Douleurs pendant les règles: avantage à la bouillotte

Dernière mise à jour 31/07/15 | Article
Douleurs pendant les règles: avantage à la bouillotte
Selon une étude suisse, plus de 86,6% des jeunes femmes entre 16 et 20 ans souffrent de dysménorrhée, autrement dit de douleurs abdominales ou dorsales pendant les menstruations. La bouillotte apparaît parmi les méthodes les plus efficaces.

Les symptômes de la dysménorrhée commencent habituellement 2 à 3 ans après l’apparition des premières règles, lorsque les cycles deviennent ovulatoires, soit à la fin de l’école obligatoire pour la plupart des jeunes filles. La dysménorrhée est responsable d’absences de courte durée mais récurrentes. De plus, les adolescentes atteintes de dysménorrhée sévère (définie par leur impact sur les activités quotidiennes) sont plus sujettes à souffrir également de symptômes dépressifs. Ces douleurs ont donc un impact significatif sur la vie des jeunes femmes.

Des traitements fréquents et très variés

En réponse à un questionnaire envoyé à 2400 apprenties et étudiantes entre 16 et 20 ans, deux tiers (66%) des participantes ont déclaré prendre ou avoir pris un traitement contre la dysménorrhée. Les traitements les plus fréquents sont l’ibuprofène (53%), le paracétamol (51%), la contraception hormonale (40%), la bouillotte sur le ventre (35%) et des compléments alimentaires ou la phytothérapie (23%).

La source d’information pour le choix du traitement est surtout la famille, sollicitée dans plus de 60% des cas, mais également des ami(e)s (plus de 20%) et un professionnel de la santé (10%). Toutefois, seules 11% des participantes prenant un traitement en ont discuté avec un professionnel de la santé (gynécologue 8%, médecin de famille 4%). Ces chiffres ne s’appliquent toutefois pas à la contraception hormonale puisqu’elle n’est délivrée que sur ordonnance. Parmi les répondantes qui prennent la pilule (67%), 85% d’entre elles l’utilisent pour éviter une grossesse, 44% pour diminuer les douleurs liées aux règles et 21% pour diminuer l’acné.

Les vertus de la chaleur

La dysménorrhée est parfois supportée sans traitement; cependant, l’efficacité ressentie des traitements est globalement très bonne. Le traitement le mieux considéré est un «remède de grand-mère», la bouillotte, suivi de près par l’ibuprofène et la contraception hormonale, avec respectivement 92, 90 et 90% de satisfaction.

La bouillotte ne semble d’ailleurs pas être une spécificité helvétique: toutes les participantes d’une étude new-yorkaise utilisaient au moins un traitement non médicamenteux et un objet chaud, comme la bouillotte, dans 50% des cas (après le fait de rester au lit ou de prendre un bain chaud, aussi fréquemment mentionnés). La bouillotte est peu mentionnée dans les recommandations officielles, mais au moins une étude a montré que la chaleur locale était aussi efficace que l’ibuprofène et apportait un soulagement plus rapide.

_________

Référence

Adapté de «Dysménorrhée: patience, pilules ou bouillotte?», Dr Bertrand Graz, Institut universitaire de médecine sociale et préventive - Unité d’évaluation des soins (IUMSP-UES), Route de la Corniche 10, 1010 Lausanne; Pr Eric Bonvin, Président de la Commission des médecines complémentaires, Faculté de biologie et médecine - UNIL, 1011 Lausanne; Mona Savoy, Université de Lausanne - UNIL, Ecole de médecine, 1015 Lausanne et Pr Thierry Buclin, Division de pharmacologie clinique, CHUV, 1011 Lausanne. In Revue Médicale Suisse 2014;10:2285-8. En collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Chlamydia
Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Plaisir sexuel très apprécié par beaucoup d’hommes, la fellation pratiquée sans préservatif peut toutefois...
Lire la suite
Pilule d'urgence
Contraceptif d'urgence

La pilule d’urgence en dix questions

Autrefois connue sous le nom de «pilule du lendemain», la contraception d’urgence permet, si elle est...
Lire la suite
Pilule contraceptive
Mon premier rendez-vous chez le gynécologue

Mon premier rendez-vous chez le gynécologue

Il suscite de nombreuses questions, craintes et fantasmes auprès des adolescentes. Le premier rendez-vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Variabilité d'humeur

Chérie, tu as tes règles?

Trop souvent banalisé, le syndrome prémenstruel, qui touche 20 à 30% de la population féminine en âge de procréer, n’est ni un mythe, ni une fatalité. Des traitements existent pour soulager ces manifestations physiques et psychiques qui surviennent les jours qui précèdent les règles.
indiscretions_regles

Dix indiscrétions sur les règles

Les règles figurent encore parmi les sujets dont on n’ose pas parler. Et pourtant, les questions ne manquent pas. Est-il normal d’avoir mal, de saigner abondamment? Eclairage avec la Dresse Michal Yaron, gynécologue au département de gynécologie et d’obstétrique des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
Videos sur le meme sujet

Désirs d'enfants: la difficile conception

Parfois, avoir un enfant s'avère impossible. Cette émission se penche sur les couples qui souffrent de ne pas pouvoir procréer.

Cancer du sein: dépister pour mieux soigner

Cancer le plus fréquent chez la femme, surtout après 50 ans, le cancer du sein touche les femmes dans leur intégrité et a une connotation particulière. L'antidote nous aide à faire la lumière sur cette maladie.

Le retour de la syphilis et autres infections sexuellement transmissibles

Depuis quelques temps, on assisite à une recrudescence des Infections Sexuellement Transmissibles (IST), dont la syphilis. Le point sur cette tendance.
Maladies sur le meme sujet
Examen de la thyroïde

Hyperthyroïdie

L’hyperthyroïdie est la conséquence d’une production excessive d’hormones par la glande thyroïde.

Cou

Hypothyroïdie

L’hypothyroïdie est la conséquence d’une trop faible production d’hormones par la glande thyroïde.