Contre le mélanome, des globules blancs dopés

Dernière mise à jour 31/07/13 | Article
Contre le mélanome, des globules blancs dopés
A Lausanne, des chercheurs débutent un essai clinique dans le traitement du mélanome. Son principe: utiliser une manipulation génétique pour rendre les globules blancs plus efficaces dans leur chasse aux cellules tumorales.

Devant le cancer, le corps se défend, mais généralement pas assez. Renforcer son action de destruction des cellules de la tumeur, c'est la stratégie qu'explorent le professeur Olivier Michielin et son équipe du CHUV et de l'institut suisse de bioinformatique. Un essai clinique démarre à Lausanne en 2013 pour connaître l'efficacité de cette approche contre le mélanome, le cancer de la peau. Explications.

A la base du traitement que vous proposez, il y a les globules blancs

Olivier Michielin: Oui. En résumé, nous prélèverons des lymphocytes T, un type de globule blanc, à des patients qui ont un mélanome, nous les modifierons et nous les leur réinjecterons. Il s’agit d’intégrer un gène à ces cellules; celui-ci leur permet de produire, à leur surface, un récepteur qui les rend efficaces pour détruire les cellules cancéreuses. On voit les premiers effets de cette thérapie après quelques semaines.

Quels sont les patients qui pourront bénéficier de cette technique?

On estime que l'on pourra proposer cette thérapie à une personne atteinte d'un mélanome sur deux. Le patient doit en effet remplir deux conditions: ses cellules cancéreuses doivent produire un certain type de peptide, une suite d'acides aminés que reconnaît le lymphocyte T. Et pour que ce dernier puisse «lire» le peptide, les cellules du patient doivent aussi posséder un certain type de molécule de présentation, la structure qui «amène» le peptide au globule blanc.

Y a-t-il un risque que les globules blancs attaquent les cellules saines?

Non, seules les cellules cancéreuses expriment à leur surface le peptide que nous visons. D’autres cellules peuvent le produire mais elles ne le présentent pas à leur surface et ne sont donc pas visées par le globule blanc.

Quel bénéfice peut-on en attendre de ce traitement?

C'est une piste extrêmement prometteuse. Ces thérapies cellulaires peuvent établir des rémissions complètes de très longue durée, qu'on en vient de plus en plus à appeler des guérisons. Dans certaines thérapies ciblées de réinjection de globules blancs on parvient à éradiquer la tumeur dans 30 à 40% des cas.

A quel rythme démarrez-vous cet essai?

Il concernera d’abord moins d'une dizaine de personnes. Nous souhaitons suivre quelques centaines de patients d'ici quelques années. A Lausanne, ce traitement pourrait rapidement devenir standard.

Ce procédé de thérapie peut-il s'appliquer à tous les cancers?

Probablement, mais la preuve n'en est pas faite. Une efficacité est documentée dans le cas du mélanome. C'est probablement aussi le cas dans le cancer du rein.

Les chercheurs réalisent par ailleurs que des tumeurs qu’ils pensaient insensibles à l'immunothérapie comme le cancer du poumon pourraient en fait bénéficier de ces thérapies. Cette technique de pointe est en développement.

De la sélection naturelle à la sélection informatique

Vincent Zoete est bioinformaticien. Ce spécialiste de la conception de médicaments assistée par ordinateur travaille avec Olivier Michielin pour rendre encore plus efficace les traitements qu’il teste. «Jusqu'à présent, le travail dans cet essai a été réalisé sans utiliser la conception de molécules par l’informatique. Le récepteur que nous intégrons aux globules blancs provient ainsi d'un patient dont les lymphocytes reconnaissaient spontanément la signature du cancer avec succès».

Mais l'idée est d'aller au-delà et de modifier ce récepteur grâce à la bioinformatique pour augmenter encore son pouvoir de reconnaissance des cellules cancéreuses. Et espérer ainsi qu'on augmente la réponse thérapeutique contre le mélanome.

A LIRE AUSSI

Cancer colorectal
L’ail, cette plante aux multiples vertus

L’ail, cette plante aux multiples vertus

Antihypertenseur, mais aussi antibactérien et hypolipémiant (abaisse le taux de cholestérol)… L’ail serait...
Lire la suite
Cancer de l'estomac
Rare en Suisse, le cancer de l’estomac est souvent fatal

Rare en Suisse, le cancer de l’estomac est souvent fatal

Le cancer de l'estomac est souvent diagnostiqué trop tard, car ses symptômes se confondent avec de nombreuses...
Lire la suite
Cancer de la prostate
Témoin de l'effet du cancer de la prostate sur la vie sexuelle

La vie sexuelle après un cancer de la prostate ? Témoignage

La chirurgie du cancer de la prostate a des conséquences physiques et psychologiques. Un homme témoigne...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
soleil_ami_ennemi

Le soleil, ami ou ennemi?

La réputation du soleil évolue au gré des connaissances scientifiques. Si les dangers d’une exposition excessive sont admis, on reconnaît aujourd’hui son influence positive sur la santé, notamment pour nos os, nos muscles et notre humeur. Du soleil, donc, mais pas n’importe comment.
effets_uv_peau

Les effets des UV sur votre peau

Certains le cherchent, d’autres le fuient. Le soleil peut certes être bénéfique, mais il faut tout de même s’en protéger pour préserver sa santé (risque notamment de cancer cutané). Pour savoir comment ses rayons agissent sur notre peau, suivez le guide.
immunothérapie_miracle_mélanome

L’immunothérapie fait des miracles contre le mélanome

Une personne sur cinq en Suisse développe un cancer de la peau au cours de sa vie. Mais de nouvelles thérapies augmentent significativement la survie des patients atteints de mélanome sévère.
Videos sur le meme sujet

Pas de preuve de l'efficacité des crèmes solaires contre le mélanome

Les crèmes solaires ne permettent pas de réduire les risques de mélanomes.

Une journée d'action contre le mélanome

Le mélanome est la forme de cancer de la peau la plus dangereuse.

Crèmes solaires : faux messages et vrais cancers

Nous avons tort de croire que les crèmes solaires protègent du mélanome.
Maladies sur le meme sujet

Mélanome

Le mélanome est un cancer de la peau. Il se développe à partir de grains de beauté qui changent d'aspect (forme, couleur, taille, épaisseur, etc.) ou en l’absence de lésion pré-existante.

Symptômes sur le meme sujet
grain de beauté

Grain de beauté

J’ai un grain de beauté / une tache qui m’inquiète