Les cranberries sont impuissantes contre les cystites

Dernière mise à jour 12/11/12 | Article
Les cranberries sont impuissantes contre les cystites
C’est un mythe qui se brise: les cranberries, ces petites baies rouges de la famille des myrtilles et leurs dérivés ne contiennent aucune substance qui permettrait de prévenir naturellement les infections des voies urinaires basses. Une vaste étude vient d’en fournir la démonstration.

Etes-vous snob? Si oui vous dite cranberry. Botaniste? C’est alors la grande airelle rouge. Du Québec? Ce sera ataca. Sinon vous pouvez tout simplement parler de la canneberge. C’est son nom en langue française depuis plus de trois siècles. Peut-être parce que arbrisseau aime à vivre près de l’eau, celle des tourbières et des marais des régions froides. Et c’est peut-être aussi cette hydrophilie qui explique que l’on puisse lui attribuer quelques vertus médicales contre les infections de la partie basse de nos arbres urinaires.

Pourquoi cranberry?

Le terme viendrait de crane-berry (baie de grue) qui serait l’ancien nom américain de la plante. Cette dernière est vivace; elle est aussi amoureuse des sols à sphaignes. Et elle peut dépasser le siècle. Ses fleurs ont des corolles généralement ouvertes que les bourdons ne lutinent guère. Ses baies sont de couleur rouge.   

Le jus de canneberge est une vieille histoire en Amérique du Nord, en Angleterre et en Russie, territoires de prédilection (et de culture) de l’arbrisseau. Il entre, assure les amateurs, dans la composition des précieuses associations qui font la joie des habitués des palaces et des barmen. C’est notamment le cas du Cosmopolitan (Cosmo pour les intimes) ou du Cointreaupolitan. Le goût de ce jus est caractéristique, pas toujours plaisant: acidulé,  astringent, âpre. Forte présence de tanins et de composés antioxydants ce qui expliquerait les vertus médicinales qu’on lui confère.  

Le temps n’est plus de la cueillette sauvage par les Indiens: nous sommes passés à la culture intensive et très sophistiquée. L’Etat du Wisconsin est un très gros fournisseur de canneberge: plus de la moitié de la production des États-Unis (307000 tonnes de baies issues d’arbrisseaux cultivés sur 15600 hectares). Le Canada en produit  79000 tonnes devant le Québec et la Colombie-Britannique. Transformées, les baies sont commercialisées à l’échelon international sous la forme de fruits frais, de fruits  congelés mais aussi de concentrés de jus, fruits déshydratés, de coulis et de fruits confits. Elles sont aussi proposées sous différentes formes dans les magasins de produits diététiques et « bios » et vendues en pharmacie comme cosmétiques ou compléments alimentaires. On les trouve encore, ici ou là, associées à d’autres fruits rouges. Sans oublier la traditionnelle «dinde aux canneberges», célèbre plat traditionnel américain.

De supposées propriétés thérapeutiques

Ces fruits au nom exotique auraient des vertus thérapeutiques. Elles résultent pour l’essentiel du fait que la canneberge est riche en vitamine C et en antioxydants de la famille des flavonoïdes. Ces baies  contiennent aussi de la proanthocyanidine de type A (PAC A) tenue pour s’opposer à la présence et au développement de la bactérie Escherichia coli fréquemment à l’origine des cystites. Son usage fait toutefois l’objet de débats et de controverses. Il y a peu cette utilisation préventive avait été validé par l'administration française. Ce qui n’a pas été le cas de l'EFSA qui  a estimé que les études fournies n'étaient pas suffisantes pour étayer de telles allégations concernant la prévention des  infections urinaires.

C’est dans ce contexte que vient d’être publiée une étude de la Cochrane Review. Ses conclusions confirment celles d’une une précédente étude, hollandaise, menées chez des femmes à l’approche de la ménopause et publiée l’an dernier dans les Archives of Internal Medicine. Elles mettent à mal une idée très répandue quant aux vertus supposées des produits (capsules, sirops, gélules et comprimés à base de jus de cranberry) dans la prévention des infections des voies urinaires et tout particulièrement  des cystites affections fréquentes et douloureuses chez certaines femmes.  

