Victimes d'agressions : les experts au service des vivants

Dernière mise à jour 17/10/07 | Vidéo
AU CHUV, les médecins légistes sont au service des victimes d'agression.

Si elle ne tue pas, elle n'en porte pas moins durablement atteinte à la qualité de vie de ceux qu'elle touche. Par ailleurs, lorsqu'elles sont mal reconnues et mal soignées, les victimes de violence présentent souvent le risque d'exprimer leurs souffrances à travers d'autres pathologies.

Un reportage 36.9° - RTS Un

A LIRE AUSSI

Génétique

Consanguinité et maladies rares

Dans l’esprit collectif, la consanguinité est synonyme de mal formations et de maladies graves.
Lire la suite
Fin de vie et soins palliatifs

Soins palliatifs: vivre le temps qui reste

Les soins palliatifs, c’est une démarche qui vise à aider les personnes gravement malades atteints de maladies incurables à maintenir une certaine qualité...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
ES05_iw_expertise_therapie_justice

Expertise et thérapie: les psychiatres coopèrent avec la justice

Les relations entre les psychiatres et la justice s’exercent à la fois dans le champ de l’expertise et dans celui de la prise en charge des mesures thérapeutiques ordonnées par le ou la juge. Comment les médecins effectuent-ils et elles leur mandat? Quelles sont leurs relations avec la personne expertisée ou traitée? Les explications de la Dre Marie Pflieger, médecin-cheffe du Service de médecine pénitentiaire du Valais romand, et du Dr Georges Klein, médecin-chef coordinateur du Pôle de psychiatrie et de psychothérapie du Centre hospitalier du Valais romand.
experts_tele

«Les Experts» dans la vraie vie, mieux qu'à la télé

Sur petit écran, le médecin légiste démasque l’assassin en un temps record, aidé d’une technologie clinquante. Dans la réalité, tout va moins vite, mais les prouesses se révèlent bien plus impressionnantes. Contre-enquête menée avec la professeure Silke Grabherr, directrice du Centre universitaire romand de médecine légale.
Videos sur le meme sujet

Médecine légale: ces morts violentes que personne ne détecte

Au moment de déclarer un décès, des accidents, des suicides ou même des meurtres seraient parfois considérés à tort comme des morts naturelles. Des erreurs aux conséquences légales et humaines désastreuses, pour la justice comme pour les proches.