AVC: aider le cerveau à mieux récupérer

Dernière mise à jour 19/09/14 | Article
AVC: aider le cerveau à mieux récupérer
Expérimentée aux Etats-Unis, une nouvelle technique laisse espérer une réduction des séquelles des accidents vasculaires cérébraux.

La technique en question a pour nom «optogénétique». On peut aussi parler de «stimulation cérébrale ciblée». Et les résultats des derniers travaux la concernant laissent espérer qu’elle contribuera à améliorer la récupération des personnes victimes de certains accidents vasculaires cérébraux (AVC): ceux d’origine ischémique, causés non pas par une hémorragie cérébrale, mais par l’oblitération d’une artère assurant la vascularisation d’une région des territoires cérébraux.

Une approche sophistiquée

Les dernières informations dans ce domaine résultent des travaux d’une équipe de chercheurs travaillant à la Stanford University School of Medicine. Leurs conclusions viennent d’être publiées dans les Comptes-rendus de l’Académie nationale américaine des sciences (PNAS)(1).

La technique de l’optogénétique est assez sophistiquée. Elle nécessite notamment d’avoir recours aux techniques de la thérapie génique, afin de rendre les cellules nerveuses sensibles à la lumière. Elle consiste ensuite à stimuler, par laser, la zone du cerveau qui contrôle la motricité. Cette zone est souvent sévèrement touchée après un AVC, ce qui peut entraîner des conséquences sur la motricité, la parole et certaines fonctions intellectuelles.

Neurotrophines

Les chercheurs de Stanford ont testé cette l’optogénétique sur des souris. Leur expérience a permis d’améliorer la circulation sanguine du cerveau et d’augmenter l'expression des neurotrophines, une famille particulière de protéines qui favorisent la survie, le développement et la fonction des cellules nerveuses. La stimulation des cellules nerveuses d’une région cérébrale du cortex (dit cortex moteur primaire) a également favorisé la récupération fonctionnelle et sensori-motrice.

Les conclusions de ces travaux sont très intéressantes, mais il reste toutefois encore bien des étapes à franchir pour que le passage de la souris à l’homme puisse fournir les résultats espérés.

Les auteurs rappellent que cet espoir thérapeutique repose sur la «plasticité» du cerveau, soit sa capacité d’adaptation, voire de modification. On sait ainsi que lorsqu’une zone cérébrale est lésée, le cerveau peut «réparer» les «connexions» pour récupérer la fonction cognitive. C’est là une forme de «recâblage» qui peut prendre des mois ou plus. Pouvoir réduire les délais et augmenter le niveau de récupération est d’ores et déjà une perspective prometteuse.

_________

(1) Un résumé technique (en anglais) de la publication des PNAS est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Hypertension
Quand les reins fonctionnent mal

Quand les reins fonctionnent mal

L’insuffisance rénale chronique est une maladie grave, trop souvent ignorée des patients eux-mêmes car,...
Lire la suite
Cholestérol
Anti-cholestérol «naturels», levure de riz rouge: pas si anodins

Anti-cholestérol «naturels», levure de riz rouge: pas si anodins

Depuis plus de vingt-cinq ans les statines ont été prescrites aux patients présentant un taux de cholestérol...
Lire la suite
Chirurgie cardiaque

Fistule artérioveineuse (dialyse)

La création d'une fistule est le type d'accès vasculaire préféré pour effectuer les dialyses dans le...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Le cœur, pompe autonome mécanique et électrique

Plus que tout autre organe du corps humain, le cœur est vital. L’entraîner en pratiquant une activité physique régulière et en mangeant sainement est utile pour prévenir les maladies qui peuvent le toucher.

Le cerveau, chef d’orchestre de l’organisme

Le cortex cérébral produit à la fois la pensée et la contrôle. Il reçoit et interprète les signaux du corps et commande les organes. Les lésions qui l’affectent peuvent donc avoir de sévères conséquences.

Bienfaits de l'exercice physique: 5 coups gagnants!

Des chercheurs américains et australiens ont mené une analyse approfondie de 174 études prospectives consacrées aux éventuels bienfaits d'une activité physique soutenue. Conclusion? La réduction du risque d'être malade s'applique à cinq maladies chroniques majeures.
Videos sur le meme sujet

Attaques vasculaires-cérébrales: un tueur silencieux

En Suisse, un décès sur trois est dû à un accident vasculaire cérébral et un quart des personnes touchées en meurent. Cette vidéo vous présente la maladie et vous explique comment la prévenir.

Accident vasculaire cérébral

Troisième cause de mortalité après les maladies cardiaques et le cancer, les accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont un problème de santé publique majeur aux conséquences parfois graves.

Attaque cérébrale: un AVC à 40 ans

Chaque année en Suisse, quelque 16 000 personnes sont victimes d’un AVC, soit deux personnes toutes les heures. Les attaques cérébrales sont une des causes les plus fréquentes de handicaps chez les adultes.
Maladies sur le meme sujet
Visage avec fumée

Accident vasculaire cérébral (AVC)

L'AVC, ou "attaque cérébrale", est la conséquence d'un manque d'apport de sang dans le cerveau (obstruction ou rupture d'un vaisseau). Les symptômes ne sont pas toujours réversibles.

Symptômes sur le meme sujet

AVC - Attaque

J'ai mon bras/ma jambe qui ne bouge plus ou ma bouche qui tombe sur le côté