L’œil, fenêtre ouverte sur les accidents vasculaires du cerveau

Dernière mise à jour 18/06/12 | Article
Œil
Des chercheurs de l’Université de Zurich ont mis au point un test oculaire simple qui pourrait devenir un remarquable outil au service de la santé publique.

Etes-vous exposé à un risque anormalement élevé d’être victime d’un accident vasculaire cérébral? Si oui comment le savoir avant de faire un accident? Une équipe de l’Université de Zurich vient d’élaborer une méthode simple de nature à répondre à cette question; une question essentielle de santé publique. Leur travail est publié dans l’édition de juin d’Ophthalmology, la revue de l'American Academy of Ophthalmology. Il s’agit, schématiquement, d’un  test oculaire permettant de détecter indirectement et a priori de manière fiable les sténoses des artères carotides. Il s’agit là d’une anomalie  (dont l’existence est le plus souvent ignorée) qui a pour effet de réduire ou de bloquer la circulation sanguine artérielle destinée à alimenter les régions antérieures du cerveau; une anomalie qui constitue un facteur de risque bien connu d'accident vasculaire cérébral (AVC). Ce test pourrait être réalisé par des ophtalmologistes lors d’examens de routine.

Dirigée par le Dr Pascal Bruno Knecht  (département d’ophtalmologie, hôpital universitaire de Zurich), l'équipe a utilisé un dispositif (un «tonomètre dynamique de contour») permettant de mesurer l’amplitude de la pression oculaire sanguine. Elle l’a testé sur soixante-sept patients (âge moyen de 67 ans) suspectés de sténose carotidienne. Le score est ici calculé sur la base de la différence entre deux niveaux de pression à l'intérieur de l'œil; ces deux niveaux correspondent aux deux temps du rythme cardiaque: les pressions systolique et diastolique. Le tonomètre mesure les deux niveaux, puis calcule instantanément le score du patient. Postulat: plus le courant sanguin carotidien est réduit par la sténose, plus faible est la différence (le score) entre les deux niveaux de pression.

Et de fait l’étude confirme que les scores les plus bas sont associés aux risques les plus élevés de sténose de la carotide. Les chercheurs ont en effet vérifié chaque cas par examen échographique des carotides. «Nos résultats montrent que l'amplitude des impulsions oculaires est un test de dépistage fiable pour détecter la sténose de l'artère carotide», confirme le Dr Pascal B. Knecht qui souhaite désormais que l’efficacité de ce procédé soit évaluée dans des études plus larges.  

D’autre part, une méta-analyse menée aux Etats-Unis par le groupe d’experts U.S Preventive Services Task Force conclut que l’accès à ce test de dépistage permettrait de réduire considérablement l'incidence des AVC, des crises cardiaques et des décès cardiaques. Mais à la condition que son efficacité soit au minimum de 60%.  Il existe certes des tests qui répondent déjà à cet objectif (angiographie par résonance magnétique ou échographie duplex couleur) mais ils ne sont pas largement disponibles et demeurent très coûteux. On les réserve généralement aujourd’hui aux patients qui présentent déjà des symptômes inquiétants précurseurs d’AVC.

«Les accidents vasculaires cérébraux sont une cause de souffrances particulièrement importantes pour les patients et leurs proches. Ainsi tout ce qui peut être entrepris pour prévenir un AVC est essentiel, commente pour sa part  le Dr Michel Matter, Président de l'association des ophtalmologues de Genève et membre de la North American Neuro-Ophthalmology Society. L'approche de l'équipe zurichoise est particulièrement intéressante. Et les résultats sont très prometteurs.» Pour le Dr Matter, il ne fait aucun doute que d'autres séries de patients devront être recrutés dans de nouvelles études. «La fiabilité des résultats sera capitale, car ce test ne permet pas de poser un diagnostic, mais d'orienter rapidement vers des examens complémentaires qui, eux seuls, permettent de poser le diagnostic et d'établir la prise en charge optimale du patient, explique-t-il. L'intérêt de la communauté scientifique est immense, car des vies pourraient être sauvées, des handicaps lourds évités et des économies de large échelle seraient ainsi possibles.»

Le Dr Matter ajoute que de nombreux tests ont montré des résultats prometteurs, mais sans lendemain. L’objectif est bien ici que cet outil de dépistage soit utilisé dans des études importantes. En conclusion: «Disposer d’un test de routine, bon marché, non-invasif et montrant une fiabilité prouvée, serait une excellente nouvelle pour les patients exposés à des risques vasculaires et les professionnels en charge de leur santé.»

A LIRE AUSSI

Angine de poitrine
Infarctus et attaque cérébrale: les signes d’alarme

Infarctus et attaque cérébrale : les signes d’alarme

Dans les deux tiers des cas à peu près, l’organisme manifeste des signes précurseurs de l’infarctus du...
Lire la suite
Hypertension
effets_hypertension_oeil

Les effets de l’hypertension artérielle sur l’œil

L’hypertension artérielle présente de nombreuses comorbidités, dont des atteintes ophtalmologiques. Observables...
Lire la suite
Hypertension
Quand les reins fonctionnent mal

Quand les reins fonctionnent mal

L’insuffisance rénale chronique est une maladie grave, trop souvent ignorée des patients eux-mêmes car,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
trop_travailler_multiplie_AVC

Trop travailler, ou pas assez, multiplie le risque d’AVC

Une nouvelle étude confirme que travailler plus de 10 heures par jour augmente le risque d’accident vasculaire cérébral (AVC). Une activité professionnelle inférieure à 35 heures hebdomadaires exposerait au même danger. Explications.

Quels dépistages, à quel âge?

A l’heure du dépistage, l’idée n’est pas de passer sous un scanner des pieds à la tête chaque année. L’enjeu: faire «juste» ce qu’il faut quand il faut en tenant compte de ses antécédents et en restant à l’écoute de son corps. Le point avec le Pr Jacques Cornuz, directeur de la Policlinique médicale universitaire de Lausanne.
AVC: les femmes plus vulnérables

AVC: les femmes plus vulnérables

Face à l’accident vasculaire cérébral (AVC), hommes et femmes ne sont pas égaux. Toujours plus nombreuses à être touchées, ces dernières présentent en effet une vulnérabilité particulière. Les explications du Dr Roman Sztajzel, responsable de l’unité Neurologie vasculaire aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
Videos sur le meme sujet

La collaboration EPFL-CRR et les recherches liées aux personnes cérébro-lésées

La Clinique romande de réadaptation (CRR) de Sion est un lieu de soins, mais aussi un espace de recherche, notamment dans le domaine de la récupération après un accident vasculaire cérébral (AVC).

La consommation modérée dʹalcool ne protège pas des AVC

Il nʹest pas rare dʹentendre quʹun ou deux verres dʹalcool par jour, de vin par exemple, protègerait des accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Le nombre de décès par AVC en Europe de l’Ouest ne diminue plus

Le taux de mortalité suite à un accident vasculaire cérébral diminue globalement en Europe, mais se stabilise ou augmente dans certains pays.
Maladies sur le meme sujet
Visage avec fumée

Accident vasculaire cérébral (AVC)

L'AVC, ou "attaque cérébrale", est la conséquence d'un manque d'apport de sang dans le cerveau (obstruction ou rupture d'un vaisseau). Les symptômes ne sont pas toujours réversibles.

Symptômes sur le meme sujet

AVC - Attaque

J'ai mon bras/ma jambe qui ne bouge plus ou ma bouche qui tombe sur le côté