Benzodiazépines: vrai ou faux?

Dernière mise à jour 15/02/15 | Article
Des réponses aux idées reçues sur ces médicaments aux propriétés tranquillisantes et hypnotiques.

Apparues sur le marché dans les années 60 avec le Valium®, les benzodiazépines sont aujourd’hui parmi les molécules les plus consommées dans les pays occidentaux. Prescrites pour leurs propriétés tranquillisantes, somnifères ou myorelaxantes (contre les douleurs musculaires), elles soulagent des symptômes, mais ne soignent pas.

Le point avec la Dresse Anne François, médecin adjointe au service de médecine de premier recours des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et avec le Dr Gerard Calzada, chef de clinique au service d’addictologie des HUG, sur des médicaments qu’il ne faut ni diaboliser ni banaliser. «Ils demandent une prescription attentive, limitée dans le temps et fréquemment réévaluée», insistent les deux praticiens.

Les benzodiazépines rendent accros

Vrai. Comme pour d’autres substances addictives, la prise de benzodiazépines mène à une tolérance –augmenter la dose pour avoir le même effet– et des symptômes de sevrage (état de manque) font leur apparition lors de l’arrêt du traitement. D’où l’importance d’un arrêt progressif pour éviter le risque de crise d’épilepsie. Vu que ces médicaments rendent dépendants, il ne faut pas les prescrire plus de trois à quatre semaines : si l’anxiété se poursuit, il vaut mieux entreprendre un travail thérapeutique (psychothérapie de soutien, techniques de respiration, approche corporelle, etc.).

Ils sont donnés lors d’une dépression

Vrai et faux. On peut les utiliser pour traiter une anxiété invalidante ou des difficultés d’endormissement présentes lors d’une dépression. Mais cela doit se limiter à une courte période, comme accompagnement momentané du traitement antidépresseur qui demeure celui de référence.

Il faut se méfier de leurs effets secondaires

Vrai. Ces médicaments provoquent une somnolence, de la fatigue, des troubles cognitifs (diminution de l’attention, perte de mémoire), mais aussi des apnées du sommeil voire une dépression. Chez la personne âgée, ils augmentent le risque de chute. En cas de prise prolongée, il y a un risque de développer la maladie d’Alzheimer ou un cancer.

On note des effets sur la conduite d’un véhicule

Vrai. Ils diminuent la concentration et prolongent le temps de réaction, d’où un risque de provoquer un accident.

L’interaction avec d’autres médicaments est dangereuse

Vrai. Avec la plupart des sirops contre la toux, des antiallergiques, des antidouleurs comme les dérivés morphiniques, il y a un risque de renforcement des effets sur l’organisme pouvant aller jusqu’à un arrêt respiratoire.

Il faut éviter de boire de l’alcool et de prendre en même temps des benzodiazépines

Vrai. Les effets secondaires sont démultipliés avec la prise simultanée de ces deux substances.

Contre les attaques de panique, rien ne vaut les «benzos»

Faux. Leur réponse immédiate est tellement efficace qu’en les prescrivant on empêche les gens de chercher des techniques alternatives pour diminuer ces symptômes aigus. En fait, les benzodiazépines permettent de traiter les symptômes, mais pas le problème qui génère ces crises de panique.

L’anxiété est à éliminer à tout prix

Faux. L’anxiété n’est pas une maladie. Elle fait partie de l’être humain et a une utilité majeure dans l’évolution de l’espèce: elle nous dit ce qui ne va pas (ce qui est dangereux) et nous permet de réagir (échapper au danger). C’est un signal d’alerte, comme la douleur, mais au niveau psychologique. Par contre, une anxiété excessive et durable peut engendrer une souffrance personnelle et altérer la qualité de vie.

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
mon_enfant_psy

Mon enfant chez le psy

«Maman, j’ai mal au ventre!» Plaintes somatiques, agressivité ou tristesse, difficultés scolaires… les signaux qu’envoie un enfant pour dire qu’il ne va pas bien peuvent être nombreux. Parfois, le bon sens des parents, leurs ressources personnelles et les conseils de l’entourage ne suffisent pas pour décoder les difficultés ou aider l’enfant à les dépasser. Consulter un spécialiste peut alors être d’une grande aide. Quelques points de repère à l’attention des parents.

La psychothérapie créative du jeu de sable

Technique psychothérapeutique inspirée de la théorie jungienne, le jeu de sable utilise la créativité pour permettre aux patients de verbaliser leurs émotions et leur vécu, par exemple dans le cadre troubles du comportement alimentaires.
Ombre repliée devant un mur de briques

Favoriser le diagnostic précoce de la psychose

Nouvellement nommé à la tête de la psychiatrie générale du CHUV, le professeur Philippe Conus détaille pour nous les nouvelles approches liées au diagnosti précoce des psychoses.
Videos sur le meme sujet

Améliorer la cohérence cardiaque pour venir en aide aux enfants atteints de maladies psychiques

Selon l’OMS un enfant sur 5 est attient d’une maladie psychique ou d’un trouble du comportement.

Op Art et neurosciences pour soigner des maladies mentales

Et si l’art permettait de soigner des maladies mentales comme la schizophrénie ?

Traitement des maladies mentales: de plus en plus tôt?

De nos jours, les maladies mentales sont prises en charge de façon plus précoce.