Cigarette électronique: ses effets sur le cœur, le cerveau et les voies aériennes supérieures

Dernière mise à jour 28/06/13 | Article
Cigarette électronique: ses effets sur le cœur, le cerveau et les voies aériennes supérieures
«Vapoter» plutôt que fumer réduit considérablement les risques pour la santé. Rien ne dit toutefois que cette pratique est totalement sans danger. Petit tour d’horizon de ce que l’on sait (ou pas) des effets de cette vapeur dans plusieurs territoires essentiels du corps humain.

Sans danger la cigarette électronique?La recherche de ses effets sur la santé est un domaine en plein développement. Rien de plus normal: cette méthode est aujourd’hui adoptée par un nombre croissant de fumeurs las de l’esclavage du tabac. Et les recherches médicales et scientifiques dans ce domaine restent encore largement à mener. Pour les spécialistes de tabacologie, l’e-cigarette, bien fabriquée et bien utilisée, est en elle-même un produit qui présente des dangers infiniment moindres que la cigarette. Ils ajoutent aussitôt que les dangers ne sont pas totalement absents.

Le principal danger intrinsèque de l’e-cigarette est celui de la dépendance à la nicotine qu’elle contient (quand elle en contient). Certains spécialistes estiment aussi (sans avancer de preuve, faute de recul) que sa forme et la gestuelle qu’elle implique sont aussi des facteurs qui pourraient contribuer à entretenir la dépendance.

En pratique il faut compter avec la pénétration de la «vapeur» inhalée dans l’arbre respiratoire (voies aérodigestives supérieures, puis poumon). L’aérosol provenant des e-cigarettes se dépose différemment selon le type d’inhalation. «Les utilisateurs doivent inspirer lentement et pendant une durée suffisante pour déclencher la valve dans les systèmes auto-déclenchés. Pour moduler ou augmenter la dose de nicotine et accroître la quantité de vapeur émise, il faut prolonger l’inspiration», rappelle le rapport collectif Dautzenberg (du nom d’un spécialiste de pneumologie du groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière à Paris) qui vient d’être remis à la ministre française de la Santé.1

Quels sont les effets de la «vapeur» des e-cigarettes sur les voies aériennes supérieures?

Il faut savoir que la «vapeur» des e-cigarettes peut dessécher et irriter la gorge et la bouche. L’arrivée rapide dans l’arrière-gorge de la «vapeur» inhalée-avalée provoque une sorte de picotement (un hit). On pense que c’est la nicotine qui entraînerait cette sensation dans la gorge; une sensation qui se rapproche beaucoup de celle procurée par la fumée des cigarettes de tabac. «L’effet dépend entre autres du dosage en nicotine de l’e-liquide, peut-on lire dans le rapport. Les fabricants essaient de reproduire cette sensation de hit avec les e-liquides sans nicotine en ajoutant menthol ou poivre, ou en créant des liquides "flash", mais ces liquides brûlent plus qu’autre chose et la recette du hit n’a pas dévoilé tous ses secrets.»

Le rapport souligne aussi que la toux est fréquemment observée chez les utilisateurs d’e-cigarette. Elle a souvent un point de départ dans la sphère ORL, et non pas bronchique comme avec le tabac. Mais les fumeurs doivent aussi savoir qu’une toux bronchique est observée durant les quelques semaines qui suivent l’arrêt du tabac; et ce quelle que soit l’aide reçue pour arrêter de fumer. Pourquoi? Tout simplement parce que les bronches du fumeur retrouvent leur sensibilité et se débarrassent des sécrétions qui les encombrent. Ce phénomène pourrait ainsi expliquer l’apparition d’une toux durant les premières semaines du passage de la cigarette à l’e-cigarette.

«Fumer du tabac augmente le risque d’adhésion des bactéries dans les voies respiratoires, conduisant à plus que doubler le risque de méningite, de pneumonie à pneumocoque, de légionellose, de tuberculose, etc., expliquent encore les auteurs du rapport Dautzenberg. Toutefois aucune donnée n’est actuellement disponible sur le risque d’infection des voies respiratoires avec l’e-cigarette. Des questions portant sur la transmission d’herpès labial lors d’échanges d’e-cigarette sont visibles sur les forums dédiés, mais aucune étude n’est disponible sur le sujet et le problème est commun à tout objet passant de lèvre en lèvre.»

