Ostéoporose: état de la recherche en 2013

Dernière mise à jour 04/03/13 | Article
Ostéoporose: état de la recherche en 2013
Où en est-on dans la prise en charge de l’ostéoporose? Entre facteurs aggravants et traitements les plus courants, tour d’horizon d’une maladie qui touche de nombreux patients.

Le calcium et ses risques

En 2011, une étude concluait que la prise de suppléments de calcium, qu’on utilise dans le traitement de l’ostéoporose, augmentait le risque d’infarctus du myocarde. Mais l’an dernière, une grande étude allemande (près de 24000 participants suivis pendant onze ans en moyenne) n’a mis en évidence aucune association entre l’apport de calcium et mortalité cardiovasculaire. Ses auteurs concluent donc qu’une augmentation des apports calciques dans l’alimentation ne réduit ni n’accroît la mortalité cardiovasculaire.

La vitamine D

La vitamine D a suscité récemment un intérêt majeur car ses effets sont très nombreux. De multiples recommandations émanant de différentes spécialités médicales ont donc été publiées. Dans une volonté d’information et de standardisation, la Commission fédérale de l’alimentation a mandaté un groupe d’experts pour faire un état des lieux et émettre des recommandations pour la Suisse.

A l’image de ce qui est rapporté dans le reste de l’Europe, près de la moitié de la population suisse a une concentration de vitamine D dans le sang inférieure aux normes censées assurer la santé osseuse des adultes et la santé musculaire des personnes âgées. Le groupe d’experts recommande, sur la base des données de la littérature, l’ingestion d’au moins 800 unités de vitamine D par jour pour une réduction optimale du risque de chute et de fracture du col du fémur chez les patients à risque.

Sans qu’ils aient été prouvés par de grandes études contrôlée, on suggère aussi des effets bénéfiques de la vitamine D dans le contrôle de la tension artérielle, contre l’infarctus du myocarde, le cancer colorectal, les infections des voies respiratoires hautes, la tuberculose, la sclérose en plaques et le diabète.

La production naturelle de vitamine D par la peau est limitée, ses sources dans l’alimentation naturelle sont rares. Il convient donc aux patients à risque de prendre des suppléments, par voie orale ou intramusculaire. La durée de vie de la vitamine étant assez longue, il est possible de l’administrer selon un rythme hebdomadaire ou mensuel.

Autres traitements courants

Les bisphosphonates restent des outils efficaces pour réduire l’incidence des fractures ostéoporotiques. Cette famille thérapeutique pourrait s’enrichir prochainement d’une molécule ancienne mais avec que l’on pourrait prendre une fois par mois au lieu d’une fois par semaine: le risédronate (Actonel). Une étude portant sur des femmes avec une ostéoporose postménopausique a donné de bons résultats.

Le dénosumab, un anticorps monoclonal, est un puissant inhibiteur de la résorption osseuse, administré par injections sous-cutanées tous les six mois. Une étude de phase 2, concernant les doses à administrer se poursuit. Par ailleurs dans la grande étude de phase 3 qui a démontré la réduction des fractures ostéoporotiques, la poursuite de deux années supplémentaires de traitement aux trois premières années est associée à la persistance d’un taux bas de fractures

Référence

Adapté de «Ostéoporose», Dr Brigitte Uebelhart, in Revue médicale suisse 2013; 9: 125-31, en collaboration avec l'auteur.

A LIRE AUSSI

Hypertension
Quand les reins fonctionnent mal

Quand les reins fonctionnent mal

L’insuffisance rénale chronique est une maladie grave, trop souvent ignorée des patients eux-mêmes car,...
Lire la suite
Cholestérol
Anti-cholestérol «naturels», levure de riz rouge: pas si anodins

Anti-cholestérol «naturels», levure de riz rouge: pas si anodins

Depuis plus de vingt-cinq ans les statines ont été prescrites aux patients présentant un taux de cholestérol...
Lire la suite
Chirurgie cardiaque

Fistule artérioveineuse (dialyse)

La création d'une fistule est le type d'accès vasculaire préféré pour effectuer les dialyses dans le...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Infarctus et attaque cérébrale: les signes d’alarme

Infarctus et attaque cérébrale : les signes d’alarme

Dans les deux tiers des cas à peu près, l’organisme manifeste des signes précurseurs de l’infarctus du myocarde, et un tiers des patients victimes d’attaque cérébrale présente d’abord des signes d’alarme.

Le cœur, pompe autonome mécanique et électrique

Plus que tout autre organe du corps humain, le cœur est vital. L’entraîner en pratiquant une activité physique régulière et en mangeant sainement est utile pour prévenir les maladies qui peuvent le toucher.

Bienfaits de l'exercice physique: 5 coups gagnants!

Des chercheurs américains et australiens ont mené une analyse approfondie de 174 études prospectives consacrées aux éventuels bienfaits d'une activité physique soutenue. Conclusion? La réduction du risque d'être malade s'applique à cinq maladies chroniques majeures.
Videos sur le meme sujet

Infarctus: des secondes qui comptent

En Suisse, plus de 13'000 personnes sont hospitalisées pour un infarctus chaque année. Parfois les symptômes sont difficiles à cerner et les gens hésitent à consulter. Pourtant, le temps est un facteur extrêmement important dans la prise en charge. Alors comment reconnaître les signes et agir? Le point avec l'Antidote.
Maladies sur le meme sujet
emmental

Ostéoporose

L'ostéoporose est une diminution de la qualité de os, le plus souvent chez les femmes ménopausées. Elle est fréquemment responsables de fractures (vertèbres, col du fémur).

Coeur

Infarctus du myocarde

L'infarctus du myocarde se produit lorsqu'une artère du coeur est bouchée ou rétrécie. Il provoque le plus souvent une douleur dans la poitrine.