Scanner: vrai ou faux?

Dernière mise à jour 12/09/16 | Article
Des réponses aux idées reçues sur cet examen très utile pour poser un diagnostic précis.

Le scanner (CT-scan), appelé aussi tomodensitométrie, est un examen d’imagerie par rayons X. Il utilise un ordinateur pour assembler une série de prises de vue afin de créer des images détaillées en deux ou trois dimensions d’organes, de tissus, d’os ou de vaisseaux sanguins. Dans certaines situations, un produit de contraste permet de voir plus clairement les organes et les anomalies. Si cet examen a une place incontestable en médecine, son utilisation mérite d’être bien justifiée. Explications avec le Pr Christoph Becker, médecin-chef du service de radiologie des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG).

Les doses d’irradiation lors d’un scanner sont dangereuses pour la santé.

Faux. Si l’indication pour l’examen est bien posée, le bénéfice est toujours supérieur aux risques liés aux rayons X.

Un examen au scanner peut avoir des effets secondaires.

Vrai. Certains examens incluent l’injection d’un produit de contraste (médicament à base d’iode) par voie intraveineuse. Comme tout médicament, il peut provoquer des allergies. Cependant, elles sont rarement graves et le risque peut être fortement diminué en identifiant les antécédents allergiques de la personne. D’autres facteurs de risque concernent les patients avec une fonction rénale réduite, prenant des antidiabétiques ou des anti-inflammatoires oraux. Chez ceux-là, des mesures spécifiques sont appliquées (notamment, boire beaucoup).

Les allergies alimentaires empêchent de passer un scanner avec produit de contraste.

Faux. L’intolérance aux poissons, fruits de mer ou fraises n’est pas une contre-indication à cet examen. Un sentiment de chaleur ou de nausée lors d’un précédent examen n’empêche pas d’en refaire un autre.

Une femme enceinte ne peut pas faire de scanner.

Faux. Il faut distinguer deux cas de figure. Si l’examen porte sur une région qui n’implique pas le fœtus (scanner cérébral, recherche d’embolie pulmonaire), il peut être réalisé comme chez n’importe quel patient. S’il s’agit de l’abdomen, on choisit des techniques non irradiantes. Cependant, après une échographie non concluante et si l’état général le nécessite, un scanner, généralement à doses réduites, peut être réalisé.

L’imagerie par résonance magnétique (IRM) peut toujours remplacer un CT-scan.

Faux. L’IRM donne d’autres informations que le scanner. C’est un examen plus long et plus contraignant au niveau logistique. Il cible davantage certaines régions (cancer du sein, de la prostate), et différencie mieux les tissus mous (muscles, tendons) et le système nerveux central. Pour certaines pathologies, les deux examens sont complémentaires.

La radio standard va finir par laisser place au scanner et à l’IRM.

Faux. Grâce à sa facilité de réalisation, à sa disponibilité et à son faible coût, l’information d’une radiographie est largement suffisante pour répondre aux questions du médecin dans un grand nombre de situations (fractures, pneumonie).

_________

Source

Magazine Pulsations - http://www.hug-ge.ch/sites/interhug/files/pulsations_mai_juin_2015.pdf

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
prevention_mode d'emploi

Prévention, mode d’emploi

L’idée de la prévention est, en fonction de l’âge, de repérer ce qui nous prédispose à une possible maladie. Puis, plus tard dans la vie, d'aller chercher les indices du développement éventuel de cette pathologie. Et, une fois qu’elle a pu être prise en charge et soignée, éviter qu’elle ne revienne. Les médecins parlent respectivement, pour ces trois étapes, de prévention primaire, secondaire et tertiaire. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un mode de vie sain permet d’éviter ou de retarder l’apparition des maladies non transmissibles (tels que cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires) dans plus de 50% des cas. Dans les faits, comment insuffler de la prévention dans sa vie? L’affaire est plus simple qu’il n’y paraît.
prevention2_quels depistages

Quels dépistages, à quel âge?

A l’heure du dépistage, l’idée n’est pas de passer sous un scanner des pieds à la tête chaque année. L’enjeu: faire «juste» ce qu’il faut quand il faut en tenant compte de ses antécédents et en restant à l’écoute de son corps. Le point avec le Pr Jacques Cornuz, directeur de la Policlinique médicale universitaire de Lausanne.
examens_superflus

Réduire les examens et les traitements superflus

Depuis 2014, dix procédures autrefois de routine sont déconseillées car leur inutilité a été prouvée.
Videos sur le meme sujet

Les check up sous la loupe

De nombreuses personnes se soumettent de leur propre initiative à un bilan de santé afin de savoir «où elles en sont».

Cancer : stop aux radios dentaires inutiles !

Début 2012, un article scientifique crée l’émoi: il fait le lien entre radiographies dentaires et méningiomes (tumeur de l’enveloppe du cerveau).

Trop de dépistages?

Stéphane Délétroz se penche sur le dépistage des maladies.