Trisomie 21: nouveau test

Dernière mise à jour 04/03/13 | Article
Trisomie 21: nouveau test
Disponible depuis l’été dernier, ce dépistage sanguin prénatal offre un avantage, mais comporte plusieurs limites.

Comment connaître le risque de trisomie 21 pour son enfant? Le dépistage du premier trimestre, entre 11 et 13 semaines de grossesse, permet de le calculer en combinant trois paramètres. On tient compte de l’âge de la femme, étant donné que le risque augmente avec les années. On examine l’épaisseur de la nuque du fœtus (clarté nucale) au moyen d’une échographie. On mesure le taux de deux hormones dans le sang maternel. Si la somme de ces trois éléments donne un risque élevé, on peut recourir à une intervention invasive par choriocentèse (prélèvement placentaire par voie vaginale) ou amniocentèse (prélèvement de liquide amniotique) pour analyser les chromosomes du bébé. Depuis peu, un test sanguin peut être proposé dans des situations spécifiques.

Le test est disponible sur le marché suisse depuis août 2012.

Le test est disponible sur le marché suisse depuis août 2012.

© Julien Gregorio / Phovea

Ce dernier, appelé PraenaTest®, est sur le marché en Suisse depuis août dernier. A partir d’une prise de sang de la mère, on analyse l’ADN fœtal libre par la méthode de séquençage à haut débit. «Le grand avantage de ce test est qu’il ne comporte aucun danger pour le fœtus tandis que lors d’une intervention invasive, il y a un risque d’environ 1% de fausse couche», explique la Dre Siv Fokstuen, médecin adjointe au service de médecine génétique. Et d’ajouter: «Ce test s’adresse pour l’instant prioritairement aux femmes avec un risque élevé pour la trisomie 21 lors du dépistage et une échographie normale.»

Plusieurs limites

La spécialiste enchaîne avec les limites: «Ce test ne donne une réponse que sur la trisomie 21, mais aucune sur les autres anomalies chromosomiques ou maladies géniques. En cas de résultat positif, il est actuellement recommandé de confirmer le résultat par une intervention invasive au vue du risque, très faible, de faux positif (0,5%). De plus, ce test ne permet pas d’identifier quelques rares formes de trisomie 21. Enfin, il n’est pas pris en charge par l’assurance maladie et coûte 1500 francs.»

Ce test ne s’adresse pas aux grossesses gémellaires et il ne remplace pas les suivis habituels tels que l’échographie morphologique prévue autour de la 20e semaine de grossesse. Rappelons que, comme l’impose la loi fédérale sur l’analyse génétique humaine, un conseil génétique préalable au test est obligatoire.

Savoir +

Centre d’expertise clinique à la trisomie 21

Tél. 022 379 56 96

Ariane.Giacobino@unige.ch

 

Pulsations - janvier-février 2012

Article original: http://bookapp.fr/api/hug/viewer/viewer.php?mag=HUGE_131#15

A LIRE AUSSI

Soins du bébé
peau_enfant_benignes

Maladies de peau chez l’enfant: fréquentes et souvent bénignes

On parle souvent d’une «peau de bébé» en référence à une peau douce et parfaitement lisse. Pourtant,...
Lire la suite
Accidents
guerison_fracture_patience

La guérison d’une fracture demande des mois de patience

Le champion de MotoGP Valentino Rossi a repris la compétition trois semaines après s’être cassé la jambe....
Lire la suite
Être parent
Vérités sur la croissance

Vérités sur la croissance

Beaucoup de parents se préoccupent de la taille de leur enfant. Comme quantité d’idées reçues circulent...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Tubes d'analyses

Trisomies 13 et 18: grosses divergences sur la «qualité de vie»

S’intéresser aux personnes porteuses d’une anomalie chromosomique n’est jamais une chose très facile. Des chercheurs de Montréal l’ont fait. Ils ont cherché à évaluer de quelle manière les parents perçoivent ce qu’il en est de la «qualité de vie» de leur enfant trisomique. Puis, ils ont fait de même avec les médecins prenant en charge ces mêmes enfants. Les résultats donnent amplement matière à réflexion.
interview_antonarakis_genetique

«Les avancées de la génétique vont changer la pratique de la médecine et l’éthique de la procréation»

Directeur du département de médecine génétique de l’Université de Genève, le professeur Stylianos Antonarakis a étudié les causes de plusieurs maladies héréditaires et découvert des gènes responsables de la trisomie 21. Il retrace son parcours et évoque l’avenir du diagnostic génétique.
Videos sur le meme sujet

L'état de la recherche sur la trisomie 21

Le 21 mars est la Journée mondiale de la trisomie 21 ou syndrome de Down.

Du nouveau dans le domaine de la trisomie 21

Un nouveau pas a été franchi dans l’explication de la trisomie 21, appelée aussi le syndrome de Down, une maladie génétique fréquente.