Pour bien dormir, gardez les écrans à distance

Dernière mise à jour 02/04/17 | Article
Puls_junior_ecrans
Alors qu’ils devraient dormir en moyenne neuf heures par jour, les adolescents font des nuits beaucoup trop courtes! Une des causes de ce manque de sommeil est à chercher du côté des écrans, car ceux-ci empêchent un bon endormissement et un bon sommeil.

L’endormissement

Le saviez-vous ?

L’animal qui dort le plus est la petite chauve-souris brune (19,9 heures par jour en moyenne). Et celui qui dort le moins est la girafe (1,9 h par jour). L’homme dort en moyenne 8 heures. Un adolescent devrait faire des nuits d’environ 9 heures. Aujourd’hui, les jeunes dorment entre 7h30 et 8 heures par nuit. Un décalage qui serait rattrapé le weekend avec un réveil tardif.

L’activité de notre organisme est rythmée par une horloge interne située dans des zones du cerveau appelées noyaux suprachiasmatiques. Ceux-ci ont un rythme propre (dit circadien), synchronisé sur 24 heures, qui réagit à l’effet de la lumière. De lui dépend le besoin de dormir. En fin de journée, quand la lumière baisse, l’organisme produit une hormone, la mélatonine, qui envoie un signal au corps pour lui dire qu’il est temps de dormir.

La lumière bleue des écrans

Cela peut paraître étonnant, mais la lumière blanche est composée de plusieurs couleurs. Parmi elles, on trouve la lumière bleue. Si elle est présente en trop forte quantité, celle-ci remet notre horloge biologique à zéro et perturbe la régulation de la mélatonine. Ainsi, deux heures devant un écran réduiraient déjà la production de cette hormone de façon assez importante pour perturber l’endormissement.

Comportements addictifs

Cet autre problème lié aux écrans n’est pas dû à la lumière, mais à l’activité sociale qui y est très souvent liée. Répondre à un e-mail ou échanger avec ses amis sur les réseaux sociaux impliquent d’être éveillé. L’organisme est sous tension, ce qui nuit aussi au sommeil. Les interactions sociales liées aux écrans stimuleraient le circuit de la récompense, impliqué dans les comportements addictifs.

Mieux dormir en évitant les écrans

Le sommeil joue un rôle fondamental dans l’apprentissage et la mémoire. Pour mieux dormir, il est recommandé de ne pas utiliser des écrans après 21 heures de bannir son smartphone de sa chambre quand on dort et de favoriser des activités calmes et sans écrans le soir.

L’idée

La sensibilité à la lumière et les besoins de sommeil sont très variables d’un individu à l’autre. Selon les spécialistes, les horaires d’école devraient être adaptés au rythme des enfants et commencer plus tard pour respecter leurs besoins de sommeil.

________

En partenariat avec RTSdecouverte.ch

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Libido
libido_femme_traitements

Problèmes de libido chez la femme: diagnostic et traitements

Bonne nouvelle, il existe plusieurs remèdes à un trouble du désir! Grâce au diagnostic médical et à certaines...
Lire la suite
Anxiété et crise psychique
Une anxiété durable peut cacher un trouble profond

Une anxiété durable peut cacher un trouble profond

«Des conséquences trop longtemps sous-estimées.» Martin Preisig, psychiatre au Centre hospitalier universitaire...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Écrans: amis ou ennemis de nos ados?

4,4 heures en semaine. 7,4 heures le week-end. C’est en moyenne le temps passé par un adolescent sur un écran chaque jour1. Quelles en sont les répercussions ?
Pourquoi les adolescents sont-ils des couche-tard?

Pourquoi les adolescents sont-ils des couche-tard?

Les jeunes ne dorment pas assez. Cette privation de sommeil, en partie due à des causes biologiques, est encore accentuée par l’usage des médias sociaux. C’est ce que confirme une enquête menée par des chercheurs de l’Université de Genève.
Videos sur le meme sujet

L’addiction aux jeux vidéo est une maladie

L’Organisation mondiale de la santé a inclus l'addiction aux jeux vidéo dans sa classification internationale des maladies (CIM).

Les bienfaits des jeux d'action pour le cerveau

Cela fait trente ans que les psychologues débattent de l'impact des jeux vidéo sur les capacités cérébrales.