«SMS» et autres petits trucs pour réduire le stress et la douleur au bloc opératoire

Dernière mise à jour 27/05/15 | Article
«SMS» et autres petits trucs pour réduire le stress et la douleur au bloc opératoire
Des chercheurs canadiens démontrent que, entre autres techniques, le fait d’envoyer des SMS durant une intervention sous anesthésie locale peut aider à réduire les doses de médicaments antalgiques.

Rester conscient durant une intervention chirurgicale pratiquée sous anesthésie locale peut amplifier l’anxiété. Cela peut aussi contribuer à augmenter la perception de la douleur. Existe-t-il des procédés simples pour réduire cette anxiété? Des chercheurs pragmatiques de l'Université de Surrey se sont intéressés à cette question, et ils viennent de publier leurs résultats dans l’European Journal of Pain1.

Leur travail a été mené auprès de 398 personnes devant subir des interventions chirurgicales sur des varices (phlébectomies, ablation thermique). Ce sont là des interventions sans danger pratiquées sous anesthésie locale mais durant lesquelles les patients conscients et anxieux ressentent souvent diverses sensations désagréables.

DVD et balles «anti-stress»

Dans cette étude les participants avaient été répartis de manière aléatoire en cinq groupes. Les patients du premier groupe pouvaient «se divertir» pendant l’intervention en écoutant de la musique; ceux du deuxième pouvaient regarder un DVD; ceux du troisième conversaient avec un infirmier spécialisé, placé à côté de la tête du patient sans le toucher; dans le quatrième groupe les patients pouvaient malaxer des balles «anti-stress». Dans le cinquième groupe, enfin, la procédure habituelle était suivie.

Les niveaux d'anxiété et de douleur ont été ensuite été évalués immédiatement après l'opération via un questionnaire. L’analyse montre que par rapport à la procédure habituelle les niveaux de réduction d’anxiété et de douleur ont été respectivement de 25% et 0% dans le groupe «DVD», de 30 et 16% dans le groupe «conversation avec l’infirmière», et de 18% et 22%  dans le groupe «balles anti-stress». Quant à la musique, elle n’a eu d’effet ni sur l'anxiété, ni sur la douleur.

Cette étude originale démontre que des moyens simples et peu coûteux peuvent aisément être utilisés pour améliorer la situation des personnes devant subir des interventions sous anesthésie locale. Ces mêmes techniques pourraient être utilisées lors de certaines procédures diagnostiques invasives peu agréables, comme la coloscopie ou l’hystéroscopie.

Smartphones et «Angry Birds»

Dans ce domaine une autre étude mérite d’être rapportée, celle menée par des chercheurs des universités Cornell de New York et McGill de Montréal dont les résultats ont été publiés dans la revue Pain Medicine2. Ils se sont intéressés à l’usage que l’on pouvait faire durant une intervention de cet objet devenu indispensable qu’est le téléphone portable. Ils ont tenté de savoir si le fait d’envoyer des SMS (ou d’user de l’écran à des fins ludiques) pouvait être d’une quelconque utilité.

A cette fin ils ont constitué quatre groupes, à partir de 98 patients devant subir des interventions mineures sous anesthésie locale. Le premier groupe a reçu un téléphone portable standard; le second a joué à l’application «Angry Birds» sur smartphone; le troisième a utilisé un téléphone pour envoyer un texto à un proche (un ami ou un membre de la famille); le dernier s’en est servi pour envoyer un texto à un étranger (un membre de l’équipe de recherche).

Textos analgésiques

Les résultats montrent que les patients chez lesquels la procédure habituelle est mise en œuvre ont recours à deux fois plus de calmants que ceux qui ont joué à «Angry Birds» avant et pendant l’opération. Ces mêmes patients étaient quatre fois plus susceptibles de recevoir une dose supplémentaire d’analgésique que ceux ayant envoyé un SMS à leur proche, et même six fois plus que ceux qui ont envoyé un texto à une personne étrangère.

Les auteurs de l’étude résument leurs résultats en expliquant que ceux-ci suggèrent que «le simple fait de communiquer avec un ami ou un étranger provoque un effet analgésique.»

Ainsi donc, nous n’avons pas encore découvert toutes les vertus des téléphones portables ni l’usage thérapeutique qui peut en être fait.

_________

1. Le résumé (en anglais) de la publication de l’European Journal of Pain est disponible ici

2. Le résumé (en anglais) de la publication de Pain Medicine est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
apnées_sommeil_recuperer_fatigue_coeur

L’apnée du sommeil empêche de récupérer et fatigue le cœur

Près d’un homme sur deux et une femme sur quatre, entre 40 et 85 ans, seraient atteints de ce syndrome en apparence anodin, mais qui peut affecter sérieusement la santé.
apports_hormones_thyroide

Les apports d’hormones ne sont pas efficaces à tous les coups

Une étude européenne dévoile que les personnes âgées, souvent atteintes d’une affection dite infraclinique, ne tirent pas forcément profit d’une supplémentation en hormones thyroïdiennes.
prevention_mode d'emploi

Prévention, mode d’emploi

L’idée de la prévention est, en fonction de l’âge, de repérer ce qui nous prédispose à une possible maladie. Puis, plus tard dans la vie, d'aller chercher les indices du développement éventuel de cette pathologie. Et, une fois qu’elle a pu être prise en charge et soignée, éviter qu’elle ne revienne. Les médecins parlent respectivement, pour ces trois étapes, de prévention primaire, secondaire et tertiaire. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un mode de vie sain permet d’éviter ou de retarder l’apparition des maladies non transmissibles (tels que cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires) dans plus de 50% des cas. Dans les faits, comment insuffler de la prévention dans sa vie? L’affaire est plus simple qu’il n’y paraît.
Videos sur le meme sujet

Les secrets de la mémoire: la mémoire traumatique et le "syndrome de stress post-traumatique"

Durant deux semaines, "CQFD" vous propose de plonger dans le monde fascinant de la mémoire.

Bruit, apnée, stress... le sommeil en danger !

Le bruit, la lumière, sont les stimulations externes qui maintiennent l'excitation des neurones, auxquelles s'ajoutent des stimulations internes comme la réflexion, la motivation ou le stress.

Stress post traumatique : quand le cœur des héros vacille

Le syndrome de stress post traumatique est une blessure psychique due à une confrontation directe avec la mort.
Maladies sur le meme sujet
Anxiété

Anxiété

L'anxiété est un sentiment de tension interne. Normale dans certaines situations, elle peut aussi révéler des maladies ou devenir gênante au quotidien.

Symptômes sur le meme sujet

Angoisse

Je suis angoissé(e)