L’hypertension, un tueur silencieux

Dernière mise à jour 18/07/17 | Article
hypertension_tueur_silencieux
Une pression artérielle trop élevée et non traitée expose à des risques sérieux pour la santé. C’est pourquoi, dès 50 ans, on conseille de la contrôler régulièrement.

C’est un geste médical de routine, mais qui a toute son importance. La mesure de la pression artérielle a pour but de dépister une hypertension, un mal qui concerne un tiers de la population suisse, voire deux personnes sur trois après 60 ans. La tension artérielle désigne la pression générée par le sang sur la paroi des artères. Les mouvements de contraction et de relaxation du cœur fournissent l’énergie nécessaire au maintien de cette pression.

Tensiomètres connectés

A l’ère de l’auto-contrôle et du développement de tensiomètres connectés, certains pourraient être tentés de prendre leur tension à tout moment. Mais est-ce vraiment une bonne idée? Pas vraiment: «Les valeurs mesurées ne sont qu’une indication. Pour avoir un sens, elles doivent être reliées au contexte médical du patient et interprétées par un médecin», répond la Dre Fumeaux.

Dépistage en ambulatoire

Physiologiquement, la tension artérielle connaît des fluctuations tout à fait normales. Elle s’abaisse la nuit et augmente rapidement lors d’un effort physique ou sous l’effet du stress. En cas de doute sur sa normalité, un dépistage effectué en ambulatoire peut être préconisé par le médecin. Il s’agit de porter un appareil qui effectuera, en l’espace de 24 heures, une cinquantaine de mesures afin d’avoir une idée plus précise de la tension artérielle.

Urgence

Si vous avez mesuré, à plusieurs reprises, une tension artérielle élevée, y compris dans des moments de calme, et que ces valeurs sont associées à des douleurs dans la poitrine, des maux de tête, des troubles de la vision, d’autres troubles neurologiques ou à un essoufflement, contactez rapidement votre médecin ou rendez-vous aux urgences.

Mesure

Pour connaître cette valeur, il suffit de poser autour du bras un brassard gonflable, relié à ce qu’on appelle un manomètre. Sur l’écran (ou le cadran) du tensiomètre, deux valeurs apparaissent. La première indique la pression maximale dite «systolique», soit le moment où le cœur se contracte et où le sang est éjecté dans les vaisseaux sanguins amenés à se dilater. La seconde indique la pression minimale, dite «diastolique», qui correspond au moment où le cœur se relâche. On parle d’hypertension artérielle lorsque, à la suite de mesures répétées, la pression systolique est supérieure à 140 millimètres de mercure (mmHg) et/ou lorsque la pression diastolique est supérieure à 90 mmHg. «A savoir qu’une pression systolique trop élevée a davantage de conséquences sur la santé», commente la Dre Zina Fumeaux, médecin agréée en néphrologie au Groupement hospitalier de l'ouest lémanique (GHOL). Cette limite est celle à partir de laquelle on envisage l’introduction d’un traitement, chez les hommes comme chez les femmes. En revanche, «des seuils de traitement plus bas existent pour certaines catégories de patients, comme les diabétiques, les insuffisants rénaux et les femmes enceintes», nuance la spécialiste.

Une bombe à retardement

Sournoise, l’hypertension ne provoque aucun symptôme… du moins jusqu’à l’apparition de complications, qui peuvent être graves et tapageuses. «Elles surviennent sur le long cours, parfois après des années d’hypertension», confirme la spécialiste. L’hypertension artérielle est en effet un facteur de risque cardiovasculaire majeur, au même titre que le diabète, le tabagisme et l’excès de cholestérol. Elle a pour conséquence une augmentation du risque d’accident vasculaire cérébral (AVC), d’infarctus du myocarde, d’insuffisance cardiaque ou d’insuffisance rénale. D’où l’importance de la dépister et de la traiter. Chez les personnes en bonne santé, actives physiquement et sans facteurs de risques particuliers, il est conseillé de mesurer sa tension artérielle dès que l’occasion se présente ou au moins une fois par année chez son médecin traitant dès l’âge de 50 ans. Avec l’âge en effet, les vaisseaux sanguins vieillissent, la tension artérielle peut s’élever et les risques pour la santé augmentent. En revanche, des contrôles plus réguliers sont recommandés chez les personnes à risque (diabète, histoire familiale d’hypertension, par exemple) ou présentant des maladies cardiovasculaires.

