Psycho-oncologie: accompagner les patients face aux résultats génétiques

Dernière mise à jour 12/06/18 | Questions/Réponses
PULS_psycho-oncologie
Trois questions à la Dre Marta Vitale, psychologue référente du service d’onco-génétique des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

Quels patients rencontrez-vous dans le service d’onco-génétique?

Dre Marta Vitale Les personnes à qui nous offrons un suivi psychologique peuvent consulter pour diverses raisons: certaines ne sont pas malades mais souhaitent clarifier un risque, d’autres se savent déjà porteuses d’une mutation liée au cancer et peuvent par exemple envisager une chirurgie préventive, comme l’ablation des seins ou des ovaires. Nous accompagnons aussi des parents qui ont un projet d’enfant.

Découvrir que l’on porte une mutation qui prédispose à un cancer est-il vécu comme une sorte de condamnation?

Chacun réagit différemment, mais certains patients peuvent rester en état de sidération. C’est une annonce qui peut être très traumatisante, et la présence d’un psychologue dès ce moment-là est importante. Pour certains, porter cette mutation c’est comme avoir déjà la maladie en soi. Nous les aidons donc à dissocier les choses, tout en essayant de montrer les aspects positifs de ce diagnostic.

Comment les proches vivent-ils ce moment?

Faire un test génétique est un choix personnel mais qui en réalité a des implications pour toute la famille, et c’est souvent compliqué. En Suisse, il n’y a pas d’obligation, mais juste une recommandation d’informer les proches concernés. Cela fait reposer une lourde responsabilité sur les patients. Certaines familles en sortent renforcées. Dans certains cas, les situations déjà conflictuelles rendent cette démarche difficile. Notre rôle est d’aider le patient à construire un chemin personnel qui lui permette de faire cette annonce dans les meilleures conditions.

______

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Cancer colorectal
L’ail, cette plante aux multiples vertus

L’ail, cette plante aux multiples vertus

Antihypertenseur, mais aussi antibactérien et hypolipémiant (abaisse le taux de cholestérol)… L’ail serait...
Lire la suite
Cancer de l'estomac
Rare en Suisse, le cancer de l’estomac est souvent fatal

Rare en Suisse, le cancer de l’estomac est souvent fatal

Le cancer de l'estomac est souvent diagnostiqué trop tard, car ses symptômes se confondent avec de nombreuses...
Lire la suite
Cancer de la prostate
Ablation de la prostate: comment faire face à l'incontinence

Ablation de la prostate: comment faire face à l'incontinence

Une infirmière expérimentée donne des conseils pratiques pour prévenir aux mieux les conséquences de...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_pathologistes_oncologues

Traitement du cancer: les pathologistes au chevet des oncologues

Plus un jour ou presque ne se passe sans qu’on annonce une «révolution» dans le traitement du cancer.
PULS_pathologistes_oncologues

Traitement du cancer: les pathologistes au chevet des oncologues

Plus un jour ou presque ne se passe sans qu’on annonce une «révolution» dans le traitement du cancer.
traitements_cancers_equipe

Trouver les clés des traitements des cancers devient un travail d’équipe

L’objectif est d’offrir à chacun la thérapie la mieux adaptée à son cancer.
Videos sur le meme sujet

Cancer: des biomarqueurs pour prédire le succès d'une immunothérapie

La moitié environ des patients atteints d'un cancer ne réagit pas à une immunothérapie tout en en subissant les effets secondaires.

Des cellules souches contre les troubles de l'érection

Souffrir de troubles de l’érection après un cancer de la prostate, en particulier en cas d'ablation de cet organe, est fréquent.

Jumeaux jusque dans la maladie

Si un jumeau développe un cancer, le risque pour l’autre jumeau d’être également atteint d’une forme de tumeur cancéreuse augmente clairement.