La plupart des tumeurs sont opérables

Dernière mise à jour 02/03/12 | Article
En 2011, les HUG ont réalisé quelque 250 interventions grâce à une technologie de pointe.

La chirurgie du cerveau, c’est un monde à part. A peu près chaque millimètre carré de matière grise contrôle une pièce du puzzle organique et psychique composant l’être humain. Au sein d’une telle densité, le neurochirurgien assisté d’un outillage technologique de pointe opère avec d’infinies précautions.

En effet, l’ablation d’une tumeur cérébrale fait l’objet d’une préparation minutieuse. Pour éviter au maximum d’abîmer les tissus qui entourent la partie malade, le patient passe une série d’examens IRM (imagerie par résonance magnétique) destinés à déterminer l’importance et la nature fonctionnelle de la région touchée.

«Ces informations fournissent une excellente indication sur l’opérabilité de la tumeur», explique le Pr Karl Schaller, médecin-chef du service de neurochirurgie.

La bonne nouvelle, c’est que 90% des patients souffrant d’une atteinte tumorale sont opérables. La mauvaise, la tumeur réapparaît à plus ou moins long terme dans la plupart des cas. «Nous avons affaire à une maladie systémique du cerveau. La tumeur, c’est la face visible. Il reste toujours dans les tissus environnants une part invisible impossible à traiter», indique le Pr Schaller.

«En règle générale, plus on enlève de cellules tumorales, meilleures sont les chances de survie du patient et plus les traitements complémentaires sont efficaces», reprend le neurochirurgien. La qualité de l’imagerie médicale joue donc un rôle crucial pour atteindre une précision optimale. Les scanners sont également utilisés pendant l’opération elle-même pour guider la main du spécialiste et lui éviter d’infliger du stress aux tissus sains.

Cerveau

IRM fonctionnelle d’un cerveau (vue de face). La tumeur (en jaune) a partiellement détruit l’aire du langage (en bleu). L’autre hémisphère a compensé la fonction perdue (en rouge).

300 types de tumeurs

Il existe environ 300 types différents de tumeurs classés en plusieurs catégories, dont les plus importantes sont les gliomes et les méningiomes. Les premiers croissent à l’intérieur du cerveau en détruisant les tissus sains. Les seconds poussent depuis l’extérieur, à partir de l’enveloppe méningée. Ils n’envahissent jamais la matière grise, mais la compriment ou l’irritent. En 2011 aux HUG, quelque 250 patients ont été opérés d’une tumeur du cerveau.

En pratique, le neurochirurgien intervient également dans le cas d’urgence, le plus souvent des traumatismes crâniens causés par un accident de la circulation. Lorsque le pronostic vital est en jeu, le premier geste du neurochirurgien consiste souvent à ouvrir la boîte crânienne pour diminuer la pression interne résultant du choc. «Dans ces situations, la préparation est réduite au strict nécessaire. Chaque minute représente une année de vie du patient», rappelle le Pr Schaller.

Source

Pulsations - mars-avril 2012

Article original: http://bookapp.fr/api/hug/viewer/viewer.php?mag=HUGE_123#13

A LIRE AUSSI

Cancer des os
Quand le cancer touche les os, il complique les choses

Quand le cancer touche les os, il complique les choses

Vous l’ignorez peut-être, mais la plupart des cancers peuvent se propager dans les os. Une fois que les...
Lire la suite
Dépistage du cancer
J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

L’apparition soudaine d’une grosseur sur la peau, ou juste en dessous, peut sembler très banale à certains...
Lire la suite
Cancer du poumon
De tous les cancers, celui du poumon est le plus mortel

De tous les cancers, celui du poumon est le plus mortel

Ancien gros fumeur, l’ex-footballeur néerlandais Johan Cruyff souffre d’une tumeur aux poumons. Ce cancer...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
immunotherapie_poumon

L’immunothérapie, une arme contre le cancer du poumon

De tous les cancers, celui qui touche les poumons est le plus mortel. Chaque année en Suisse, 3000 personnes y succombent. L’immunothérapie, visant à renforcer les défenses naturelles, donne à espérer.
cancer_sein_union

Contre le cancer du sein, l’union fait la force

Hétérogène à tous égards, le carcinome mammaire nécessite, pour être soigné, une prise en charge multidisciplinaire et des traitements de plus en plus personnalisés.
interview_andreas_hottinger

«Cela prendra beaucoup de temps, mais on arrivera à venir à bout des tumeurs cérébrales»

Discipline médicale récente, la neuro-oncologie traite les patients souffrant d’une tumeur au cerveau ou de la moelle épinière. Directeur clinique de l’unité de neuro-oncologie du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), Andreas Hottinger est à la pointe dans ce domaine. Son équipe a été très impliquée dans une étude internationale visant à traiter le glioblastome*, un cancer cérébral très agressif, à l’aide d’un champ électrique de faible intensité. Cette technique permet de prolonger la survie de certains patients.
Videos sur le meme sujet

La radiothérapie Flash fait son entrée dans le monde médical

Le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) reçoit des spécialistes de la radiothérapie pour un workshop international les 12 et 13 septembre 2018.

La protonthérapie, des protons contre des tumeurs

L’Institut Paul Scherrer (PSI) inaugure une nouvelle plate-forme de traitement par protonthérapie, le Gantry 3.

Cancer: des biomarqueurs pour prédire le succès d'une immunothérapie

La moitié environ des patients atteints d'un cancer ne réagit pas à une immunothérapie tout en en subissant les effets secondaires.
Maladies sur le meme sujet
Scanner de la tête

Tumeurs cérébrales

Chaque année en Suisse, environ 600 personnes développent une tumeur maligne du cerveau, ce qui correspond à près de 1,5% de toutes les maladies cancéreuses.