Faut-il dépister le cancer de la prostate?

Dernière mise à jour 20/02/12 | Article
Trois générations d'hommes
Le cancer de la prostate est la tumeur maligne solide la plus fréquente chez l’homme, dans les pays occidentaux. Les résultats des études au sujet du dépistage ne concordent pas… Qu’en est-il exactement?

Le dépistage

Par définition, le dépistage a pour but de diagnostiquer une maladie avant que les symptômes n’apparaissent. Ceci vise à diminuer la mortalité liée à cette maladie. Concernant le cancer de la prostate, le dépistage se fait actuellement en associant un toucher rectal et une prise de sang pour doser la PSA (une molécule spécifique de la prostate). Si l’un des deux est anormal, une biopsie de la prostate est effectuée (par voie rectale).

Opération ou surveillance: le grand dilemme

Les traitements à visée curative reconnus du cancer de la prostate sont actuellement la prostatectomie radicale, la radiothérapie externe ou la brachythérapie. Faut il traiter tous les cancers de la prostate? Ces traitements peuvent avoir des conséquences importantes sur le système urinaire et pour la vie intime des patients. D’autre part, le cancer de la prostate se développe très lentement et une partie des patients atteints de cancer ne nécessiteront jamais d’opération. A l’opposé, décider de ne pas opérer peut avoir des répercussions psychologiques liées au stress et à la peur de développer une forme agressive de cancer. Outre ces aspects «subjectifs», c’est également prendre le risque de laisser un cancer se développer.

En réponse à ce dilemme, la «surveillance active» s’impose comme option thérapeutique à visée curative qui permet de différer un traitement invasif jusqu’au au stade où un traitement radical est réellement nécessaire pour éviter les complications liées à l’évolution de la maladie. Ce choix offre un bon compromis: elle permet de suivre la progression naturelle de la maladie, et de ne la traiter qu’en cas de progression. Concrètement, il s’agit de renforcer la surveillance en cas de dépistage anormal. Le toucher rectal et le dosage de la PSA sont alors refaits tous les 3 mois. Si le cancer évolue, l’opération est proposée au patient.

Cette manière de faire permet de retarder ou d’éviter un traitement invasif, dans les cas qui ne le nécessitent pas. Une étude montre que cela permettrait d’augmenter la qualité de vie des patients avec une forme de cancer peu agressive (notamment en évitant les effets secondaires de l’opération).

Et pour l’avenir?

De nombreuses recherches sont en cours: il semblerait que l’utilisation d’échographie guidée par ordinateur, de l’imagerie par résonnance magnétique de la prostate et l’analyse du gène PCA3 (que l’on trouve dans l’urine) puisse faire évoluer les méthodes de stratification du risque lié au cancer de la prostate. Affaire à suivre.

Référence

Adapté de «Surveillance active du cancer de la prostate», Drs Massimo Valerio, Laurent Vaucher, Yannick Cerantola, Pr Patrice Jichlinski du Service d’urologie, Dr Dominik Berthold su Service d’oncologie et Dr Fernanda Herrera du Service de radio-oncologie, CHUV, Lausanne in Revue médicale suisse 2011; 7: 2388-91, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Prévention_1_place_action

Prévention: place à l’action

Les cibles sont identifiées. Le public, à l’écoute. Les connaissances, à la pointe. Les volontés, bien présentes. Et pourtant, en matière de prévention, la Suisse se fait régulièrement sanctionner d’un «peut mieux faire» par les organisations internationales. Les raisons? Elles sont multiples… et en bonne partie économiques. Explications.
prevention2_quels depistages

Quels dépistages, à quel âge?

A l’heure du dépistage, l’idée n’est pas de passer sous un scanner des pieds à la tête chaque année. L’enjeu: faire «juste» ce qu’il faut quand il faut en tenant compte de ses antécédents et en restant à l’écoute de son corps. Le point avec le Pr Jacques Cornuz, directeur de la Policlinique médicale universitaire de Lausanne.

En Suisse, le cancer colorectal est le 3e cancer le plus fréquent

Entre 50 et 69 ans, le dépistage du cancer colorectal par recherche de sang dans les selles ou coloscopie est très efficace.
Videos sur le meme sujet

Le dépistage du cancer

Adrien Zerbini aborde ce qui peut éviter d’avoir à affronter un cancer: le dépistage.

Dix jours de sensibilisation au cancer de l'ovaire

Toute cette semaine, le service de gynécologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et la Ligue genevoise contre le cancer se mobilisent en organisant les 10 jours du cancer de l’ovaire.
Maladies sur le meme sujet
Organes génitaux masculins

Cancer du testicule

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 430 nouveaux cas de cancer du testicule, ce qui représente 2 % de toutes les maladies cancéreuses dans la population masculine. Le cancer du testicule touche surtout des hommes jeunes : 86 % des patients ont moins de 50 ans au moment du diagnostic.

Prostate

Cancer de la prostate

Chaque année en Suisse, environ 6100 hommes développent un cancer de la prostate, qui est le cancer le plus fréquent en général: 30% des cancers chez l’homme sont des cancers de la prostate. Pratiquement tous les patients (99%) ont plus de 50 ans au moment du diagnostic; 47% ont même 70 ans et plus.

Symptômes sur le meme sujet

Ganglion

J'ai une grosseur/un ganglion qui m'inquiète