Paralysie cérébrale: un «stéthoscope du mouvement» pour mieux traiter les enfants atteints

Dernière mise à jour 28/04/15 | Article
Paralysie cérébrale: un «stéthoscope du mouvement» pour mieux traiter les enfants atteints
Pour assurer à un enfant atteint de paralysie cérébrale la meilleure prise en charge thérapeutique possible, il faut pouvoir observer ses activités dans sa vie quotidienne. C’est l’objectif poursuivi par trois équipes lémaniques qui mettent au point une technologie adaptée à ce besoin. Leur projet vient de recevoir le prix Leenaards 2015.

La technologie ne se borne pas à offrir aux enfants souffrant de paralysie cérébrale des engins aidant à la marche ou des fauteuils roulants sophistiqués. Elle peut aussi contribuer à améliorer leur prise en charge thérapeutique et le suivi de leur traitement. C’est la piste que suivent trois équipes du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), qui ont entrepris d’utiliser l’électronique pour élaborer un dispositif inédit, permettant d’observer la marche de l’enfant non pas dans le contexte restreint de l’hôpital, mais dans ses activités quotidiennes.

Deux nouveau-nés sur mille

La paralysie cérébrale, qui se manifeste au cours de la première année de vie, est le handicap moteur le plus fréquent chez l’enfant: elle touche chaque année deux nouveau-nés sur mille en Suisse. Elle peut affecter l’ensemble du corps ou seulement l’une de ses parties, mais dans tous les cas, elle entrave les mouvements des petits et limite leurs activités quotidiennes. «Toute atteinte dans le développement cérébral précoce qui affecte le centre de commande de la motricité peut conduire à ce tableau clinique», précise Christopher Newman, médecin-adjoint à l’unité de neuropédiatrie et neuroréhabilitation pédiatrique du CHUV.

Dès les premières manifestations de la paralysie cérébrale, les enfants bénéficient d’une réhabilitation – qui peut durer jusqu’à l’âge adulte. Le traitement fait appel à la physiothérapie, à l’ergothérapie, mais aussi à l’utilisation de moyens auxiliaires aidant à la marche ou au déplacement et même parfois à des médicaments ou à la chirurgie orthopédique. «Il vise à permettre à chaque enfant d’atteindre l’optimum de sa fonction motrice», souligne Christopher Newman. De fait, actuellement, deux jeunes patients sur trois parviennent à développer une marche fonctionnelle, de manière autonome ou grâce à un déambulateur.

Pour décider du traitement le mieux adapté à chaque cas, les thérapeutes observent leur jeune patient dans un contexte clinique, notamment dans des laboratoires d’analyse du mouvement. C’est cela qui pose problème. «De manière involontaire, les enfants ont tendance à vouloir montrer ce qu’ils savent faire de mieux», commente Christopher Newman, coordinateur du projet. Les résultats des examens ne reflètent donc pas fidèlement les performances des petits dans leur vie quotidienne.

Capteurs miniaturisés

Pour obtenir des mesures objectives et fiables de leurs mouvements dans leurs activités de tous les jours, les chercheurs lémaniques ont entrepris d’élaborer un dispositif que l’enfant portera sur lui pendant quelques jours. «Pas plus gros qu’une boîte d’allumettes selon le médecin du CHUV, il intégrera des capteurs miniaturisés analysant le mouvement. Notamment un accéléromètre et un gyroscope 3D, «qui détermineront à tout moment l’orientation et les mouvements du boîtier dans l’espace», et un baromètre très précis «qui mesurera la transition entre les positions assise et debout». Il pourra aussi inclure un GPS qui permettra de savoir si l’enfant est à la maison, à l’école ou sur une aire de jeu. Un algorithme, conçu par l’équipe d’Anisoara Paraschiv-Ionescu du Laboratoire de mesure et d'analyse des mouvements de l’EPFL, traitera ces données brutes et les traduira en informations utiles pour les thérapeutes. Ceux-ci pourront alors mieux orienter la prise en charge de l’enfant et suivre l’efficacité de son traitement.

Facile à utiliser

Le projet vient de démarrer et, une fois la technologie mise au point, elle sera d’abord validée sur un groupe d’enfants par le Laboratoire de cinésiologie des HUG, dirigé par Stéphane Armand, qui comparera ses données à celles obtenues au laboratoire de marche. Puis elle sera testée au CHUV, sur le terrain, dans ses conditions réelles d’utilisation. Au total, une septantaine d’enfants participera à cette étude.

Si les résultats sont concluants, ce nouvel outil pourra être utilisé pour la réhabilitation des enfants atteints d’une paralysie cérébrale, mais aussi pour la prise en charge des personnes âgées ou d’adultes portant des prothèses. L’objectif des chercheurs est d’en faire un outil de routine, «facile à utiliser par les thérapeutes» qui disposeront ainsi, conclut Christopher Newman, d’une sorte de «stéthoscope du mouvement».

Articles sur le meme sujet
PS52_andrea_serino

«Une grande opportunité de faire évoluer la neuroréhabilitation»

Inauguré en novembre dernier à Lavigny par le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), l’Université de Lausanne (UNIL) et l’Institution de Lavigny* elle-même, le NeuroRehab Research Center (NeuroRehab) laisse augurer d’une nouvelle ère dans le domaine de la neuroréhabilitation, en particulier pour les patients ayant subi un accident vasculaire cérébral (AVC) ou un traumatisme crânien sévère. Rencontre avec son directeur, le Pr Andrea Serino.
PULS_resolutions_debut_annee

Faut-il prendre des résolutions en début d’année?

90% des résolutions prises le 1er janvier seraient abandonnées. Le Dr Paco Prada, responsable du Service de psychiatrie de liaison et d’intervention de crise des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), explique pourquoi et suggère des pistes pour des changements durables.
PULS_douleur_mot_maux

La douleur, un mot pour des maux

Signal d’alarme de notre corps, la douleur n’est pas ressentie de la même façon chez tout le monde. Les explications du Pr Benno Rehberg-Klug, médecin adjoint agrégé au Service d’anesthésiologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
Videos sur le meme sujet

Les différents sens gérés par le cerveau

La "Semaine du Cerveau", qui s'ouvre aujourd'hui en Suisse, met en lumière notre organe le plus complexe avec une série de conférences et d'ateliers dédiés à la perception sensorielle.

"A quoi servent les symptômes", le dernier livre du psychiatre Patrick Lemoine

Dans son dernier ouvrage, "À quoi servent les symptômes", Patrick Lemoine explore l'impact des troubles psychiques sur l'évolution humaine.

Comment remédier à notre attention qui baisse?

Selon une étude du centre de recherche CERVO de l’Université Laval à Québec, l’attention – faite de concentration et de distraction – décline progressivement à partir de 26 ans.