Quatre choses à savoir sur l’hypertension

Dernière mise à jour 09/10/17 | Article
quatre_choses_hypertension
L’hypertension artérielle est un problème de santé publique qui touche un tiers de la population suisse, voire deux personnes sur trois après 60 ans.

Le diagnostic est posé lorsque, à la suite de mesures répétées, la pression systolique est supérieure à 140 millimètres de mercure (mmHg) et/ou lorsque la pression diastolique est supérieure à 90 mmHg. Si une pression artérielle élevée ne provoque aucun symptôme, elle est une bombe à retardement. Mal contrôlée, elle peut notamment entraîner de graves complications cardiovasculaires ou rénales. Pour la prévenir, une bonne hygiène de vie est importante. Le point sur quatre facteurs de risque peu connus, mais pas anodins.

Les médicaments, une cause négligée

Certains médicaments élèvent la tension artérielle et peuvent ainsi être mis en cause. Parmi eux, notamment: les anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène, diclofénac, par ex.), certains antidépresseurs (IMAO, tricycliques, par ex.), les contraceptifs hormonaux et les substitutions hormonales, les décongestionnants nasaux ou encore certains anticancéreux. Chez les personnes hypertendues, il arrive par ailleurs que des interactions entre des médicaments antihypertenseurs et un nouveau traitement aggravent une hypertension déjà présente. La situation la plus fréquente est la prescription d’anti-inflammatoires. Lors de votre consultation médicale, signalez donc toute prise de médicaments à votre médecin. Ces derniers sont peut-être la cause d’une hypertension négligée. La diminution ou la stabilisation de la tension artérielle pourrait, le cas échéant, être résolue par une adaptation de traitement.

Le sodium et le potassium

Pour prévenir ou limiter l’hypertension, il est généralement conseillé de modérer sa consommation de sel. Mais pour bien faire, il faudrait également favoriser les aliments riches en potassium (avocats, noisettes, fruits secs, germes de blé, haricots secs, épinards, tomates, brocolis, courge, betteraves, carottes, bananes, chocolat noir, etc.). En effet, de plus en plus d’études suggèrent un effet hypotenseur du potassium, notamment en cas d’apports excessifs en sel. Une évaluation méticuleuse des habitudes alimentaires auprès de son médecin permettra de trouver un équilibre entre les apports de l’un et de l’autre, dans le but d’influencer positivement la pression artérielle.

La température extérieure

Il est connu que le risque cardiovasculaire augmente lors de variations brusques de la température ambiante. Or, une des causes possibles de cette augmentation serait, selon différentes études, la variation de la pression artérielle, elle-même sensible aux changements de température et de saison. En effet, la pression artérielle est plus élevée en hiver et plus basse en été. Deux phénomènes peuvent être considérés. D’abord, une exposition au froid provoque, par le biais de l’activation du système nerveux sympathique, une vasoconstriction des artérioles (vaisseaux sanguins étroits reliant une artère et un capillaire) qui va augmenter les résistances périphériques pour éviter de perfuser des territoires du corps qui ne sont pas essentiels à la survie, comme la peau et les muscles. Cela conduit à une élévation de la pression artérielle. Celle-ci s’élève d’autant plus que, quand il fait froid, on transpire moins et donc on perd moins de sel. A l’inverse, en été, en réponse à la chaleur, la vasodilatation des vaisseaux va abaisser la pression artérielle. Mais des nuits chaudes associées à un sommeil perturbé en raison de la chaleur ont tendance à élever la pression artérielle durant la journée suivante. En conséquence, les personnes hypertendues ou à risque cardiovasculaire devraient, autant que possible, diminuer les variations importantes de température ambiante. En hiver, il est conseillé de chauffer modérément l’intérieur et de bien se couvrir pour sortir. Les personnes sous traitement hypertenseur devraient poursuivre leur traitement en été, contrairement à certaines pratiques, en faisant très attention à maintenir une bonne hydratation. En cas d’hypotension, il est parfois recommandé de diminuer la dose de diurétiques. Enfin, avant d’entreprendre un voyage dans des endroits plus froids ou en altitude, il est conseillé d’en parler à son médecin.

L’exposition au bruit

L’exposition au bruit entraîne des réponses physiologiques, telles qu’une stimulation du système sympathique se manifestant par une accélération du rythme cardiaque (palpitations) et une hausse de la pression artérielle. Et pour cause: le bruit représente un stress pour l’organisme. Une exposition chronique (trafic aérien, surtout nocturne, routier, sur le lieu de travail) abîme nos mécanismes de défense, et conduirait probablement, à long terme, au développement d’une hypertension artérielle, surtout chez des personnes à risque cardiovasculaire. Aussi, ces dernières ne devraient pas minimiser la pollution sonore et prendre des mesures pour s’en protéger.

A LIRE AUSSI

Angine de poitrine
Infarctus et attaque cérébrale: les signes d’alarme

Infarctus et attaque cérébrale : les signes d’alarme

Dans les deux tiers des cas à peu près, l’organisme manifeste des signes précurseurs de l’infarctus du...
Lire la suite
Hypertension
effets_hypertension_oeil

Les effets de l’hypertension artérielle sur l’œil

L’hypertension artérielle présente de nombreuses comorbidités, dont des atteintes ophtalmologiques. Observables...
Lire la suite
Hypertension
Quand les reins fonctionnent mal

Quand les reins fonctionnent mal

L’insuffisance rénale chronique est une maladie grave, trop souvent ignorée des patients eux-mêmes car,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
effets_hypertension_oeil

Les effets de l’hypertension artérielle sur l’œil

L’hypertension artérielle présente de nombreuses comorbidités, dont des atteintes ophtalmologiques. Observables pour la plupart par de simples examens du fond de l’œil, ces dernières sont révélatrices du niveau de gravité de la maladie et doivent être prises en charge.
sel_revoir_recommandations

Consommation de sel: faut-il revoir les recommandations?

Tandis qu’on nous répète depuis des années que trop de sel est mauvais pour la santé, une récente étude vient contredire les recommandations en vigueur en concluant au contraire qu’une consommation au-delà du seuil conseillé permettrait de réduire le risque de maladies cardiovasculaires. Alors, on sale ou pas?
piment_prevenir_hypertension

Le piment pourrait aider à prévenir l'hypertension

Alors que l'hypertension devient une menace de plus en plus inquiétante pour la santé mondiale, le rôle potentiellement bénéfique d'aliments épicés vient pour la première fois d'être mis en évidence dans le cerveau.
Videos sur le meme sujet

Rencontre avec Antoinette Péchère, une spécialiste de l'hypertension

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Le futur de la mesure de la pression artérielle

Bastien Confino s'intéresse à un système qui permet de mesurer la pression artérielle en continu.

La pression artérielle depuis 40 ans

La pression artérielle a globalement baissé au cours de ces 40 dernières années dans les pays développés.
Maladies sur le meme sujet
Hypertension artérielle

Hypertension artérielle

On parle d'hypertension artérielle lorsque la pression systolique est supérieure à 140 millimètres de mercure (mmHg) et/ou lorsque la pression diastolique est supérieure à 90 mmHg.

Symptômes sur le meme sujet
Hypertension

Poussée HTA

Je suis traité(e) pour une hypertension et j’ai une poussée hypertensive