Ostéoporose masculine

Dernière mise à jour 30/10/13 | Article
Ostéoporose masculine
Quand on parle d’ostéoporose, on pense souvent que c’est une maladie qui ne concerne que les femmes. Pourtant, à partir de cinquante ans, les hommes ne sont pas épargnés par cette maladie. Des traitements anti-ostéoporotiques sont également efficaces chez l’homme.

L’ostéoporose masculine est une problématique parfois sous-estimée. Actuellement, 4 à 6% des hommes âgés de plus de 50 ans ont de l’ostéoporose et un homme sur cinq de plus de 50 ans présentera dans sa vie une fracture causée par une fragilité osseuse. De plus, 40% des fractures liées à l’ostéoporose surviennent chez des hommes. Les femmes ne sont donc pas les seules à être touchées par ce problème.

De par leur morphologie, les hommes ont des os plus volumineux que les femmes et donc plus résistants. En effet, tout au long de leur vie, les hommes ont une densité minérale osseuse (DMO), à savoir un volume de masse osseuse, plus important que celle des femmes. Par contre, ils voient aussi leur DMO diminuer à partir de 50 ans, en partie à cause d’une baisse de la production de leurs hormones sexuelles.

Cette maladie est d’ailleurs plus souvent fatale chez les messieurs. Leur taux de mortalité est ainsi deux fois plus élevé après une fracture de la hanche que pour les femmes.

Plusieurs facteurs favorisent l’apparition de l’ostéoporose masculine mais les trois plus fréquentes situations où un médecin doit la rechercher sont un antécédent de fracture, un traitement prolongé aux glucocorticoïdes (anti-inflammatoires dérivés de la cortisone), ou encore un traitement anti-androgène (qui bloque l’effet de la testostérone) lors d’un cancer de la prostate. Quant aux médicaments contre l’ostéoporose, bon nombre de ceux prescrits chez les femmes peuvent désormais être proposés chez l’homme.

L’os, plus solide chez l’homme

Diagnostiquer l’ostéoporose

L’os étant fortement minéralisé, la DMO représente un facteur important pour diagnostiquer l’ostéoporose. Il est possible de la mesurer par la densitométrie osseuse, qui envoit des rayons X (en très faible quantité) dans l’os. Plus l’os absorbe leur énergie et plus il est solide. Quand la DMO se révèle être en dessous de la norme statistique par rapport à l’âge et au sexe du patient, on parle d’ostéopénie (fragilité progressive de l’os, stade avant l’ostéoporose), et d’ostéoporose pour des DMO encore plus basses.

Les facteurs de risque de fracture

Une DMO basse ne suffit toutefois pas à diagnostiquer un risque de fracture, d’autres facteurs de risque sont aussi à prendre en compte. Les plus importants sont les suivants :un âge avancé, des antécédents de fracture, une consommation excessive d’alcool ou de cigarettes, un traitement prolongé par cortisone, un antécédent familial de fracture ou encore un faible indice de masse corporelle. Le risque de fracture, lui même influencé par le risque de chute, peut aussi être augmenté avec la prise de certains médicaments comme les antidépresseurs, la morphine ou ceux utilisés pour traiter les ulcères digestifs ou l’insuffisance rénale.

Un calcul mathématique spécifique à chaque pays a été crée pour évaluer le risque de fracture d’un patient sur dix ans, en intégrant tous les facteurs de risque, y compris les maladies qui peuvent causer l’ostéoporose. Selon les résultats, un traitement anti-ostéoporotique sera alors envisagé.

Certaines maladies, à l’origine de l’ostéoporose

Certaines maladies peuvent aussi favoriser le développement d’une ostéoporose, plus souvent encore chez les messieurs. En particulier l’alcoolisme, l’hypogonadisme (la fabrication insuffisante d’hormones reproductives), le diabète, l’l’hypercalciurie (une augmentation anormale de la quantité de calcium excrétée dans l’urine), certains troubles gastro-intestinaux, le VIH ou l’hyperthyroïdie (la production anormale d’hormones thyroïdiennes), mais bien d’autres causes peuvent être identifiées

Traitement de l’ostéoporose

Comme il y a de nombreux médicaments anti-ostéoporotiques, les solutions sont multiples et s’adaptent à la situation du patient. Mais, avant de débuter le traitement, il est vivement recommandé d’arrêter l’alcool et la cigarette. Il est aussi important de corriger le déficit en vitamine D, problème fréquent chez les patients souffrant d’ostéoporose, la vitamine D étant essentielle au bon fonctionnement de l’os.