On sait que fumer diminue les capacités gustatives (en altérant les fonctions des papilles gustatives de la langue) et celles de l’odorat (en altérant les cellules olfactives situées à la partie supérieure des cavités nasales). En arrêtant de fumer, la plupart des fumeurs retrouvent rapidement l’odorat. Aucune étude n’existe sur la récupération de l’odorat lors du passage de la cigarette à l’e-cigarette, mais certains utilisateurs décrivent un retour de leur sensibilité gustative. Quant aux effets de l’e-cigarette sur les dents, la peau, les cheveux ou l’haleine, ils n’ont à ce jour tout simplement pas été étudiés.

Quels sont les effets des e-cigarettes sur le cœur?

Des études sont en cours, mais en tout état de cause, l’effet (s’il existe) des e-cigarettes devrait être bien moindre que celui des cigarettes de tabac.

Fumer une cigarette de tabac conduit à une dysfonction aiguë du myocarde, alors que le vapotage ne modifie pas la fonction myocardique mesurée par échocardiographies. Fumer une cigarette de tabac a d’importantes conséquences, notamment des augmentations significatives de la pression artérielle (systolique et diastolique) et de la fréquence cardiaque. En revanche, utiliser une e-cigarette n’a produit qu’une légère élévation de la pression artérielle diastolique (augmentation de 4%).

Quels sont les effets du vapotage sur le cerveau?

La «vapeur» de l’e-cigarette ne contient pas de monoxyde de carbone (CO) et n’a donc pas d’impact sur l’oxygénation du cerveau. On ne connaît pas à ce jour le risque d’accident vasculaire cérébral (AVC) qui pourrait être associé aux e-cigarettes. «En théorie ce risque devrait être plus faible que celui observé avec les cigarettes traditionnelles de tabac, il pourrait même être nul, souligne le rapport. La nicotine inhalée avec la fumée de tabac a un effet sur le cerveau. La nicotine gazeuse issue de la combustion du tabac diffuse très rapidement par voie artérielle et provoque chez les fumeurs un effet de shoot cérébral ressenti en moins de trente secondes, en particulier après une longue période d’abstinence. La prise d’e-cigarette, avec e-liquide contenant de la nicotine, améliore les tests de mémoire chez des fumeurs en abstinence depuis 12 heures. »

Toujours selon le rapport, on ne connaît à ce jour avec la cigarette électronique aucun autre effet neurologique qu’un possible risque d’installation ou de maintenance d’une dépendance nicotinique. Aucune étude sur la cigarette électronique n’a été conduite jusqu’à maintenant chez des patients parkinsoniens. Une étude sur un petit effectif de patients schizophréniques montre une bonne tolérance de l’e-cigarette et un effet sur la réduction de la consommation de tabac dans cette population particulière de très gros fumeurs.

Quant aux dangers des e-cigarettes chez la femme enceinte aucune donnée n’est à ce jour disponible.

1. Le Pr Jean-François Etter, spécialiste de santé publique à l’Université de Genève qui a participé à la rédaction de ce rapport a refusé de le cosigner. Il s’en explique dans les colonnes de l’hebdomadaire français  Paris-Match comme on peut le voir ici.

A LIRE AUSSI

Hypertension
Quand les reins fonctionnent mal

Quand les reins fonctionnent mal

L’insuffisance rénale chronique est une maladie grave, trop souvent ignorée des patients eux-mêmes car,...
Lire la suite
Cholestérol
Anti-cholestérol «naturels», levure de riz rouge: pas si anodins

Anti-cholestérol «naturels», levure de riz rouge: pas si anodins

Depuis plus de vingt-cinq ans les statines ont été prescrites aux patients présentant un taux de cholestérol...
Lire la suite
Chirurgie cardiaque

Fistule artérioveineuse (dialyse)

La création d'une fistule est le type d'accès vasculaire préféré pour effectuer les dialyses dans le...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Un examen ciblé pour détecter la fibrillation auriculaire

La fibrillation auriculaire est un trouble du rythme cardiaque très fréquente dont le dépistage est complexe, en particulier lorsqu’il n’y a pas de symptôme apparent. La meilleure solution reste l’examen ciblé des patients de plus de 65 ans.
Videos sur le meme sujet

Hypertendu? Comment bien mesurer sa pression artérielle

Savez-vous qu'un adulte sur trois est hypertendu, et que deux sur trois le sont dès 60 ans?
Maladies sur le meme sujet
Radio des poumons

Cancer du poumon

Chaque année en Suisse, environ 3800 personnes développent un cancer du poumon (carcinome bronchique, cancer bronchopulmonaire), ce qui correspond à 10% de toutes les maladies cancéreuses.

Radiographie des poumons

Pneumonie

La pneumonie est une inflammation des poumons due à des virus ou à des bactéries. Elle nécessite parfois (mais pas toujours) un traitement antibiotique.

Symptômes sur le meme sujet

Maux de gorge

Mon enfant a mal à la gorge