Chevilles: l’aide de l’imprimante 3D

Dernière mise à jour 12/04/16 | Article
Chevilles: l’aide de l’imprimante 3D
Une nouvelle technique chirurgicale a été introduite aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) au bénéfice des patients opérés pour une pose de prothèse.

Rien n’arrête les avancées dans le domaine des imprimantes 3D. En décembre 2015, sous la conduite du Dr Victor Dubois-Ferrière, une équipe du service de chirurgie orthopédique et traumatologie de l’appareil moteur des HUG a posé deux prothèses de cheville en s’aidant de cette technologie. Parti se former à l’université McGill de Montréal, le médecin met en pratique les techniques innovantes apprises là-bas. Offrant précision et réduction du temps opératoire, cette méthode est encore peu répandue en Europe et constitue une première en Suisse.

Des guides sur mesure

La pose de prothèse de cheville est une opération pratiquée régulièrement, mais qui reste toutefois complexe. Afin de placer l’implant prothétique, le chirurgien doit effectuer des coupes dans les os. «Pour cette étape cruciale, on s’aide de guides de coupe qui doivent être positionnés avec une grande précision. La nouvelle méthode facilite ce travail», révèle le Dr Dubois-Ferrière, responsable de l’équipe de chirurgie du pied et de la cheville.

Concrètement, la méthode consiste à réaliser à l’avance, sur la base de scanners de l’articulation du patient, une reproduction tridimensionnelle des os afin de simuler l’emplacement idéal de la prothèse et des coupes osseuses. Ensuite, des guides de positionnement et de coupes sont imprimés en 3D puis utilisés pendant la chirurgie. Ces pièces sont uniques et précises au millimètre prêt.

Réduction du temps opératoire

Le chirurgien planifie chaque phase de l’intervention avant son entrée au bloc opératoire. Il anticipe de cette manière les obstacles qu’il rencontrerait pendant la coupe de l’os. Toutes les étapes préalables à la pose des guides sont remplacées, réduisant ainsi la durée de l’opération.

Au vu de la nouveauté de ce protocole chirurgical, des études seront menées afin de déterminer notamment si la précision gagnée allonge la vie de la prothèse ou si le temps restreint de l’intervention a une influence sur les risques encourus par le patient.

_________

Source : Magazine Pulsations - http://www.hug-ge.ch/sites/interhug/files/n28_pulsations_avr-mai-juin_2016.pdf

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

S.O.S cœur fatigué

A un stade terminal d’insuffisance cardiaque, l’assistance circulatoire mécanique redonne espoir avant la greffe ou pour toujours.

Les reins sont discrets mais polyvalents et précieux

Nichés de part et d’autre de la colonne vertébrale, ils assurent de nombreuses fonctions. Discrets, ils sont parfois négligés, et ne font parler d’eux que quand ils sont déjà endommagés.
Première greffe de pénis aux Etats-Unis: plus d’un millier de jeunes militaires concernés

Première greffe de pénis aux Etats-Unis: plus d’un millier de jeunes militaires concernés

L’affaire, comme de juste, fait le gros titre du «New York Times»(1): «Man Receives First Penis Transplant in the United States». Cette première greffe de pénis pratiquée aux États-Unis vient d’être tentée au Massachusetts General Hospital de Boston. L’établissement a, sur ce thème, diffusé un long communiqué de presse.
Videos sur le meme sujet

Vivre avec une prothèse

Plusieurs personnes amputées témoignent de leur quotidien à domicile, en ville, sur leur lieu de travail. Comment vivre avec une prothèse des membres inférieurs?

Réapprendre à marcher après une paralysie des jambes

Des chercheurs de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont réussi à restaurer la marche chez des rats dont la moelle épinière avait subi une lésion provoquant la paralysie des membres inférieurs (paraplégie). Une vidéo pour mieux comprendre.

Transplantation : un rein qui redonne la vie

Le rein est un des seuls organes qui ne guérit pas. Sans rein, personne ne survit. La dialyse étant très contraignante, les personnes en déficience rénale attendent généralement d'être greffés. Mais il faut souvent patienter plus de 2 ans.