Médecine complémentaire en cas de cancer

Dernière mise à jour 26/04/12 | Article
acupuncture
De nombreux patients atteints d’un cancer et soignés par la médecine conventionnelle fondée sur la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie cherchent des méthodes de traitement complémentaires. Celles-ci ne sont pas censées se substituer à la médecine conventionnelle mais la compléter.

Un texte de la

Parmi les méthodes de traitement complémentaires connues, citons la thérapie au gui, l’homéopathie, l’acupuncture, la médecine traditionnelle chinoise et la médecine naturelle. Quantité de ces médecines non conventionnelles peuvent, certes, améliorer le bien-être des patients et augmenter leur qualité de vie, mais les méthodes de traitement complémentaires ne peuvent influencer ni la multiplication ni l’extension des cellules cancéreuses. Par conséquent, elles ne peuvent pas guérir un patient du cancer.

Groupe d’étude des méthodes parallèles et complémentaires en cas de cancer (SKAK)

Quels sont les bénéfices réels des injections de gui, des préparations vitaminées ou du cartilage de requin dans la lutte contre le cancer? Quels succès ont été prouvés scientifiquement et quels risques et effets secondaires présentent les méthodes de traitement non éprouvées? C’est à ces questions et à d’autres que le Groupe d’étude des méthodes parallèles et complémentaires en cas de cancer (SKAK) tente de répondre sur mandat de la Ligue suisse contre le cancer. Si certaines de ces méthodes de traitement complémentaires peuvent effectivement améliorer le bien-être des patients, d’autres sont peu utiles, voire dangereuses. Dans ces cas-là, il est déconseillé de suivre ces méthodes.
 
Le SKAK a rédigé des fiches d’informations sur différentes méthodes de traitement spécialement à l’attention des patients et de leurs proches:

  • L’Ukrain, un «remède contre le cancer» au coût élevé et à l’efficacité douteuse
  • Un appareil inefficace et des teintures douteuses – la «lutte» contre le cancer d’après Hulda Clark
  • Galavit – un «remède miracle» qui ne résiste pas à l’examen
  • Vitamines et alimentation en cas de cancer

Vous trouverez de plus amples informations sur les méthodes de traitement complémentaires dans la brochure «Parallèles? Complémentaires?».

Glossaire 

Chimiothérapie: Traitement des maladies infectieuses et cancéreuses avec des médicaments qui tuent les agents pathogènes ou les cellules cancéreuses; ce terme désigne le plus souvent le traitement des maladies cancéreuses par cytostatiques; selon l’objectif recherché, on parle de chimiothérapie curative, palliative, adjuvante ou néo-adjuvante.

Radiothérapie: Traitement de maladies, essentiellement cancéreuses, par rayonnement ionisant; on distingue la radiothérapie externe (par un appareil qui produit le rayonnement) de la radiothérapie interne, qui consiste à introduire la substance radioactive dans l’organisme (cf. «brachythérapie»).

Pour en savoir plus...

Plus d'information, ainsi que la brochure sur la médecine complémentaire sont disponibles sur le site de la Ligue suisse contre le cancer (plusieurs langues disponibles): www.liguecancer.ch

Article original: http://www.liguecancer.ch/fr/vivre_avec_le_cancer__/traitements_/medecine_alternative/

A LIRE AUSSI

Cancer des os
Quand le cancer touche les os, il complique les choses

Quand le cancer touche les os, il complique les choses

Vous l’ignorez peut-être, mais la plupart des cancers peuvent se propager dans les os. Une fois que les...
Lire la suite
Dépistage du cancer
J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

L’apparition soudaine d’une grosseur sur la peau, ou juste en dessous, peut sembler très banale à certains...
Lire la suite
Cancer du poumon
De tous les cancers, celui du poumon est le plus mortel

De tous les cancers, celui du poumon est le plus mortel

Ancien gros fumeur, l’ex-footballeur néerlandais Johan Cruyff souffre d’une tumeur aux poumons. Ce cancer...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
radiotherapie_flash_espoir

La radiothérapie FLASH: l’espoir d’une nouvelle arme contre le cancer

Utilisant des faisceaux d’irradiation ultra-brefs, cette technique pourrait venir à bout de certaines tumeurs résistantes aux traitements.
PULS_pathologistes_oncologues

Traitement du cancer: les pathologistes au chevet des oncologues

Plus un jour ou presque ne se passe sans qu’on annonce une «révolution» dans le traitement du cancer.
PULS_bouger_cancer

Bouger malgré le cancer

Le mouvement est un moyen de lutte efficace contre les symptômes provoqués par les cancers et les effets secondaires des traitements. L’encourager, tel est l’objectif du programme Activité physique et cancer des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
Videos sur le meme sujet

Le lien entre microbiote et immunothérapie

Le microbiote, la flore intestinale, n'en finit pas de faire parler de lui.

Les vertus de l'aviron lors d'un traitement contre le cancer

Ramer en rose, c’est le nom d’un projet original et courageux qui a démarré sur le Léman.

La radiothérapie Flash fait son entrée dans le monde médical

Le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) reçoit des spécialistes de la radiothérapie pour un workshop international les 12 et 13 septembre 2018.
Maladies sur le meme sujet
Préparation d'une opération de la vésicule biliaire

Cancer de la vésicule et des voies biliaires

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 310 nouveaux cas de cancer de la vésicule ou des voies biliaires. Le cancer de la vésicule biliaire touche un peu plus souvent les femmes (53 %) que les hommes (47 %). Il survient presque exclusivement à un âge avancé : deux tiers des patients ont 70 ans et plus au moment du diagnostic.

Atteinte de la moelle

Myélome multiple (plasmocytome)

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 560 nouveaux cas de myélome multiple (plasmocytome), ce qui représente environ 1 % de toutes les maladies cancéreuses.

Globules blancs

Lymphome non hodgkinien

Chaque année en Suisse, près de 1450 personnes développent un lymphome non hodgkinien, ce qui correspond à environ 4% de toutes les maladies cancéreuses. 48% des patients ont 70 ans et plus au moment du diagnostic. 54% des personnes touchées sont des hommes, 46% des femmes.