Les traitements de l’ostéoporose qui diminuent les fractures chez les femmes ont été validés en Suisse chez l’homme après avoir prouvé leur efficacité sur l’augmentation de la DMO. Pour les patients souffrant d’hypogonadisme, les bisphosphonates et le tériparatide sont efficaces. Jusqu’à récemment, il n’existait pas de donnée sur l’effet des traitements anti-ostéoporotiques sur une éventuelle diminution du risque de fracture chez l’homme. C’est désormais le cas avec l’acide zolédronique, efficace également  sur le risque de subir une autre fracture après une fracture de la hanche ou du col du fémur. Il a également été démontré que le dénosumab diminue le risque de fracture vertébrale chez les hommes prenant des anti-androgènes à cause d’un cancer de la prostate.

L’ostéoporose de l’homme est une problématique à ne pas négliger car les fractures que cette situation provoque peuvent s’avérer mortelles. Il est donc important de dépister le plus tôt possible les patients à risque afin de leur proposer une prise en charge adéquate.

Référence 

Adapté de «Ostéoporose chez l’homme», par Dr E. Biver, Dr B. Uebelhart, Service des maladies osseuses, HUG. In Revue médicale suisse 2013; 9: 1260-1264. En collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Cancer de la prostate
Témoin de l'effet du cancer de la prostate sur la vie sexuelle

La vie sexuelle après un cancer de la prostate ? Témoignage

La chirurgie du cancer de la prostate a des conséquences physiques et psychologiques. Un homme témoigne...
Lire la suite
Cancer colorectal
L’ail, cette plante aux multiples vertus

L’ail, cette plante aux multiples vertus

Antihypertenseur, mais aussi antibactérien et hypolipémiant (abaisse le taux de cholestérol)… L’ail serait...
Lire la suite
Cancer de la prostate
Troubles sexuels après une intervention chirurgicale pour un cancer de la prostate

Rétablir la fonction érectile après un cancer de la prostate

Après traitement chirurgical du cancer de la prostate, une rééducation de la fonction érectile doit être...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Troubles sexuels après une intervention chirurgicale pour un cancer de la prostate

Rétablir la fonction érectile après un cancer de la prostate

Après traitement chirurgical du cancer de la prostate, une rééducation de la fonction érectile doit être mise en place. Quelles sont les différentes options?
Un couple dans un champs

Le sexe, une médecine comme les autres? Des vertus thérapeutiques de l'acte amoureux

Le sexe est bon pour la santé. Vous l’ignoriez? C’est sans doute que vous n’avez pas suivi l’actualité d’assez près: si l’on en croit la presse, l’activité sexuelle présenterait plusieurs vertus thérapeutiques (six, huit, dix, seize ou dix-sept, selon les publications). Si l’on en croit les recherches mises en avant par ces articles, le sexe permettrait de brûler des calories, d’évacuer le stress, de dissiper la dépression, de soulager la douleur, de réduire les risques de cancer et de crise cardiaque, d’amoindrir les risques de décès – et permettrait même de réduire la fréquence des bouffées de chaleur chez les femmes ménopausées.
Videos sur le meme sujet

Cancer de la prostate, s'informer pour mieux faire ses choix

Cancer le plus fréquent chez l'homme après 65 ans, il en touche 2700 en Suisse et cause 1300 décès chaque année. Que faire lorsqu'on approche des cinquante ans? Faut-il se faire dépister, et si le test est positif… quelle suite peut-on lui donner? Petit aperçu avec le Dr. Patrice Jichlinski.
Maladies sur le meme sujet
Organes génitaux masculins

Cancer du testicule

Chaque année en Suisse, près de 440 hommes développent un cancer du testicule, ce qui correspond à 2% de toutes les maladies cancéreuses dans la population masculine.

Prostate

Cancer de la prostate

Chaque année en Suisse, environ 6100 hommes développent un cancer de la prostate, qui est le cancer le plus fréquent en général: 30% des cancers chez l’homme sont des cancers de la prostate. Pratiquement tous les patients (99%) ont plus de 50 ans au moment du diagnostic; 47% ont même 70 ans et plus.

emmental

Ostéoporose

L'ostéoporose est une diminution de la qualité de os, le plus souvent chez les femmes ménopausées. Elle est fréquemment responsables de fractures (vertèbres, col du fémur).