La douleur sous hypnose

Dernière mise à jour 13/09/12 | Article
La douleur sous hypnose
Après de nombreuses représentations mystiques, l’hypnose est de mieux en mieux connue et utilisée dans le traitement de la douleur.

Un peu d’histoire

L’hypnose est une méthode datant du XVIIIe siècle qui, depuis ces dernières années, reprend de l’importance, en particulier dans le traitement de la douleur. Récemment, l’imagerie cérébrale a prouvé qu’il existe bien un état hypnotique et qu’il peut influencer la douleur.

Pendant longtemps, les auteurs et praticiens ne comprenaient pas exactement la définition de l’hypnose. On a pensé à une forme de sommeil, par exemple. Actuellement, faire de  l’hypnose, c’est entrer dans un certain état de conscience dans le cadre d’une relation avec un praticien et dans le sens d’objectifs souhaités.

Un état de conscience naturel

L’état hypnotique est un état naturel, banal, qui peut se produire lors de contextes de concentration ou de focalisation de l’attention (lorsque tout le reste ne compte plus). Cela arrive par exemple lors d’une tâche qui demande de la concentration ou lorsqu’on laisse son attention être emportée par les mouvements des nuages.

La douleur, une expérience subjective

Il existe des stimuli réels de la douleur, au niveau du corps (par exemple lorsque l’on se coupe, se brûle, etc). Mais au-delà de ces stimuli, la perception de la douleur est très subjective. Une même intensité peut être perçue comme supportable ou non, selon le seuil de douleur de la personne concernée ainsi que de ses représentations. L’hypnose ne peut pas supprimer les influx nerveux, mais par contre peut diminuer la sensation de pénibilité ou connoter la douleur différemment afin de la rendre plus supportable. Il s’agit de travailler sur l’imaginaire afin de modifier sa perception de la réalité.

Concrètement, ça donne quoi?

Par exemple, si un patient hypnotisé a le poing fermé et qu’on lui demande de le laisser s’ouvrir à mesure que sa douleur devient supportable, il aura l’impression que son poing peut libérer sa douleur.

Un autre exemple serait un patient devant subir un examen médical douloureux. Imaginer qu’il se trouve non pas allongé sur un brancard mais sur son lit dans l’univers protecteur de sa chambre peut changer son expérience douloureuse lors de l’examen.

L’hypnose pour quels types de douleurs?

L’hypnose a démontré son efficacité dans les douleurs provoquées par les soins (par exemple chez les grands brûlés), en salle d’accouchement, dans des cas de cancer, d’arthrose juvénile (arthrose chez les enfants), de douleurs neurologiques, de migraines, de maux de tête et de douleurs abdominales.

Une relation de confiance avant tout

L’efficacité de l’hypnose dépend peu du «degré d’hypnotisabilité». Autrement dit, il n’y a pas de personnes chez qui l’hypnose fonctionne mieux. La qualité de l’hypnose dépend avant tout de l’interaction avec le thérapeute, des suggestions du thérapeute, des attentes et de la motivation du sujet, du contexte social et culturel. Pour le thérapeute, cela demande une bonne capacité d’écoute et une formation spécifique.

Référence

Adapté de «Hypnose et douleur: connaissances actuelles et perspectives», par Pr Antoine Bioy, Centre de prise en charge des douleurs et soins palliatifs, CHU Bicêtre, Institut français d’hypnose, Paris, France. In Revue médicale suisse 2012;8:1399-403, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Les antidouleurs opioïdes tuent 40 fois par jour aux USA

Peu avant sa mort, Prince aurait été traité pour une overdose de médicaments opiacés. Ce genre d’accident explose outre-Atlantique, où les autorités sanitaires parlent de véritable épidémie.
Douleur chronique: il faut traiter

Douleur chronique: il faut traiter

Aujourd’hui, face à ces maux qui durent, épuisant le corps comme le moral, les traitements se multiplient.
Du e-learning pour les douleurs chroniques non cancéreuses

Du e-learning pour les douleurs chroniques non cancéreuses

Dans le domaine de la santé, l’éducation thérapeutique du patient (ETP) en ligne passe de plus en plus par le e-learning. Accès aux ressources, interactivité… Quels sont les apports de cette éducation à distance, délivrée aux patients via le web ? L’exemple de la prise en charge de douleurs chroniques non cancéreuses.
Videos sur le meme sujet

La violence conjugale: Elle est inacceptable!

La violence entre conjoints touchent majoritairement les femmes, mais aussi les hommes. Les caméras de L'antidote abordent le sujet avec Philip Jaffém psychologue et directeur de l'institut universitaire Kurt Bosch à Bramois.

Les T.O.C, la prison psychologique

L'ordre, la rigueur, le fait de vérifier si une tâche est bien accomplie, ces traits de caractère sont à priori plutôt considérés comme étant des qualités. Mais parfois ces qualités peuvent se transformer en handicap. Cette vidéo vous parle des T.O.C ou Troubles Obsessionnels Compulsifs.

Schizophrénie: Privilégier le lien social

La schizophrénie : en Suisse environ une personne sur cent connaitrait des troubles schizophréniques, c'est beaucoup et l'on a toujours de cette maladie une image caricaturale, parfois encore associée à la folie. Le point sur cette maladie avec l'antidote.
Maladies sur le meme sujet
Lymphœdème

Lymphœdème

Le lymphoedème est un gonflement, le plus souvent du bras ou de la jambe. qui apparaît d’une manière insidieuse et a tendance à augmenter progressivement.

Goutte

Goutte

La goutte est due à un excès d'acide urique dans le sang et à une accumulation dans les tissus. Elle provoque le plus souvent des douleurs intenses des articulations.

syndrome douloureux régional complexe (SDRC)

Syndrome douloureux régional complexe

Le SDRC est un état douloureux qui survient le plus souvent après un traumatisme (fracture) ou une opération d’un membre. Il peut aussi survenir à la suite d’un accident vasculaire cérébral (AVC).

Symptômes sur le meme sujet
Playmobil

Arthralgies

J’ai mal à une/plusieurs articulation(s)