Il est possible de rajeunir ses cellules

Dernière mise à jour 01/10/13 | Article
Il est possible de rajeunir ses cellules
La Jouvence cellulaire est peut-être à portée de main: la toute récente étude californienne d’un prix Nobel de médecine et une étude espagnole le laissent du moins penser. C’est gratuit ou presque. Voici les recettes.

Des chercheurs de l’Institut de médecine préventive de l’Université de Californie (San Francisco) viennent de démontrer que la modification de certains aspects de son comportement redonne une nouvelle vie à ses cellules. Obtenue par les outils de la génétique moléculaire, il s’agit là d’une des premières preuves qu’il est sans doute possible d’augmenter son espérance de vie en modifiant quelques aspects de sa vie quotidienne. Ce résultat hors du commun vient d’être publié sur le site de la revue The Lancet Oncology 1.

Ce travail est une étude pilote financée par le département américain de la Défense, les Instituts nationaux américains de la santé ainsi que par différentes fondations privées. Il a été mené, sous la direction des Prs Elisabeth H Blackburn (prix Nobel de médecine 2009) et Dean Ornish, par quatorze biologistes et médecins de diverses disciplines (psychiatres, urologues, cancérologues). Leurs travaux ont été menés auprès d’hommes chez lesquels un diagnostic de cancer de la prostate à très faible risque d’évolution venait d’être porté.

Stretching, méditation, relaxation

Ces hommes avaient préféré une surveillance active plutôt que des thérapies conventionnelles (chirurgie, radiothérapie) dont on sait que les effets secondaires peuvent être source de handicaps importants. Deux groupes ont été constitués, l’un composé de dix volontaires et l’autre de vingt-cinq. On a demandé aux premiers de modifier plusieurs aspects de leur mode de vie, mais pas aux autres. Les changements concernaient notamment l'alimentation (en privilégiant un régime à base de fruits et de légumes et la réduction des graisses saturées), une activité physique ainsi qu’un recours à des techniques de gestion du stress (stretching, respiration et méditation inspirées du yoga, relaxation durant une heure par jour). L’exercice physique était modéré mais régulier: marche de trente minutes minimum par jour et ce six jours par semaine. L’ensemble devait être associé à une rencontre hebdomadaire de soutien collectif.

Différentes recherches avaient certes déjà démontré par le passé que le fait d’adopter ce nouveau style de vie pouvait conférer de réels avantages médicaux, par exemple en freinant – voire en inversant – l’évolution de certaines affections cardiaques. Aucune étude prolongée n’avait encore démontré que des changements de style de vie pouvaient avoir un effet cellulaire «rajeunissant». C’est désormais chose faite.

L’âge des cellules

De quelle manière? L’équipe des Prs Blackburn et Ornish s’est intéressée aux télomères. On désigne ainsi les régions situées aux extrémités des chromosomes, et dont l’ADN joue un rôle-clef dans le maintien de la stabilité de ces derniers. Et il est aujourd’hui bien démontré que la réduction de la taille des télomères est un fidèle reflet du vieillissement des cellules, l’annonce programmée de leur mort prochaine. Le Pr Blacburn avait précisément reçu le Nobel pour la somme de ses travaux dans ce domaine.

Mesurer la longueur des télomères fournit donc un fidèle reflet de l’âge biologique des cellules. On sait aussi que le raccourcissement de ces mêmes télomères est associé à différentes affections conduisant souvent à des morts prématurées comme diverses sortes de cancers (de la prostate, du sein, du poumon), des affections cardiovasculaires, des maladies infectieuses ou le diabète de type 2.

Modifier son mode de vie

Dans l’étude qui vient d’être publiée, la longueur des télomères des participants a été mesurée au départ puis cinq années plus tard. Et il est apparu que dans le groupe ayant modifié son mode de vie la longueur des télomères avait considérablement augmenté (de 10% en moyenne). A l’inverse, dans l’autre groupe, elle a diminué en moyenne de 3%. Plus les modifications du comportement étaient importantes et suivies, plus les allongements des télomères étaient grands.

