Paralysie: une autogreffe pour remarcher?

Dernière mise à jour 30/10/14 | Article
Paralysie: une autogreffe pour remarcher?
Un homme a retrouvé un usage partiel de ses jambes grâce à une transplantation de cellules du bulbe olfactif.

«Comme une renaissance», déclare Darek Fidya à la caméra de la BBC. Le quadragénaire bulgare était paralysé après avoir été poignardé, il marche aujourd’hui à petits pas. Son opération au résultat spectaculaire a fait la une des médias de la planète et l’objet d’un reportage de l’émission Panorama, diffusé le 21 octobre 2014. S’agit-il pour autant d’un espoir solide pour les paraplégiques du monde entier? Nos réponses.

Darek Fidya partait de très loin. Lors de son agression, sa moelle épinière, sorte de cordon dans la colonne vertébrale, a été complètement sectionnée. Conséquence : l’influx nerveux du cerveau vers les jambes (et inversement) ne se faisait plus. Le résident polonais ne pouvait donc plus mouvoir volontairement ses jambes ni son bassin et n’avait aucune sensibilité en-dessous de la neuvième vertèbre dorsale.

Mais une équipe polonaise et britannique est parvenue à rétablir cette communication nerveuse, une intervention décrite dans la revue Cell Transplantation.

Injection de cellules du bulbe olfactif

L’opération pratiquée en Pologne est en fait une autogreffe de cellules souches d’un type particulier, les cellules «engainantes olfactives». Celles-ci font partie du système de l’odorat et ont deux propriétés cruciales pour cette procédure: d’abord, il s’agit de cellules nerveuses, de la même famille que celles de la moelle épinière; ensuite, elles se reproduisent tout au long de la vie. Ainsi, en injectant des cellules olfactives dans la moelle, on suppose qu’elles pourraient l’aider à se reconstituer. C’est l’objectif même de cette intervention.  

Paralysie: une autogreffe pour remarcher?

© BBC

Et c’est exactement ce qui a été fait. Au printemps 2012, le bulbe olfactif gauche du patient a été retiré lors d’une opération. Les cellules de cette partie du cerveau spécialisée dans l’odorat ont été cultivées et, douze jours après, le volontaire repassait sur le billard pour qu’on les injecte dans la zone où la moelle épinière avait été lésée. Quatre fragments de nerfs périphériques ont également été greffés dans l'espace large de 8 mm causé par l’agression. Après l’opération, Darek Fidya a bénéficié de physiothérapie intensive et été suivi dix-neuf mois.

Le résultat? Impressionnant. Un mouvement volontaire d’adduction (soit qui rapproche le membre du corps) de la jambe est apparu cinq mois après l’intervention, de même qu’une sensibilité du bas du dos. A la fin du suivi, «le patient a commencé à marcher aux barres parallèles, avec un déambulateur et des attelles», relate l’article scientifique. Selon l’échelle américaine de handicap dû à un traumatisme de la moelle épinière (ASIA), Darek Fidya est passé d’une paralysie complète (degré A), à modérément incomplète (degré C) – le degré E signifiant l’absence de handicap.

Mécanisme inconnu

Interrogée sur cet essai thérapeutique, la professeure Stephanie Clarke, cheffe du service de neuropsychologie et de neuroréhabilitation du Centre hospitalier universitaire vaudois souligne «une approche intéressante» et des résultats «crédibles». Naturellement, il s’agit là d’un premier essai clinique sur l’être humain et sur un patient unique. L’équipe pionnière et d’autres chercheurs doivent désormais déterminer si ce traitement fonctionne chez d’autres individus et pour d’autres lésions nerveuses de la colonne vertébrale.

