Les ados doivent se reposer…

Dernière mise à jour 20/09/12 | Article
Les ados doivent se reposer…
En cette période de rentrée, les adolescents sont souvent paniqués à l’idée de retourner à l’école. Si certains s’en réjouissent, d’autres doivent gérer un stress, parfois lourd à porter. Le Dr Daniel Schechter, pédopsychiatre aux HUG, nous en explique les effets.

La rentrée scolaire est-elle un réel facteur de stress chez les adolescents?

Dr Daniel Schechter: Le retour à l’école, après les vacances, est toujours une période mitigée pour les jeunes. D’un côté, il y a la joie de revoir leurs amis, de se raconter leurs histoires. C’est également le moment de faire de nouvelles rencontres, etc. Mais de l’autre, le fait de devoir reprendre une vie réglée, de se réveiller à l’heure, de devoir faire leurs devoirs, faire face aux évaluations, d’entrer en concurrence avec leurs camarades, tout cela est facteur de stress.

Des situations particulières sont-elles plus enclines à stresser un enfant au sein de l’école?

Tout cela dépend en réalité de chaque individu. Pour les adolescents qui sont généralement mal à l’aise socialement, le rapport avec les autres ou les nouvelles rencontres pourront être difficiles. Tandis que pour d’autres, ce sont les attentes de leur famille sur leurs performances qui pourront les stresser, par exemple.

A partir de quand doit-on prendre au sérieux le stress chez un adolescent?

Il ne faut tout d’abord pas complètement dénigrer le stress. Il peut en effet être positif en agissant comme un stimulant lors de l’apprentissage. Il force également la concentration et donne à certaines personnes le désir de se dépasser. En revanche, lorsque celui-ci devient trop fort et qu’il place les adolescents en souffrance, plusieurs symptômes doivent nous alerter: des troubles du sommeil ou de l’alimentation, des pleurs répétés, de gros problèmes de concentration, l’ennui jour après jour, l’irritabilité fréquente, une anxiété importante, voire le basculement dans la dépression ou la phobie scolaire. Les adolescents ayant une tendance à consommer toutes sortes de stupéfiants auront tendance à en augmenter la prise sous l’effet du stress.

«Les parents doivent tout simplement communiquer avec leurs enfants»

Comment les parents peuvent-ils venir en aide à leur enfant?

Ils doivent avant tout se montrer disponibles et prendre le temps d’observer le comportement de leur adolescent. Même si leurs enfants sont à l’âge où ils ont envie de se débrouiller seuls, les parents ne doivent pas pour autant lâcher leur attention. Prudence tout de même à ne pas devenir intrusif. Les parents doivent tout simplement communiquer avec leur progéniture, essayer de savoir s’ils ont un problème. Par contre, si un enfant ne va vraiment pas bien, qu’il se dispute beaucoup avec ses parents, ceux-ci doivent alors essayer d’en comprendre les raisons en prenant du recul par rapport à la situation. Enfin, les parents ont toujours la possibilité de s’adresser à des professionnels. Le pédiatre dans un premier temps, puis des spécialistes.

Les professeurs ont-il eux aussi un rôle à jouer?

C’est aux parents tout d’abord de s’attacher à rester en communication avec le professeur de leur enfant, son coach sportif, où son répétiteur de piano, par exemple. On ne sait pas toujours en effet si le dialogue est vraiment ouvert entre l’enfant et ses éducateurs. En s’assurant que cela soit le cas, les différents partis pourront alors plus facilement discuter en cas de conflit. C’est une situation difficile à gérer pour les professeurs qui doivent à la fois vérifier l’évolution scolaire d’un élève, ainsi que son bienêtre en général. Et s’ils font face à une situation où les parents ne souhaitent pas collaborer, ils peuvent toujours se tourner vers différents réseaux, tel que l’Office médico-pédagogique à Genève par exemple, pour parler de leurs problèmes.

Un adolescent peut-il se rendre réellement malade à cause du stress?

