Devenir et être papa: parlons-en!

Dernière mise à jour 12/03/20 | Article
Puls_devenir_etre_papa
La Maternité des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) propose aux futurs pères des moments d’échange en groupe, encadrés par un spécialiste de la paternité et un homme sage-femme, afin de les aider à bien vivre leur expérience de la paternité avant, pendant et après l’accouchement.

«Tout semble si flou à mes yeux à l'approche de la naissance», confie Mario, 35 ans, qui s’apprête à accueillir son premier enfant. On oublie parfois les futurs pères dans le suivi de la grossesse, mais ils sont pourtant bien là, souvent pleins d’interrogations. Chez eux aussi, l’arrivée et la naissance d’un enfant entraînent une série de bouleversements psychologiques, émotionnels, familiaux, et parfois même physiques. Pour les accompagner dans cette période particulière, la Maternité des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) propose désormais des rencontres bimensuelles en groupe. «Il s’agit d’un espace de discussion sans préjugés, où chacun, qu’il soit déjà père ou non, peut apporter ses questions, parler de ses doutes, partager son ressenti», explique Arnaud Mottet, homme sage-femme qui participe aux rencontres et lui-même papa.

Se retrouver entre hommes permet de libérer la parole à partir de l’expérience de chacun, «dans une atmosphère très saine, bon enfant et emplie d'émotion», raconte Mario. Durant ces échanges réunissant une poignée de futurs pères, de nombreux thèmes sont abordés, autour des trois temps forts principaux de la parentalité: la grossesse, l’accouchement et la vie avec l’enfant.

Trouver sa place

On pourrait se demander pourquoi les hommes ont eux aussi besoin d’une «préparation». Pour Gilles Crettenand, coordinateur du projet MenCare en Suisse romande, spécialiste en paternité et père de trois enfants, un tel espace de rencontre est primordial: «Les hommes partagent une part de leur ressenti avec leur compagne, mais jusqu’à un certain point, explique l’intervenant. Ils ont cette spécificité, en partie due à leur éducation, de très mal communiquer leurs émotions, d’avoir des difficultés à aller chercher des ressources alors qu’ils en ont besoin». Ces moments de partage peuvent donc aider à relâcher la pression, mais aussi à trouver chez d’autres futurs pères «un référentiel qui rassure».

«Je ressens une certaine appréhension à devenir père, avoue Mario. Le plus important pour moi est d’arriver à trouver rapidement un équilibre à trois, tout en préservant mon couple, mais aussi ma vie personnelle en m’octroyant des moments rien qu’à moi.»

Lors des rencontres, la liste des sujets abordés est très vaste. À partir des questions ou des doutes apportés par chaque participant, mais aussi grâce à des supports didactiques et ludiques, les intervenants guident la discussion et favorisent l’interaction.

Comment gérer les bouleversements physiques et psychologiques que vit ma compagne? Comment puis-je être présent durant l’accouchement? Puis-je participer à l’allaitement? Comment engager la communication avec mon enfant? Les points soulevés ne manquent pas, et chacun est invité à trouver ses propres réponses. Car il y a autant de façons d’être père que d’hommes qui le deviennent. «On les aide surtout à engager très tôt la communication avec la future maman, résume Gilles Crettenand. A mettre en place avec elle un dialogue conscient qui les aidera à vivre côte à côte l’aventure, et non pas chacun de son côté.»

Un soutien de la Fondation pour la recherche en périnatalité

La gratuité des rencontres «Devenir et être papa» est rendue possible grâce au financement de la Fondation pour la recherche en périnatalité (FReP), qui soutient les projets collectifs ou individuels amenant un progrès dans l’accompagnement du processus de la maternité et de la parentalité.

Informations pratiques

Les rencontres «Devenir et être papa» sont gratuites et ouvertes à tous (pour un premier enfant ou non). Elles sont proposées deux fois par mois –les jeudis et samedis– à la Maternité.

Inscription et dates des rencontres: www.hug-ge.ch/futurs-papas

Durée: 2 heures

__________

Article repris du site  pulsations.swiss

Articles sur le meme sujet
LMD_conge_fausse_couche

Bientôt un congé en cas de fausse couche?

Suite à la demande de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil des États (CSSS-E), le Conseil fédéral pourrait envisager l’instauration d’un congé payé en cas de fausse couche. Une initiative inédite pour un tabou qui demeure.
Videos sur le meme sujet

Quand la grossesse modifie le cerveau et lʹodorat des futures mères

Selon une étude menée par lʹUniversité de Bâle, le cerveau des futures mères, en tout cas chez les souris, subit un remodelage des nerfs (création de nouveaux nerfs) liés à lʹolfaction pendant la grossesse.

Une nouvelle méthode permet de faire un test de paternité à 7 semaines de grossesse

Il est aujourdʹhui possible de réaliser un test de paternité en début de grossesse, alors que lʹembryon nʹa que 7 semaines, soit un retard de règles de 2 à 3 semaines.

Faire face à une fausse couche

Arditë Shabani se penche sur les pertes de grossesse et leurs conséquences.
Symptômes sur le meme sujet
convulsions sur un bras d'enfant

Convulsions

Mon enfant a des convulsions