Zoom sur le cycle menstruel

Dernière mise à jour 17/11/20 | Questions/Réponses
pulsations_cycle_menstruel
Partie intégrante de la physiologie féminine, il rythme la vie des femmes de la puberté à la ménopause. Ses troubles ne doivent pas être banalisés. Au contraire, ils doivent être pris en compte et faire l’objet d’investigations pour en comprendre les causes.

Pourquoi ça fait mal?

Si elles ne sont pas invalidantes et s’estompent avec du paracétamol ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens, les douleurs des règles sont considérées comme physiologiques (normales). En cause: la sécrétion par l’utérus de «protéines de l’inflammation» (prostaglandines) à l’origine des contractions nécessaires à l’expulsion du sang, ainsi qu’une moindre irrigation sanguine de l’utérus par les artères pendant les règles.

Dans 10% des cas, les règles douloureuses sont dues à un problème dit «organique» (endométriose, infection, fibrome, etc.).

Quand consulter?

  • Si des douleurs intenses persistent malgré la prise de paracétamol ou d’anti-inflammatoires et que leur intensité perturbe le quotidien.
  • Si les saignements sont excessifs (changement de protection toutes les 1 à 2 heures) ou durent plus de 7 jours.
  • Si les cycles s’interrompent ou deviennent irréguliers, soit ≤ 21 jours ou ≥ 45 jours, ne sont pas apparus à l’âge de 15 ans malgré un développement pubertaire adéquat.

Pourquoi peut-on se sentir mal avant?

En chiffres

12,2 L’âge moyen d’apparition des premières règles

450 Le nombre moyen de cycles dans la vie d’une femme

25% La proportion d’adolescentes ignorant tout ou presque des règles avant de les avoir

Portrait d’un trouble qui touche 20 à 30% des femmes, le syndrome prémenstruel.

  • Son rythme: survenant 7 à 10 jours avant les règles, il disparaît aux premiers jours du cycle, pour réapparaître au cycle suivant.
  • Parmi ses caractéristiques: douleurs au ventre, boutons, maux de tête, nausées, gonflement des seins et du ventre, fatigue, sensibilité accrue, variations d’humeur, etc.
  • Signe distinctif: une intensité telle que cela perturbe la vie quotidienne.
  • Mythe: le syndrome prémenstruel n’est pas un événement à banaliser ou stigmatiser, mais au contraire un motif de consultation  en soi, en raison de ses conséquences physiologiques (sommeil, humeur, dérèglement neurologique de la gestion  de la douleur, etc.), voire sociales et professionnelles.

Le déroulement d’un cycle «type»

Le cycle ovarien

  1. Phase folliculaire: 5 à 15 follicules dits «primordiaux  commencent leur maturation suite à la stimulation par l’hormone folliculostimulante (FSH), relâchée par l’hypophyse. Un seul d’entre eux atteint la maturité.
  2. Ovulation: Suite à la stimulation par l’hormone lutéinisante (LH), également secrétée par l’hypophyse, le follicule mûr se rompt et expulse l’ovocyte (futur ovule).
  3. Phase lutéale: Le follicule se transforme en corps jaune, qui sécrète une proportion croissante de progestérone jusqu’à un pic au 21e jour. Sans fécondation au moment de l’ovulation, le corps jaune régresse.
  4. Menstruation (règles): Si l’ovocyte n’est pas fécondé, des petits vaisseaux sanguins sont détruits, ce qui conduit à la desquamation de l’endomètre (muqueuse tapissant la paroi interne de l’utérus), puis aux règles.
  5. Phase proliférative: Le nombre de glandes et de vaisseaux augmente progressivement dans l’endomètre, qui s’épaissit en début de cycle pour accueillir l’embryon en cas de fécondation.
  6. Phase sécrétoire: L’endomètre continue de s’épaissir pour accueillir l’embryon en cas de fécondation. Si l’ovocyte est fécondé, la grossesse débute et le placenta maintient l’endomètre grâce à la production de progestérone.

Le cycle utérin

  1. Menstruation (règles): Si l’ovocyte n’est pas fécondé, des petits vaisseaux sanguins sont détruits, ce qui conduit à la desquamation de l’endomètre (muqueuse tapissant la paroi interne de l’utérus), puis aux règles.
  2. Phase proliférative: Le nombre de glandes et de vaisseaux augmente progressivement dans l’endomètre, qui s’épaissit en début de cycle pour accueillir l’embryon en cas de fécondation.
  3. Phase sécrétoire: L’endomètre continue de s’épaissir pour accueillir l’embryon en cas de fécondation. Si l’ovocyte est fécondé, la grossesse débute et le placenta maintient l’endomètre grâce à la production de progestérone.

______

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Sexualité féminine
excitation sexuelle féminine

L’excitation sexuelle féminine, comment ça marche ?

L’excitation sexuelle est un élément crucial de la sexualité, puisqu’avec elle naît la volupté qui peut...
Lire la suite
Chlamydia
Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Plaisir sexuel très apprécié par beaucoup d’hommes, la fellation pratiquée sans préservatif peut toutefois...
Lire la suite
Santé sexuelle
Transsexuel

Le long et pénible parcours du changement de sexe

Jenna Talckova, transsexuelle, n’a pas été élue Miss Univers en 2012. Elle a toutefois obtenu que les...
Lire la suite
Maladies sur le meme sujet
Examen de la thyroïde

Hyperthyroïdie

L’hyperthyroïdie est la conséquence d’une production excessive d’hormones par la glande thyroïde.

Cou

Hypothyroïdie

L’hypothyroïdie est la conséquence d’une trop faible production d’hormones par la glande thyroïde.