Pour bien dormir, gardez les écrans à distance

Dernière mise à jour 02/04/17 | Article
Puls_junior_ecrans
Alors qu’ils devraient dormir en moyenne neuf heures par jour, les adolescents font des nuits beaucoup trop courtes! Une des causes de ce manque de sommeil est à chercher du côté des écrans, car ceux-ci empêchent un bon endormissement et un bon sommeil.

L’endormissement

Le saviez-vous ?

L’animal qui dort le plus est la petite chauve-souris brune (19,9 heures par jour en moyenne). Et celui qui dort le moins est la girafe (1,9 h par jour). L’homme dort en moyenne 8 heures. Un adolescent devrait faire des nuits d’environ 9 heures. Aujourd’hui, les jeunes dorment entre 7h30 et 8 heures par nuit. Un décalage qui serait rattrapé le weekend avec un réveil tardif.

L’activité de notre organisme est rythmée par une horloge interne située dans des zones du cerveau appelées noyaux suprachiasmatiques. Ceux-ci ont un rythme propre (dit circadien), synchronisé sur 24 heures, qui réagit à l’effet de la lumière. De lui dépend le besoin de dormir. En fin de journée, quand la lumière baisse, l’organisme produit une hormone, la mélatonine, qui envoie un signal au corps pour lui dire qu’il est temps de dormir.

La lumière bleue des écrans

Cela peut paraître étonnant, mais la lumière blanche est composée de plusieurs couleurs. Parmi elles, on trouve la lumière bleue. Si elle est présente en trop forte quantité, celle-ci remet notre horloge biologique à zéro et perturbe la régulation de la mélatonine. Ainsi, deux heures devant un écran réduiraient déjà la production de cette hormone de façon assez importante pour perturber l’endormissement.

Comportements addictifs

Cet autre problème lié aux écrans n’est pas dû à la lumière, mais à l’activité sociale qui y est très souvent liée. Répondre à un e-mail ou échanger avec ses amis sur les réseaux sociaux impliquent d’être éveillé. L’organisme est sous tension, ce qui nuit aussi au sommeil. Les interactions sociales liées aux écrans stimuleraient le circuit de la récompense, impliqué dans les comportements addictifs.

Mieux dormir en évitant les écrans

Le sommeil joue un rôle fondamental dans l’apprentissage et la mémoire. Pour mieux dormir, il est recommandé de ne pas utiliser des écrans après 21 heures de bannir son smartphone de sa chambre quand on dort et de favoriser des activités calmes et sans écrans le soir.

L’idée

La sensibilité à la lumière et les besoins de sommeil sont très variables d’un individu à l’autre. Selon les spécialistes, les horaires d’école devraient être adaptés au rythme des enfants et commencer plus tard pour respecter leurs besoins de sommeil.

________

En partenariat avec RTSdecouverte.ch

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Emotions
Une explosion de rage révèle des troubles psychiques

Une explosion de rage révèle des troubles psychiques

Incapable de gérer sa colère, un passager a été débarqué d’un avion puis interné. Car si ce sentiment...
Lire la suite
Anxiété et crise psychique
crise_psychotique

La crise psychotique, un épisode dont on peut se relever

Face à des stress majeurs, certaines personnes perdent momentanément le contact avec la réalité. Une...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
BV_prevention_lumiere_bleue

Exposition à la lumière bleue: quel risque pour nos yeux?

Omniprésente dans les appareils lumineux comme les ampoules ou les écrans LED, la lumière bleue est souvent pointée du doigt pour ses effets néfastes sur les yeux. Doit-on s’en inquiéter et comment s’en éloigner? Les réponses de la Pre Aki Kawasaki, médecin-adjointe à l’unité de neuro-ophtalmologie de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin.
PULS_mieux vivre_ecrans_famille

Comment gérer la consommation d’écrans en famille

La crise Covid a accéléré la transition numérique. Comment ne pas se laisser submerger par le virtuel? Les conseils de la Dre Sophia Achab, médecin adjointe agrégée, responsable de la consultation ReConnecte aux HUG et experte pour l’Organisation mondiale de la santé et l’Office fédéral de la santé publique.
Videos sur le meme sujet

Les risques des casques de réalité virtuelle et du métavers

Les casques de réalité virtuelle et la perspective dʹun métavers tendent à démocratiser des technologies et soulèvent ainsi de nouvelles questions de santé.

Écrans: maman bobo

Les écrans regardés à haute dose et de manière précoce ont de graves conséquences sur le développement des tout-petits. Les professionnels de la petite enfance tirent la sonnette d’alarme: pas d’écrans avant 2 ans, c’est le message de prévention à faire passer. Car ils voient arriver dans leur cabinet des enfants avec des retards de langage et des difficultés de communication qui ont été surexposés aux écrans.

L’addiction aux jeux vidéo est une maladie

L’Organisation mondiale de la santé a inclus l'addiction aux jeux vidéo dans sa classification internationale des maladies (CIM).