Les risques pulmonaires de la grossesse

Dernière mise à jour 10/03/14 | Article
Les risques pulmonaires de la grossesse
Certaines maladies chroniques diminuent les capacités cardio-respiratoires et peuvent compliquer la grossesse. Un suivi régulier, au besoin dans un centre expert, est alors indispensable pour limiter les risques pour le fœtus et la future maman.

Le système cardio-respiratoire est mis à rude épreuve au cours de la grossesse. Rétrécissement des voies aériennes supérieures, élargissement de la cage thoracique, augmentation de la consommation d’oxygène et de la production de dioxyde de carbone, ainsi que du volume sanguin (40%) et du débit cardiaque (30 à 50%): les modifications fonctionnelles et anatomiques sont nombreuses.

Chez les futures mamans qui souffrent de maladies respiratoires chroniques le risque de développer une insuffisance respiratoire pendant la grossesse ou lors de l’accouchement est augmenté mais difficile à estimer précisément. Une consultation dans un centre expert est donc nécessaire lorsqu’un projet d’enfant est envisagé.

Les risques liés à l’asthme

L’asthme touche de plus en plus les femmes enceintes, et ce dans toutes les régions du monde. Elles seraient 4% à être concernées en Europe et jusqu’à 12% en Australie, qui enregistre la prévalence la plus importante. L’asthme est ainsi devenu la pathologie respiratoire la plus fréquente durant la grossesse. Cette maladie est d’autant plus importante à considérer que son évolution est variable et imprévisible. Par ailleurs une part non négligeable de femmes enceintes auraient tendance à cesser ou diminuer leur traitement durant la gestation, de peur des effets secondaires, contribuant ainsi à une aggravation de leurs symptômes. Or l’asthme a une incidence sur le déroulement de la grossesse, il peut notamment conduire à une pré-éclampsie ou une naissance prématurée.

Il est important que l’asthme soit contrôlé tout au long de la grossesse. Et les futures mamans doivent être informées sur la sécurité des médicaments qui leur sont prescrits, ainsi que sur l’importance de la bonne observance de leur traitement.

La mucoviscidose n’empêche pas la grossesse

Alors que 95% des hommes atteints de mucoviscidose sont stériles, deux tiers des femmes ont une fertilité préservée. Chez ces patientes la grossesse peut augmenter la fréquence des hospitalisations, la nécessité d’antibiothérapies par voie veineuse ou encore le risque de diabète gestationnel. Les futures mamans peuvent aussi avoir besoin d’un suivi diététique pour permettre une prise de poids suffisante au cours de la grossesse et limiter les risques de prématurité. Des protocoles de prise en charge tenant compte de ces spécificités existent.

L’intérêt de la VNI pour les troubles restrictifs

Un trouble ventilatoire restrictif sévère peut provoquer une insuffisance respiratoire au cours de la grossesse. Il se retrouve dans diverses pathologies telles que la cyphoscoliose, la pneumonectomie, la dystrophie musculaire ou la myopathie congénitale. Les femmes enceintes qui présentent un tel trouble ventilatoire peuvent bénéficier d’une ventilation non-invasive (VNI) à domicile. De l’air, au besoin enrichi en oxygène, est alors apporté via un masque à la future maman. Le dispositif peut être porté que la nuit, ou également en journée selon les besoins.

Le cas de l’hypertension artérielle pulmonaire

L’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) se distingue des autres formes d’hypertension pulmonaire. Ses causes restent mal connues mais elle concerne un certain nombre de femmes en âge de procréer, et peut parfois se révéler en cours de grossesse. L’HTAP est responsable d’une mortalité maternelle qui reste substantielle (17% lorsque la femme est traitée). Les recommandations actuelles préconisent donc que la grossesse soit évitée ou interrompue précocement en cas d’HTAP.

Pour toutes les pathologies respiratoires qui peuvent compromettre le pronostic de la mère ou de l’enfant, la décision de mener à bien une grossesse doit être prise dans un centre expert et sur une base individuelle. Il est primordial que le couple soit pleinement informé des risques liés à la grossesse, et que la mère puisse par la suite bénéficier d’un suivi régulier tout au long de celle-ci, lors de l’accouchement mais aussi en post-partum.

Références

Adapté de «Poumon et grossesse», par Dr Cécile Daccord et Pr Jean-William Fitting, Service de pneumologie, CHUV. In Revue médicale suisse 2013;9:2142-9. En collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Hypertension
Quand les reins fonctionnent mal

Quand les reins fonctionnent mal

L’insuffisance rénale chronique est une maladie grave, trop souvent ignorée des patients eux-mêmes car,...
Lire la suite
Cholestérol
Anti-cholestérol «naturels», levure de riz rouge: pas si anodins

Anti-cholestérol «naturels», levure de riz rouge: pas si anodins

Depuis plus de vingt-cinq ans les statines ont été prescrites aux patients présentant un taux de cholestérol...
Lire la suite
Chirurgie cardiaque

Fistule artérioveineuse (dialyse)

La création d'une fistule est le type d'accès vasculaire préféré pour effectuer les dialyses dans le...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Je suis hypertendu, que faire?

Cette maladie silencieuse touche un quart des Suisses. Hygiène de vie et médicaments permettent de la gérer.

Hypertension: gare à la consommation excessive de patates

La pomme de terre, aliment parmi les plus consommés dans le monde, pourrait ne pas être aussi banale qu'on le croit: sa consommation trop fréquente serait l'une des causes de l'hypertension, assurent des chercheurs américains.
Videos sur le meme sujet

Hypertension: le mal du siècle

Trop de tension? "Et alors?" diront certains. Pourtant c'est la première maladie à travers le monde. Ou en est la situation, et pourquoi en sommes-nous là?

Hypertendu? Comment bien mesurer sa pression artérielle

Savez-vous qu'un adulte sur trois est hypertendu, et que deux sur trois le sont dès 60 ans?
Maladies sur le meme sujet
Hypertension artérielle

Hypertension artérielle

On parle d'hypertension artérielle lorsque la pression systolique est supérieure à 140 millimètres de mercure (mmHg) et/ou lorsque la pression diastolique est supérieure à 90 mmHg.

Symptômes sur le meme sujet
homme qui tousse

Toux grasse

J’ai une toux avec des expectorations (crachats)
Hypertension

Poussée HTA

Je suis traité(e) pour une hypertension et j’ai une poussée hypertensive