Cancers: faire pencher la balance du bon côté

Dernière mise à jour 06/10/11 | Vidéo
Avec les progrès de la médecine moderne, les gens vivent plus longtemps et certaines maladies ont quasiment disparu. Mais le cancer fait de plus en plus de morts et s'annonce comme un des défis de la médecine. Cette émission se penche sur cette maladie.

Les cancers sont en train de devenir la première cause de mortalité dans le monde. Prévenir les cancers est donc «le» défi du futur. Un autre défi de taille, c'est celui de la réhabilitation des personnes qui souffrent ou qui ont souffert d'un cancer. Entre prévention et réhabilitation, les efforts qui attendent notre société sont nombreux. Nous devons apprendre à faire pencher la balance du bon côté. Avec le Dr Sandro Anchisi, chef du service d'oncologie à l'hôpital de Sion.

A LIRE AUSSI

Amputation

Reconstruction de la vessie

Certaines affections de la vessie, telles un cancer, une perte de la fonction de vidange ou de recueil des urines, peuvent nécessiter son ablation. Il...
Lire la suite
Prothèses, implants et greffes

Réapprendre à marcher après une paralysie des jambes

Des chercheurs de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont réussi à restaurer la marche chez des rats dont la moelle épinière avait subi une...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PS42_INTERVIEW_Dietrich

«L’oncologie a fait plus de progrès en deux décennies qu’en 2000 ans»

Il envisageait de devenir pédiatre, avant d’être happé par l’univers de l’oncologie, ses défis et les rencontres exceptionnelles avec des patientes et des patients frappés par la maladie. À une année de prendre sa retraite, le Pr Pierre-Yves Dietrich, chef du Département d’oncologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et professeur à la Faculté de médecine de l’Université de Genève (UNIGE), jette un œil dans le rétroviseur de trois décennies de carrière pour se réjouir des progrès actuels, avant de rapidement se tourner vers l’avenir et les combats qu’il souhaite encore mener.
P17-02_cancer_côlon

Cancer du côlon: dépister pour diminuer la mortalité

Le cancer du côlon est une maladie difficile à diagnostiquer car elle progresse longtemps de manière silencieuse. La dépister après 50 ans, soit par coloscopie, soit en testant la présence de sang dans les selles, diminue par deux le risque de mourir de ce type de cancer.
P20-04_cancer_sein_chimiothérapie

Cancer du sein: moins de chimiothérapie

Grâce à la signature génomique de la tumeur, 40 % des chimiothérapies sont aujourd’hui évitées. Du dépistage au suivi thérapeutique, le Centre du sein des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) propose toutes les prestations dans le domaine du cancer du sein.
Videos sur le meme sujet

Rencontre avec Mikaël Pittet, un spécialiste de l'immunothérapie

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Réduire le coût d'un traitement à 370'000 francs

Le Kymriah, un médicament produit en Europe par Novartis, permet d'espérer une prochaine révolution dans le traitement de certains cancers.

Des chiens qui flairent le cancer

Sarah Dirren présente le projet K-dog dont l'objectif est d'utiliser l'odorat des chiens pour détecter les cellules cancéreuses, celles du cancer du sein.
Symptômes sur le meme sujet

Ganglion

J'ai une grosseur/un ganglion qui m'inquiète