Pour aboutir à cette conclusions, les auteurs de ce travail ont procédé à un examen systématique des étudesayant déjà évalué l'efficacité de ces produits chez des femmes souffrant d'infections urinaires récidivantes, ainsi que chez les personnes exposées à un risque accru de souffrir de telles infections. C’est un sujet qui a été largement travaillé: ils ont ainsi retrouvé vingt-quatre études portant sur un total de près de 4500 personnes. Voici leurs principales conclusions:

La consommation des différentes présentations à base de baies de canneberge ne réduit en rien le risque global d’infections urinaires. La démonstration en est apportée chez les femmes souffrant d'infections urinaires récurrentes, les personnes âgées, les femmes enceintes, les enfants avec infection urinaire récidivante, les patients atteints de cancer, les personnes présentant des anomalies de la vessie ou des lésions de la moelle épinière. On peut toutefois ajouter un bémol : ce travail laisse penser que s’il devait avoir un effet le jus de cranberry devrait être consommé quotidiennement et dans des proportions considérables : deux fois par jour pendant un an pour espérer au final avoir une infection urinaire de moins. Et les volumes seraient bien évidemment encore plus importants si cette substance était présente sous forme de cocktails spécialisés. 

A retenir: la meilleure prévention des infections urinaires réside dans le respect des règles de l’hygiène intime et dans la consommation de substantiels volumes d’eau. Ce qui, en toute hypothèse, est moins coûteux que le recours aux dérivés des fruits rouges du Québec ou du Wisconsin.

A LIRE AUSSI

Chlamydia
Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Plaisir sexuel très apprécié par beaucoup d’hommes, la fellation pratiquée sans préservatif peut toutefois...
Lire la suite
Pilule d'urgence
Contraceptif d'urgence

La pilule d’urgence en dix questions

Autrefois connue sous le nom de «pilule du lendemain», la contraception d’urgence permet, si elle est...
Lire la suite
Pilule contraceptive
Mon premier rendez-vous chez le gynécologue

Mon premier rendez-vous chez le gynécologue

Il suscite de nombreuses questions, craintes et fantasmes auprès des adolescentes. Le premier rendez-vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

La vessie est un réservoir actif géré par le système nerveux

Cette petite sphère a pour rôle de stocker l’urine puis de l’évacuer quand elle est pleine. Essentielle à la santé, elle est sujette aux infections.
Quand faire pipi pose problème

Quand faire pipi pose problème

Vous ressentez des brûlures ou des douleurs en urinant? Vous faites une pause pipi toutes les 10 minutes? Votre urine a une forte odeur? Quand faire pipi pose problème, une consultation chez le médecin peut s’avérer nécessaire. Tour d’horizon de certains symptômes.
Videos sur le meme sujet

Désirs d'enfants: la difficile conception

Parfois, avoir un enfant s'avère impossible. Cette émission se penche sur les couples qui souffrent de ne pas pouvoir procréer.

Cancer du sein: dépister pour mieux soigner

Cancer le plus fréquent chez la femme, surtout après 50 ans, le cancer du sein touche les femmes dans leur intégrité et a une connotation particulière. L'antidote nous aide à faire la lumière sur cette maladie.

Le retour de la syphilis et autres infections sexuellement transmissibles

Depuis quelques temps, on assisite à une recrudescence des Infections Sexuellement Transmissibles (IST), dont la syphilis. Le point sur cette tendance.
Maladies sur le meme sujet
WC

Infection urinaire

La cystite est une inflammation de la vessie qui provoque des brûlures en urinant. Les mictions peuvent être plus fréquentes et l'urine contient parfois du sang.

Symptômes sur le meme sujet
J'ai des pertes d'urine

Pertes d’urine

J'ai des pertes d'urine
J’ai des brûlures en urinant

Brûlures urin.

J’ai des brûlures en urinant