domaine.
Videos sur le meme sujet

Un grand pas dans l'imagerie du cerveau

Bastien Confino se penche sur une technique d’imagerie en 3D capable de montrer les interactions entre les cellules du cerveau.

A la découverte des neurones sociaux

Des chercheurs viennent de mettre en évidence de nouveaux neurones sociaux.

De nouvelles formes d’activité cérébrale découvertes grâce aux mathématiques

Bastien Confino se penche sur les résultats d'une étude du Blue Brain Project de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).