«Les implications de cette étude pilote de petite taille peuvent aller bien au-delà des hommes ayant un cancer de la prostate, souligne le Pr Ornisch. Si l’étude est validée par des essais contrôlés randomisés de grande envergure, ça montrerait que ces modifications dans le style de vie seront de nature à réduire le risque de mortalité prématurée dans un grand nombre de maladies.»  Le président de The American Heart Association s’est dit impressionné par ces résultats, tout en émettant quelques réserves.

Confirmation espagnole

En effet, le nombre des participants à l’étude était faible, ils n’ont pas été tirés au sort mais choisis sur la base du volontariat et rien ne permet d’identifier avec précision ce qui (dans l’ensemble des modifications comportementales) est véritablement à l’origine de l’allongement des télomères. Mais une autre étude, espagnole et aussi récemment publiée2 a permis d’obtenir un résultat similaire à partir d’un simple régime méditerranéen.

Tous ces travaux s’inscrivent dans le grand mouvement de l’épigénétique qui découvre que, loin d’être fixé une fois pour toutes sous forme d’ADN, notre «patrimoine héréditaire» peut être modifié par des éléments de l’environnement ainsi que par notre histoire personnelle. C’est là, d’un certain point de vue, une forme de liberté retrouvée, une possibilité offerte à chacun de reprendre, pour partie, son destin en main.

1. Le résumé (en anglais) de cette étude est disponible ici.

2. Son résumé (en anglais) est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Bien vieillir
Qu'est-ce que la déshydratation?

Qu'est-ce que la déshydratation?

L'eau est le composant principal de l'organisme, et représente environ 60% du poids d'un être humain....
Lire la suite
Personnes âgées
Doigts tenant un ressort

Bien savoir vieillir : des exercices simples pour être en forme

Être en forme, c'est avoir la capacité de supporter un effort physique, ce qui inclut la force, l'endurance,...
Lire la suite
Bien vieillir
Repas de personnes âgées

Troubles de la déglutition chez la personne âgée

Manger est l’un des seuls actes de notre vie quotidienne qui lie à la fois nécessité vitale et plaisir....
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Antivieillissement: deux clans, deux médecines

Antivieillissement: deux clans, deux médecines

En médecine, deux approches du vieillissement s’affrontent: la gériatrie d’une part, et la médecine anti-âge de l’autre.
La médecine anti-âge est-elle le nouvel élixir de vie?

La médecine anti-âge est-elle le nouvel élixir de vie?

Avoir l’air d’avoir vingt ans alors qu’on en a cent: l’image peut choquer… ou faire envie! Et pourtant, vivre jeune le plus longtemps possible est une idéologie de plus en plus répandue. Elle porte un nom bien précis: la médecine anti-âge ou antivieillissement.
La sénescence cellulaire

Stresser les mitochondries pour augmenter la longévité

Les recherches menées sur le vieillissement pointent souvent vers un élément fondamental de la cellule: les mitochondries. Induire un stress mitochondrial modéré permettrait d’allonger la durée de vie.
Videos sur le meme sujet

Glaucome: la vision en danger

Le glaucome est une maladie sournoise qui peut affecter sévèrement la vision. Elle frappe surtout les gens à partir d'un certain âge, mais certaines formes peuvent apparaître précocement.

Pour une belle vieillesse, bougez et restez curieux

Le nombre de personnes âgées augmente. En 2040, un valaisan sur huit, par exemple, aura plus de 80 ans. Comment relever ce défi au niveau de la prise en charge, des infrastructures et du quotidien ? L'antidote fait le point.

Ostéoporose: moins de fractures pour mieux vieillir

En Suisse un homme sur sept et une femme sur trois sont victimes de fractures liées à l'ostéoporose. Douloureuses et handicapantes, les conséquences de la fragilisation des os peuvent être ralenties. Explications avec l'antidote.