La scientifique souligne cependant que de nombreux points devront être élucidés pour déterminer comment cette intervention permet le retour de la marche. «Active-t-elle la croissance de cellules provenant des extrémités de la moelle qui avaient été séparées? Ou, au contraire, s’agit-il d’une multiplication des cellules olfactives qui ont été transplantées? Quel est l’élément fondamental des différentes composantes de cette opération? Actuellement, on ne comprend pas véritablement le mécanisme impliqué ici.»

Une combinaison de techniques est requise

Les chercheurs ont donc du pain sur la planche. D’autres approches prometteuses existent, par exemple un moyen de stimuler la repousse des fibres nerveuses qui est en cours d’essai clinique à Zurich, ou l’utilisation de harnais robotisés à l’EPFL (voir l'article: certains paraplégiques marchent à nouveau).

En tant que présidente de la fédération mondiale de neuroréhabilitation (WFNR), la Pre Clarke insiste sur cette multiplicité: pour traiter la paraplégie, «il faut encourager différentes directions de recherche sérieuses comme celle pratiquée en Pologne. Mais ce n’est pas forcément la seule solution. Au contraire, nous aurons toujours besoin d’une combinaison de techniques différentes pour soigner ces personnes.»

Une première sur un point précis

Le principe général de l’intervention réalisée en Pologne n'est pas nouveau. Des essais de ce type ont été réalisés au Portugal il y a près de quinze ans, mais sans succès thérapeutique. Et avec des effets secondaires rédhibitoires comme la pousse, chez une patiente, de cellules olfactives au sein de la moelle.

Cependant, c’est la première fois que des cellules greffées chez l’homme sont extraites du bulbe olfactif et non de la muqueuse nasale. Dans une recherche parallèle, la même équipe polonaise et britannique a montré que, chez le rat, une greffe de cellules permet la conduction de l’influx nerveux si celles-ci proviennent du bulbe olfactif mais ne la permet pas si les cellules ont été prélevées dans la muqueuse du nez. Ils n’en fournissent pas d’explication.

A LIRE AUSSI

Automédication
paracetamol_ibuprofene_utiliser_risque

Paracétamol, ibuprofène, aspirine, etc.: comment les utiliser sans risque?

Les antalgiques font partie des médicaments les plus consommés en Suisse. Disponibles librement sans...
Lire la suite
Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anesthésie

Effets de l’anesthésie sur le cerveau

L’impact d’une opération sur les facultés intellectuelles est avéré. On ignore pour l’heure les causes...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
LMD_vers_transplantation_animale

Un premier pas vers la transplantation animale

Un patient en état critique a reçu pour la première fois un cœur de porc. Une révolution dans le monde de la transplantation qui suscite de nombreux espoirs, mais révèle aussi de nombreux défis.
LMD_neurorééducation

Améliorer sa vie après une atteinte au cerveau

En Suisse, une personne sur six a, ou aura, été victime d’un accident vasculaire cérébral au cours de sa vie. La neurorééducation vise à redonner à ces individus la plus grande autonomie possible.
technologies_service_rehabilitation

Les technologies au service de la neuroréhabilitation

Jeux vidéo, réalité virtuelle, robots : ces technologies peuvent aider à réduire l’impact des lésions cérébrales. Ludiques, elles motivent le patient et l’incitent à augmenter l’intensité et la durée de ses exercices. Personnalisées, elles s’adaptent aux progrès de chacun. Encore faut-il les évaluer. C’est l’objectif de la plateforme NeuroTech lancée par le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) à Lausanne.
Videos sur le meme sujet

Transplantation réussie d'un foie conservé trois jours

Il est possible de conserver un foie pendant trois jours avant de le transplanter, alors que jusquʹici il fallait lʹutiliser dans les douze heures après son prélèvement.

Un cœur de porc bat dans une poitrine humaine, itw de René Prêtre

Des chirurgiens ont greffé avec succès le cœur d'un porc sur un humain sans rejet immédiat.

Appel aux dons pour la transplantation fécale

Si le don de selles peut faire sourire, intriguer ou dégouter, il a une réelle importance thérapeutique.