Traitement impératif

En cas d’hypertension avérée, le médecin préconise en premier lieu une modification de l’hygiène de vie (arrêt du tabac, alimentation équilibrée avec une consommation modérée de sel, activité physique régulière, gestion du stress). Ensuite, le traitement sera adapté en fonction des valeurs de tension artérielle et des facteurs de risques associés. Bien souvent, en plus de ces mesures, la prise de médicaments antihypertenseurs, tout au long de la vie, s’avère nécessaire. Là aussi, le choix des médicaments est individualisé selon les caractéristiques du patient et la survenue éventuelle d’effets secondaires indésirables.

Les origines de l’hypertension

Dans la majorité des cas, il n’y a pas de cause identifiable à la survenue de l’hypertension. On parle alors d’hypertension «essentielle». Dans seulement 5 à 10% des cas, une cause précise en est à l’origine. On parle alors d’hypertension artérielle secondaire. Parmi ces causes, des maladies rénales chroniques ou des tumeurs des glandes surrénales doivent être recherchées, dans certaines situations particulières.

On sait qu’il existe par ailleurs différents facteurs de risque pouvant, à des degrés divers, favoriser une tension élevée. La moitié des hypertendus ont des raisons familiales et génétiques de l’être. Mais l’environnement et le mode de vie ont aussi leur importance. La sédentarité, le tabac, une consommation excessive de sel et d’alcool, un surpoids ou du diabète sont des facteurs favorisants. Il semblerait aussi que les apnées du sommeil aient un impact. Autant de paramètres à évoquer avec son médecin pour éviter d’augmenter ses risques individuels.

________

Paru dans le Quotidien de La Côte le 31/05/2017.

A LIRE AUSSI

Angine de poitrine
Infarctus et attaque cérébrale: les signes d’alarme

Infarctus et attaque cérébrale : les signes d’alarme

Dans les deux tiers des cas à peu près, l’organisme manifeste des signes précurseurs de l’infarctus du...
Lire la suite
Hypertension
effets_hypertension_oeil

Les effets de l’hypertension artérielle sur l’œil

L’hypertension artérielle présente de nombreuses comorbidités, dont des atteintes ophtalmologiques. Observables...
Lire la suite
Hypertension
Quand les reins fonctionnent mal

Quand les reins fonctionnent mal

L’insuffisance rénale chronique est une maladie grave, trop souvent ignorée des patients eux-mêmes car,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
effets_hypertension_oeil

Les effets de l’hypertension artérielle sur l’œil

L’hypertension artérielle présente de nombreuses comorbidités, dont des atteintes ophtalmologiques. Observables pour la plupart par de simples examens du fond de l’œil, ces dernières sont révélatrices du niveau de gravité de la maladie et doivent être prises en charge.
sel_revoir_recommandations

Consommation de sel: faut-il revoir les recommandations?

Tandis qu’on nous répète depuis des années que trop de sel est mauvais pour la santé, une récente étude vient contredire les recommandations en vigueur en concluant au contraire qu’une consommation au-delà du seuil conseillé permettrait de réduire le risque de maladies cardiovasculaires. Alors, on sale ou pas?
piment_prevenir_hypertension

Le piment pourrait aider à prévenir l'hypertension

Alors que l'hypertension devient une menace de plus en plus inquiétante pour la santé mondiale, le rôle potentiellement bénéfique d'aliments épicés vient pour la première fois d'être mis en évidence dans le cerveau.
Videos sur le meme sujet

Le futur de la mesure de la pression artérielle

Bastien Confino s'intéresse à un système qui permet de mesurer la pression artérielle en continu.

La pression artérielle depuis 40 ans

La pression artérielle a globalement baissé au cours de ces 40 dernières années dans les pays développés.

Du nouveau sur l'hypertension

Bastien Confino dévoile une avancée importante en matière d’hypertension.
Maladies sur le meme sujet
Hypertension artérielle

Hypertension artérielle

On parle d'hypertension artérielle lorsque la pression systolique est supérieure à 140 millimètres de mercure (mmHg) et/ou lorsque la pression diastolique est supérieure à 90 mmHg.

Symptômes sur le meme sujet
Hypertension

Poussée HTA

Je suis traité(e) pour une hypertension et j’ai une poussée hypertensive