Quand la colère gronde, notre cerveau se met en alerte

Dernière mise à jour 10/12/18 | Audio
Loading the player ...
En une fraction de seconde, l'humain remarque beaucoup plus rapidement une voix jugée menaçante qu’une voix normale ou joyeuse.

De plus, son attention reste plus longtemps focalisée sur cette voix, afin d’en étudier la menace potentielle. C'est le résultat d'une étude menée à l'Université de Genève.

Les détails avec Nicolas Burra, neuroscientifique et maitre-assistant à l’Université de Genève, interrogé par Anne Baecher.

Le communiqué de l'Université de Genève

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Borderline

Qu'est-ce qu'être borderline?

Borderline est un trouble qui définit la personnalité dans la façon d'interagir avec son environnement (professionnel, social, familial…).
Lire la suite
Troubles obsessionnels compulsifs (TOC)

Les T.O.C, la prison psychologique

L'ordre, la rigueur, le fait de vérifier si une tâche est bien accomplie, ces traits de caractère sont à priori plutôt considérés comme étant des qualités....
Lire la suite
Troubles obsessionnels compulsifs (TOC)

Dans la tête d'une personne souffrant de TOC, d'hyperactivité ou d'Alzheimer

La réalité virtuelle permet dorénavant de "se mettre" dans la tête d'une personne souffrant du Trouble obsessionnel-compulsif (TOC), d'hyperactivité ou...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
liens_amoureux_heritage_enfance

Les liens amoureux, un héritage de l’enfance

Et si notre vie amoureuse était en grande partie conditionnée par la relation à notre mère durant la prime enfance? Cet héritage joue bel et bien un rôle déterminant dans les relations amoureuses et intimes à l’âge adulte. Éclairage.
cerveau_glie_rebat_cartes

Cerveau: la glie rebat les cartes

Les cellules gliales ont bien longtemps été les grandes oubliées des neurosciences centrées sur les neurones. Pourtant, ces cellules sont essentielles au bon fonctionnement du cerveau et pourraient être des cibles thérapeutiques de choix.

Comment l’addiction modifie le cerveau

Neuroscientifique à l’Université de Genève, Christian Lüscher a élucidé les mécanismes cérébraux qui conduisent à l’addiction et a trouvé le moyen de les neutraliser chez les souris. Le chercheur a reçu le prix Théodore Ott 2017 pour ses travaux qui pourraient avoir d’importantes implications cliniques.
Videos sur le meme sujet

Rencontre avec Olga Klimecki, une spécialiste des émotions et des sentiments

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Les bienfaits de la danse sur le cerveau

La danse stimulerait les connexions cérébrales, préserverait la santé, réconcilierait le corps et le cerveau et pourrait ressouder le couple ou stimuler les équipes.

Le circuit de l’addiction aux drogues identifié

Des chercheurs de l’Université de Genève (Unige) viennent d’identifier le circuit de l’addiction dans le cerveau des souris.