Le stress peut en effet souvent créer des plaintes somatiques. Un enfant qui a tendance à avoir des maux de tête ou des problèmes digestifs, pourra voir ces troubles s’aggraver. De même, s’il est asthmatique, enclin à des allergies ou à de l’eczéma, il pourra faire des crises plus poussées.

La société dans laquelle on vit est-elle un terreau à enfants stressés?

Nous vivons une époque où tout va de plus en plus vite. Entre les médias, l’échange d’informations, Facebook, les jeux-vidéo ou les emails, les adolescents n’ont plus vraiment le temps de se poser un moment pour réfléchir, être créatif ou trouver le goût de divertissements normaux pour leur âge. Tout est désormais organisé, et cela s’ajoute à une crise économique qui pèse sur leurs parents et qui génère une certaine dose de stress qui se répercutera sur les enfants.

A LIRE AUSSI

Soins du bébé
peau_enfant_benignes

Maladies de peau chez l’enfant: fréquentes et souvent bénignes

On parle souvent d’une «peau de bébé» en référence à une peau douce et parfaitement lisse. Pourtant,...
Lire la suite
Pipi au lit
Maman, j’ai fait pipi dans ma culotte

Maman, j’ai fait pipi dans ma culotte

Les « accidents pipi » durant la journée sont courants lorsque l’enfant apprend la propreté. En revanche,...
Lire la suite
Accidents
guerison_fracture_patience

La guérison d’une fracture demande des mois de patience

Le champion de MotoGP Valentino Rossi a repris la compétition trois semaines après s’être cassé la jambe....
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
meditation_sante_ados

La méditation en pleine conscience pour la santé mentale des ados

Le mindfulness ou méditation en pleine conscience est déjà utilisé dans certains hôpitaux pour aider à la gestion des douleurs et du stress. Peut-elle aussi aider les adolescents à mieux contrôler leurs émotions et à surmonter leur anxiété? C’est ce que vont étudier des médecins et chercheurs lémaniques. Leur projet a reçu l’un des Prix Leenaards 2018 pour la recherche médicale translationnelle.
PS38B_Santé_sexuelle_garçons

Santé sexuelle: il est temps d’en parler avec les garçons

Les garçons sont souvent oubliés quand il s’agit de parler de santé sexuelle et reproductive, alors qu’ils sont tout autant concernés par ces sujets. Pour leur santé et celle des filles, il est nécessaire de mieux les impliquer et de les prendre en considération – un rôle que peuvent jouer les médecins de premier recours et les consultations spécifiques pour adolescents.
MV_aborder_sexualité_ado

Comment aborder la sexualité de son ado?

L’adolescence est la période des premiers émois. Les parents ont un rôle important à jouer à ce moment charnière du développement de leur enfant.
Videos sur le meme sujet

Les ados suisses ne bougent pas assez

Les jeunes Suisses ne bougent pas assez.

Toujours plus de pubertés précoces

L’âge moyen de la puberté ne cesse de s’abaisser. Mais depuis deux décennies, on voit apparaître un nouveau phénomène préoccupant: les fillettes sont de plus en plus nombreuses à présenter des signes pubertaires avant l’âge de 8 ans. On parle de puberté précoce. Les perturbateurs endocriniens sont pointés du doigt.

Dyspraxie: je suis maladroit, et alors?

On connaît la dyslexie et d’autres troubles dys. Mais la dyspraxie est méconnue du grand public et encore incomprise de certains professeurs.
Maladies sur le meme sujet
fiche_maladie_acne

Acné

L’acné est une maladie du follicule sébacé formé par la glande sébacée et le poil. À la puberté, la glande sébacée sécrète du sébum en excès et trop épais, ce qui obstrue son orifice. C’est ce qui s’appelle la séborrhée. Cela provoque alors des comédons ouverts –les fameux points noirs– et des microkystes blancs, aussi appelés comédons fermés. Apparaissent également des pustules et des papules qui sont des petits boutons fermes et lisses.