Nourrir la confiance en soi de son enfant

Dernière mise à jour 27/02/20 | Article
PULS_mieux-vivre_confiance_soi
C’est très tôt dans l’enfance, puis au fil des expériences, que notre estime de soi et notre capacité à l’éprouver dans la vie se construisent. Comment aider son enfant dans ce chemin? Deux experts répondent.

Pour vivre sereinement et nous accomplir dans ce que nous sommes, l’estime de soi et la confiance en soi sont des ingrédients essentiels. Mais comment les cultiver? Pour répondre à cette question, les experts des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) nous ramènent aux premiers temps de la vie. «L’estime de soi, c’est-à-dire la valeur consciente et inconsciente que l’on se donne à soi-même, se construit dans les relations très précoces», déclare la Dre Marie Schneider, psychiatre à l’Unité de guidance infantile des HUG. «Elle découle en partie du sentiment de sécurité interne que ressent le bébé dans le lien avec sa mère, pour autant qu’il ait reçu suffisamment de soins et de chaleur émotionnelle», complète le Dr Dante Trojan, psychiatre responsable de l’Unité ambulatoire péri-hospitalière des HUG. Car le bébé est programmé pour être en lien avec l’autre et va ainsi réguler ses affects en fonction des soins qu’il reçoit. Le regard de ses parents, mais aussi celui des proches, est primordial: «Je me sens beau dans tes yeux, parce que tu me vois beau», illustre le psychiatre.

Deux faces d’une même médaille

La vraie confiance en soi découle d’une bonne estime de soi. Elle est l’affirmation de soi, autrement dit la mise à l’épreuve, dans la réalité, de son estime de soi. «L’une et l’autre sont les deux faces d’une même médaille», explique le Dr Trojan. Ce sentiment de confiance s’exprime dans la capacité à agir, à surmonter les obstacles sans avoir trop peur de l’échec. Les succès augmentent ce sentiment d’auto-capacité. Mais il ne faut pas toujours se fier aux apparences. Un excès de confiance et l’affichage de certitudes ne sont souvent que des tentatives pour réparer une mauvaise estime de soi, tel un mécanisme de défense.

La perception que l’on a de soi-même dépend beaucoup de l’image que nos parents nous ont renvoyée et de ce qu’on a intériorisé. Ainsi, «plus l’idéal que l’on croit devoir atteindre est élevé, moins on a des chances d’y parvenir, ce qui conduit à une mauvaise estime de soi», relève la Dre Schneider. En effet, «un regard jugeant et sévère sur l’enfant diminue son sentiment de sécurité et de valeur», ajoute le Dr Trojan. De même que la négation de ses besoins, la répétition d’expériences désagréables sans possibilité de les partager, ainsi que la survenue d’événements traumatiques. Ainsi, il faut être particulièrement attentif et réagir si l’enfant est triste, s’il se renferme et s’isole, se dévalorise ou montre une intolérance à l’échec. En cas d’inquiétude ou de questions, il vaut la peine de consulter un psychothérapeute, ne serait-ce que pour «dénouer un nœud psychique», selon les termes de la Dre Schneider. L’intervention d’un tiers ou un changement dans l’environnement de l’enfant peuvent modifier le regard qu’il porte sur lui. Temporiser les échecs, valoriser les réussites et lui montrer que les erreurs sont utiles l’aideront dans sa construction.

Valoriser son enfant, mode d’emploi

Comment s’y prendre avec son enfant? Il convient de «lui donner une vraie place, apprendre à le connaître et le considérer comme un individu à part entière, reconnaître ses émotions, nommer son ressenti et accorder de l’importance à sa parole tout en maintenant un cadre et des limites claires». Pour le Dr Trojan, il s’agit d’avoir des attentes et des exigences à l’égard de son enfant, mais sans être trop coercitif. Le soutenir, l’aider à progresser, sans toutefois le surprotéger, au risque de valider ses peurs. Dans un rythme de vie effréné, s’octroyer simplement de vrais moments relationnels avec lui compte beaucoup.

Tout n’est pas joué d’avance

L’entourage aussi joue un rôle. La vie offre heureusement des possibilités de gagner de la confiance. Des expériences positives et des rencontres réussies avec des figures parentales, des professeurs, des pairs, durant l’enfance mais aussi plus tard dans sa vie privée et professionnelle, etc., vont nourrir ce sentiment de valeur. Et c’est d’autant plus réjouissant qu’avoir une bonne estime de soi est un bagage protecteur pour traverser avec quiétude les contraintes et les difficultés de la vie. «Cela nous aide à faire la part des choses, à diminuer le sentiment de culpabilité ou d’incompétence en cas d’échec, et à se sentir globalement plus serein et moins menacé», conclut la Dre Schneider.

 

__________

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Anxiété et crise psychique
Une anxiété durable peut cacher un trouble profond

Une anxiété durable peut cacher un trouble profond

«Des conséquences trop longtemps sous-estimées.» Martin Preisig, psychiatre au Centre hospitalier universitaire...
Lire la suite
Santé du couple
liberer_pervers_narcissique

Se libérer d’un pervers narcissique

S’il ne correspond à aucune entité nosographique officielle, le pervers narcissique inflige néanmoins...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
luminotherapie_remplacer_antidepresseurs

La luminothérapie pour remplacer les antidépresseurs?

«C’est une saison qui me déprime!» On estime que 2 à 4% de la population seraient touchés par la dépression saisonnière. Si la luminothérapie est souvent indiquée dans ces cas spécifiques, elle pourrait aussi avoir une action capitale sur des troubles plus profonds. Explications.
PS37_mieux_gerer_anxiete

Mieux gérer son anxiété

Tachycardie, transpiration, «boule au ventre»: les premières manifestations de l’anxiété sont le plus souvent physiques (on parle d’angoisse). En cause: l’activation de nos systèmes d’alarme internes et leur flot d’hormones nous disposant à affronter l’épreuve. C’est ainsi que sous l’impulsion d’un esprit tourmenté et craignant le pire, cortisol et adrénaline (entre autres) incitent le cœur à battre plus vite, décuplent la vigilance, aiguisent les fonctions cognitives et adaptatives.
PULS_pistes_traiter_TOC

Des pistes pour mieux traiter les TOC

Dans le cadre de leur programme «troubles anxieux», les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) développent de nouvelles thérapies pour les personnes souffrant de troubles obsessionnels compulsifs.
Videos sur le meme sujet

Neuroscience, musique et dopamine

Chair de poule, osmose, transe.

Gros plan sur lʹanxiété chez les jeunes

Selon les chiffres de lʹOrganisation mondiale de la santé (OMS), il y a une augmentation des états anxieux chez les jeunes.

Le comment du pourquoi: le rire

Pourquoi est-ce que l'humain rit?
Symptômes sur le meme sujet
convulsions sur un bras d'enfant

Convulsions

Mon enfant a des convulsions