Rencontre avec Philip Larkin, un spécialiste des soins palliatifs

Dernière mise à jour 21/09/18 | Audio
Loading the player ...
Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Aujourd'hui, Stéphane Délétroz a invité Philip Larkin, titulaire de la chaire Kristian Gerhard Jebsen de soins palliatifs infirmiers à la Faculté de biologie et de médecine de l’Université de Lausanne (Unil).

Une heure pour faire connaissance avec ce spécialiste touché par la justice sociale et le sort des personnes vulnérables.

"Nouvelle chaire Kristian Gerhard Jebsen de soins palliatifs infirmiers" (Unil)

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Génétique

Est-ce que je vis avec un homme de Néandertal ?

Lʹhomme de Néandertal a disparu il y a des dizaines de milliers dʹannées, mais une (petite) partie de notre ADN vient de cette espèce humaine qui nʹexiste...
Lire la suite
Génétique

Consanguinité et maladies rares

Dans l’esprit collectif, la consanguinité est synonyme de mal formations et de maladies graves.
Lire la suite
Médecine légale

Le destin des déchets anatomiques

Que deviennent les parties détachées du corps humain: placenta, biopsie, échantillons biologiques, adn?
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_invitee_muriel_delacquis

«La vie reste de la vie jusqu’au bout»

Infirmière à l’EMS des Mouilles, chargée de cours à la Haute école de santé de Genève et présidente de l’association Palliative Genève*, Muriel Delacquis a croisé la route des soins palliatifs il y a une douzaine d’années. Depuis, elle y consacre sa vie, comme une évidence.
mort_soins_palliatifs

La mort des soins palliatifs?

La période de fin de vie amène réflexions, choix et décisions. Chacun doit pouvoir exprimer ses priorités pour traverser le plus sereinement possible le dernier stade de son existence. Les soins palliatifs ont justement pour rôle d’anticiper, soulager et écouter. Mais cet aspect fondamental des soins ne devrait-il pas être introduit plus tôt dans la prise en charge? La question est ouverte.
Chemin en hivers

La difficile prise en charge des demandes d’aide au décès

Les patients qui demandent une assistance au suicide ou une euthanasie le font surtout vis-à-vis de leur entourage mais ils changent souvent d’avis. Telles sont les conclusions d’une nouvelle étude.
Videos sur le meme sujet

Mourir comme à la maison

Êtes-vous comme le 80% de la population? Si vous deviez choisir où mourir, vous aimeriez être chez vous à la maison. Pourtant, seule une minorité y parvient.

Les soins qui souffraient d'un problème d'image

La plupart des gens associent soins palliatifs à la fin de vie.

Vivre encore, le temps de la mort

Ni acharnement thérapeutique, ni assistance au suicide, la médecine palliative est encore mal connue des patients comme des soignants.