Diurétiques: traiter l’hypertension par l’urine

Dernière mise à jour 16/01/13 | Article
Diurétiques: traiter l’hypertension par l’urine
De récentes études privilégient une classe particulière de diurétiques, les «thiazide-like», dans le traitement de l’hypertension artérielle et la prévention de complications cardiovasculaires. Explications.

Depuis leur introduction dans les années 1950, les diurétiques thiazidiques jouent un grand rôle dans le traitement de l’hypertension artérielle, un facteur de risque très important dans le développement des maladies cardiovasculaires. Ces diurétiques augmentent l’élimination de l’eau et du sel (sodium) dans les urines, entraînant une baisse de la pression artérielle, ceci en diminuant dans un premier temps le volume sanguin circulant, puis dans un second temps la résistance à l’écoulement du sang. Certains diurétiques ont un mécanisme d’action similaire aux diurétiques thiazidiques, bien que différents sur le plan de leur structure chimique: on parle alors de diurétiques «thiazidique-like». Tous ces diurétiques ont comme avantage d’accroître l’efficacité des autres médicaments antihypertenseurs auxquels ils sont souvent associés.

Les effets indésirables des différentes sortes de diurétiques

Les effets indésirables les plus fréquents de diurétiques thiazidiques sont une perte potentiellement exagérée de potassium dans les urines, avec comme conséquences possibles  une baisse du taux sanguin de potassium, un risque accru de développer des troubles du rythme cardiaque ou un diabète. Les diurétiques thiazidiques peuvent également déclencher des crises de goutte et augmenter, heureusement les plus souvent de manière transitoire, le taux sanguin de cholestérol. Les diurétiques «thiazide-like» ont généralement moins d’effets indésirables, en particulier en ce qui concerne le taux de potassium.

Les diurétiques thiazidiques et «thiazide-like» perdent leur efficacité lorsque la fonction rénale se péjore de façon importante. Il faut avoir recours alors à des diurétiques  agissant à un autre niveau, connus sous l’appellation de diurétiques de l’anse. Ces diurétiques sont très puissants et sont quelquefois très utiles en cas d’hypertension sévère. Il existe aussi des diurétiques qui, tout en accroissant l’élimination urinaire de sodium, permettent de garder inchangé le taux de potassium présent dans l’organisme (diurétiques d’épargne du potassium).

Thiazidique et «thiazide-like», interchangeables?

Parmi ces diurétiques, de nombreux doutes ont subsisté pendant longtemps quant à l’équivalence potentielle entre les thiazidiques et les «thiazide-like». Or de récentes études et essais cliniques recommandent davantage les diurétiques «thiazide-like» tels que la chlortalidone (Hygoton) et l’indapamide (Fludex SR), au détriment des thiazidiques, dont la forme la plus répandue en Suisse est l’hydrochlorothiazide (Esidrex).

Ces études ne sont pas encore très nombreuses mais suggèrent pour certaines une meilleure efficacité de la chlortalidone et de l’indapamide dans l’abaissement de la pression artérielle par rapport à l’hydrochlorothiazide. Il semble qu’un atout majeur des diurétiques «thiazide-like» est leur neutralité par rapport au métabolisme du sucre, ce qui explique un risque moindre de devenir diabétique avec ces médicaments qu’avec un diurétique thiazidique.

On pourrait dès lors se demander si les diurétiques thiazidiques ont encore une place dans le traitement du malade hypertendu. Bien sûr que oui. Leurs effets métaboliques indésirables dépendent clairement de la dose utilisée. Aujourd’hui de faibles doses sont recommandées. En fait de nombreuses préparations disponibles aujourd’hui contiennent deux types de médicaments antihypertenseurs, l’un des composants étant un diurétique thiazidique faiblement dosé. Quant aux diurétiques «thiazidique-like», ils vont très probablement prendre une place croissante dans l’arsenal thérapeutique du malade hypertendu au cours des années à venir.

Référence

Adapté de «Tous les diurétiques sont-ils égaux pour traiter les malades hypertendus?», Prs Bernard Waeber et François Feihl, Division de physiopathologie clinique, CHUV, in Revue Médicale Suisse 2012; 8: 1699-801, en collaboration avec les auteurs. RMS-353

A LIRE AUSSI

Angine de poitrine
Infarctus et attaque cérébrale: les signes d’alarme

Infarctus et attaque cérébrale : les signes d’alarme

Dans les deux tiers des cas à peu près, l’organisme manifeste des signes précurseurs de l’infarctus du...
Lire la suite
Hypertension
effets_hypertension_oeil

Les effets de l’hypertension artérielle sur l’œil

L’hypertension artérielle présente de nombreuses comorbidités, dont des atteintes ophtalmologiques. Observables...
Lire la suite
Hypertension
quatre_choses_hypertension

Quatre choses à savoir sur l’hypertension

L’hypertension artérielle est un problème de santé publique qui touche un tiers de la population suisse,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
LMD_hiver_hypertension

L’hiver aggrave-t-il l’hypertension artérielle?

Et si les saisons influaient sur notre tension artérielle? De plus en plus d’études à travers le monde le confirment. Un constat loin d’être anodin à l’heure où les bouleversements climatiques secouent la planète.
Pratiqué assidûment le sauna allongerait l’espérance de vie

Pratiqué assidûment le sauna allongerait l’espérance de vie

Pris régulièrement – environ une fois par jour –, les bains finlandais diminueraient le risque de mortalité prématurée. Ils constituent en tous les cas une piste pour améliorer sa santé cardiovasculaire.
LMD_hypertension_blouse_blanche

Gare à l’hypertension de la blouse blanche!

Longtemps banalisé, le fait d’avoir une pression artérielle plus élevée chez le médecin qu’à domicile serait loin d’être anodin. De quoi transformer la prise en charge des patients concernés. Explications.
Videos sur le meme sujet

Le rôle du rein dans l'hypertension

Dans le cadre de la journée mondiale de lʹhypertension, Anne Baecher propose de sʹintéresser au rein afin de mieux comprendre son fonctionnement et son rôle dans lʹhypertension.

Lʹhypertension non traitée a fortement progressé dans le monde

LʹOrganisation mondiale de la santé (OMS) vient de publier les résultats de la première analyse mondiale de lʹévolution de la prévalence, de la détection et du traitement de lʹhypertension.

Rencontre avec Antoinette Péchère, une spécialiste de l'hypertension

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.
Maladies sur le meme sujet
Hypertension artérielle

Hypertension artérielle

On parle d'hypertension artérielle lorsque la pression systolique est supérieure à 140 millimètres de mercure (mmHg) et/ou lorsque la pression diastolique est supérieure à 90 mmHg.

Symptômes sur le meme sujet
Hypertension

Poussée HTA

Je suis traité(e) pour une hypertension et j’ai une poussée hypertensive