Enfants: il ne faut pas plaisanter avec l’heure du coucher

Dernière mise à jour 06/11/13 | Article
Enfants: il ne faut pas plaisanter avec l’heure du coucher
Ne pas respecter la régularité des horaires de sommeil des tout petits c’est prendre le risque de voir apparaître des troubles de l’apprentissage et du comportement.

Nous vivons mieux en respectant quelques rituels. Et ces rituels commencent dès l’enfance, notamment au moment si important de l’endormissement. Une étude récente démontre l’importance que peut avoir, pour l’équilibre mental des enfants, le respect d’horaires de sommeil réguliers1.

Entre 3 et 7 ans

Les chercheurs, dirigés par le Pr Yvonne Kelly, ont travaillé sur des données établies à partir des dossiers de 10 230 enfants participant à la cohorte britannique Millennium Cohort Study. Ils se sont tout particulièrement intéressés à leurs horaires de coucher dans la période comprise entre 3,5 et 7 ans. En parallèle, ils ont enquêté auprès des mères et des enseignants sur l’existence ou non de troubles du comportement chez ces mêmes enfants.

Leurs résultats sont riches d’enseignements. On apprend notamment qu’en Grande Bretagne les horaires irréguliers de coucher sont fréquents dès l’âge de 3 ans. Près de 20% des enfants ne respectent pas le rituel horaire quotidien. A 7 ans la situation empire et près de 50 % se couchent à des heures irrégulières. Sans surprise, ce sont les enfants des milieux socio-économiques les plus défavorisés qui ont les horaires les plus irréguliers.

Développement cérébral altéré

Il apparaît surtout un lien statistiquement significatif entre l'heure du coucher à cette période de la vie et le comportement. Tout se passe comme si l’irrégularité affectait ce dernier en perturbant les rythmes circadiens, voire même en affectant le développement du cerveau de l’enfant. Les chercheurs concluent ainsi que des horaires de coucher irréguliers à la petite enfance sont associés à la détérioration des «scores de comportement» incluant une évaluation de l'hyperactivité et des troubles émotionnels, du comportement et de la communication. Inversement, des horaires de coucher réguliers sont associés à une nette amélioration de ces scores. Et l’analyse montre que ces effets s'accumulent progressivement au cours de l'enfance.

Rituel du coucher

Pour le Pr Kelly aucun doute n’est plus permis: ne pas avoir des horaires de coucher réguliers conduit à des états comparables à ceux induits par les décalages horaires. Cette irrégularité a une influence négative sur les activités quotidiennes. Et chez l’enfant les effets néfastes concernent aussi le développement cérébral, cognitif et psychologique. Les parents concernés seront peut-être rassurés en apprenant que ces effets sont réversibles : la reprise d’horaires réguliers du coucher dans cette tranche d’âge conduit à une amélioration du comportement.

Rien n’interdit non plus au parent d’enrichir le rituel du coucher en laissant les écrans domestiques éteints et en lisant à leurs enfants des histoires. Même et surtout des histoires à dormir debout.

1. L’étude a été menée par des chercheurs de l’University College London (UCL). Leurs travaux et leurs résultats viennent d’être publiés dans la revue Pediatrics. Un résumé (en anglais) de cette publication est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
accouchement_maison_folie

Accoucher à la maison, une folie?

Chez soi ou en maison de naissance, l’accouchement ne présente pas davantage de risques qu’en maternité. A condition d’être bien préparé et que la grossesse ne présente pas de complication.
Phobie: mon enfant ne veut plus aller à l’école

Phobie: mon enfant ne veut plus aller à l’école

Quel enfant n’a pas un jour eu envie de rester à la maison plutôt que d’aller à l’école? Chez certains toutefois, il s’agit moins d’un caprice passager que d’une véritable phobie scolaire, qui nécessite alors une prise en charge psychologique.
ados_crise

Ados, survivre à leur crise...et à la nôtre

Et si l’adolescence était aussi une période de grande remise en question pour les parents? C’est le postulat de Nino Rizzo, psychologue et psychothérapeute à Genève et auteur de «Parents d’ados. Une crise peut en cacher une autre», aux éditions Médecine & Hygiène. Interview.
Videos sur le meme sujet

Les familles en pleine évolution

On sait que le stress, la surcharge de travail, la fatigue, le divorce, la charge familiale peuvent avoir un impact majeur sur la santé.

Bébé arrive: le grand chamboulement

La grossesse, l'accouchement et les semaines qui suivent sont faits de bouleversements. Entre changements, peur et bonheur, le point avec l'Antidote.
Symptômes sur le meme sujet
convulsions sur un bras d'enfant

Convulsions

Mon enfant a des convulsions