Un transplanté sur deux menacé par des infections graves

Dernière mise à jour 10/01/20 | Audio
Loading the player ...
Plus de la moitié des patients ayant bénéficié dʹune transplantation dʹorgane développent des infections sévères dans l'année qui suit.

C'est le constat d'un collectif de chercheurs suisses chapeauté par les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

Les détails avec Christian van Delden, professeur à lʹUniversité de Genève (UNIGE) et responsable de lʹUnité dʹinfectiologie de transplantation des HUG, interrogé par Sarah Dirren.

Le communiqué des HUG

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Rééducation

Nouvelle vie après accident: aller de l’avant malgré tout

750000 personnes sont victimes d’un accident chaque année. Certains accidents sont graves et vont avoir des répercussions sur la vie et sur le travail...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
malvoyants_vision_artificielle

Malvoyants: bientôt une vision artificielle?

Des chercheurs de l’EPFL, en collaboration avec l’Hôpital ophtalmique Jules- Gonin à Lausanne, sont à la pointe de la recherche sur l’implant rétinien pour redonner la vue aux personnes aveugles ou malvoyantes.

Va-t-on tous bientôt porter des implants médicaux?

Ces dispositifs qui peuvent être placés dans les diverses parties de notre corps pour pallier une fonction défaillante ont déjà sauvé bien des vies. Mais ils ne sont pas dénués de risques et certains d’entre eux sont des cibles pour d’éventuels pirates.
PULS_don_membrane

Des patchs de membrane amniotique pour réparer les cornées

Aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), les femmes enceintes chez qui une césarienne a été planifiée pourront intégrer un programme de don de membrane amniotique.
Videos sur le meme sujet

Bonne nouvelle dans le domaine de la transplantation du foie

Des chercheurs zurichois sont parvenus à maintenir en bonne condition un foie destiné à la transplantation durant toute une semaine.

Scandale des implants défectueux

Les implants se multiplient dans nos corps, pour nous aider à vivre mieux. Leur évolution technique les rend toujours plus faciles à placer, au point de nous faire oublier qu’il s’agit d’un élément étranger que notre corps devra accepter. Mais surtout, l’homologation de ces dispositifs médicaux par les fabricants a bénéficié jusqu’à aujourd’hui d’un manque de contrôle qui a nui à la sécurité des patients. Cette largesse de la réglementation a mené au scandale des «Implant Files», dénoncé dans toute l’Europe, et qui touche aussi la Suisse.

Des «super-greffons» pour soigner le diabète

Proposer des "super-greffons" de cellules pancréatiques à des patients souffrant de diabète sévère, cʹest une possibilité explorée à l'Université de Genève (Unige).