Pas de cannabis en pharmacie

Dernière mise à jour 15/11/17 | Audio
Loading the player ...
L'Université de Berne ne pourra pas mener son étude sur la vente légale de cannabis dans des pharmacies agréées.

L'Office fédéral de la santé publique n’a pas accordé son feu vert, estimant que la loi sur les stupéfiants ne permet pas une consommation pour des raisons non médicales. Cette étude avait pourtant passé le cap des comités d’éthique.
On en parle avec Matthias Egger, professeur de santé publique à l’Université de Berne, interrogé par Cécile Guérin.

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Fin de vie et soins palliatifs

Soins palliatifs: vivre le temps qui reste

Les soins palliatifs, c’est une démarche qui vise à aider les personnes gravement malades atteints de maladies incurables à maintenir une certaine qualité...
Lire la suite
Génétique

Consanguinité et maladies rares

Dans l’esprit collectif, la consanguinité est synonyme de mal formations et de maladies graves.
Lire la suite
Génétique

Les craintes et les applications du séquençage du génome humain

Nos invités s'expriment sur la protection des données génétiques et sur les vraies et fausses promesses de cette avancée scientifique.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
interview_ralf_jox_bioethiques

Pr Ralf Jox: «Nos avis sur les questions bioéthiques ont un énorme impact sur la société et la politique»

Passionné par diverses disciplines, le Pr Ralf Jox a de multiples casquettes. Responsable de l’Unité d’éthique clinique et co-titulaire de la chaire des soins palliatifs gériatriques du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), il est aussi professeur d’éthique médicale au sein de l’Institut des humanités en médecine à la Faculté de biologie et de médecine de l’Université de Lausanne. Un profil atypique qui lui a valu d’être nommé, en mai 2019, membre de la Commission nationale d’éthique pour la médecine humaine.
Videos sur le meme sujet

Psychiatrie hospitalière: la folie des tarifs réglementés

Le contrôle des coûts débarque en psychiatrie. L’incitation à raccourcir la durée des hospitalisations inquiète les professionnels.