Adolescents réticents à faire du sport à l’école: comment les encourager?

Dernière mise à jour 24/07/13 | Article
Adolescents réticents à faire du sport à l’école: comment les encourager?
Les cours de gym n’ont pas la cote chez les adolescents. De plus en plus de jeunes se rendent chez le médecin pour demander une dispense d’éducation physique. Pour les encourager à faire du sport, la solution consiste parfois à leur prescrire une activité sportive adaptée à leur condition.

«Monsieur, j’ai une dispense pour la gym, alors je m’en vais.» Les professeurs de gym sont souvent confrontés à ce genre de situation. Pour diverses raisons plus ou moins justifiées, de nombreux adolescents ne veulent pas faire de sport à l’école et réclament une dispense auprès de leur médecin de famille. Il est donc important d’informer ces jeunes des effets positifs d’une activité sportive sur la santé et le médecin devrait les encourager à pratiquer un sport. Selon les cas, il peut prescrire une activité physique plus adaptée à la place du traditionnel cours de gym. Cette solution est acceptée dans certaines écoles post-obligatoires et permet ainsi d’abaisser le nombre de dispenses.

Au travers de deux exemples, nous verrons les situations types auxquelles les médecins sont souvent confrontés.

Le sport à l’école obligatoire et post-obligatoire

L’éducation physique est un cours obligatoire en Suisse et il y a une bonne raison à cela, les effets positifs du sport sur la santé n’étant plus à démontrer. De plus, l’exercice physique permet aussi de réduire le stress et d’améliorer l’image de soi, ce qui peut s’avérer utile pour un adolescent. Une dispense ne doit donc être accordée que dans de rares cas.

Les chiffres montrent que les jeunes filles sont moins motivées par les cours de gym que leurs camarades masculins. Pour motiver ces adolescentes à pratiquer une activité sportive, certaines écoles post-obligatoires du canton de Genève proposent une éducation physique individualisée (EPI). Cette solution offre une alternative intéressante pour ces «réfractaires» au sport. Elle permet aussi de proposer une activité adéquate aux jeunes qui souffrent d’une maladie chronique.

David, jeune asthmatique

Prenons le cas de David*, 14 ans, qui souffre d’asthme d’effort avec des exacerbations saisonnières. Il s’agit d’un type d’asthme très courant chez les enfants qui se manifeste par une crise lors d’un effort physique. Comme David n’a pas pu faire correctement tous les exercices d’athlétisme, il a reçu une mauvaise note. Démotivé car ce n’est pas la première fois que cela arrive, il se rend chez son médecin pour avoir une dispense de gym. Recevra-t-il un certificat médical?

Comme ce jeune contrôle son asthme en prenant son médicament bronchodilatateur avant de faire du sport, il n’y a pas de raison de le dispenser des cours d’éducation physique. Beaucoup de sportifs de haut niveau souffrent de ce type d’asthme et cela ne les empêche pas de pratiquer leur passion. De plus, de nombreux cas de dyspnées (difficultés pour respirer) d’effort sont justement causés par un manque d’entraînement. Le médecin peut donc encourager cet adolescent à continuer les traditionnels cours de gym ou alors adapter certains exercices à sa condition physique.

Marie*, 19 ans

Marie, jeune fille de 19 ans, commence l’an prochain une HES pour devenir assistante sociale. Souffrant de légères lombalgies (douleur chronique aux lombaires), elle souhaiterait être dispensée des cours d’activités physiques. Elle explique aussi au médecin qu’à cause de son léger surpoids, elle a une mauvaise image d’elle-même et qu’elle a trop honte de son corps pour participer aux cours de gym.

Dans cette situation, le problème vient du fait que Marie ne s’accepte pas comme elle est. Le médecin s’attache donc à lui expliquer que le sport peut justement être un bon remède pour l’aider à améliorer sa confiance en elle ainsi que son image d’elle-même. Pratiquer une activité sportive est également bon pour gérer le stress. Ce dernier argument pourrait motiver cette jeune fille à l’aube d’études supérieures. Si son école l’autorise, le médecin peut lui prescrire une EPI et aussi la motiver à pratiquer d’autres activités physiques comme d’effectuer ses trajets à vélo ou en trottinette. Une dispense d’éducation physique n’est en tout cas pas conseillée pour Marie.

Comme c’est le médecin de famille qui reçoit les demandes de dispense, c’est à lui de motiver son jeune patient à faire du sport ou de lui prescrire, selon la situation, une activité physique adaptée à sa condition. La dispense de gym ne doit être envisagée qu’en dernier recours et dans des cas exceptionnels.

* prénoms fictifs

Référence

Adapté de «Prescrire une activité physique adaptée aux adolescents réticents: pourquoi, comment et pour quels bénéfices?», par Dr A. Rieder, Dr M. Haller, Faculté de médecine, Université de Genève, Dr P. Mahler, Service santé jeunesse. In Revue médicale suisse 2013;9:1042-1046, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Être parent
Vérités sur la croissance

Vérités sur la croissance

Beaucoup de parents se préoccupent de la taille de leur enfant. Comme quantité d’idées reçues circulent...
Lire la suite
Accidents
guerison_fracture_patience

La guérison d’une fracture demande des mois de patience

Le champion de MotoGP Valentino Rossi a repris la compétition trois semaines après s’être cassé la jambe....
Lire la suite
Croissance

Des hormones pour grandir

Le retard de croissance des enfants ou des adolescents est parfois dû à un déficit de l’hormone de croissance...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
ados_sexualite_parler

Comment parler de sexualité aux ados?

Période de changements et premiers émois, l’adolescence est une étape sensible. Si le dialogue autour de la sexualité s’avère nécessaire, il n’en reste pas moins complexe. Embarras, pudeur, écart générationnel… Comment instaurer une relation de confiance pour échanger sur ce sujet encore tabou?
«75% des jeunes en souffrance psychique ne sont pas pris en charge»

«75% des jeunes en souffrance psychique ne sont pas pris en charge»

L’adolescence peut être une période éprouvante pour les jeunes et leurs parents. Le Pr Philippe Conus nous aide à comprendre ce passage et à en détecter les risques.
acne_cauchemar_ados

L’acné, le cauchemar des ados

Points noirs, boutons blancs, kystes… L’acné juvénile se décline sous différentes formes et couleurs, mais bouleverse toujours l’estime de soi des adolescents. Tour d’horizon des comportements et traitements pour limiter cette maladie de la peau.
Videos sur le meme sujet

Pourquoi les filles ont-elles moins de poils que les garçons?

Pas de doute, même quand les filles ne s'épilent pas, elles ont généralement moins de poils que les garçons. Mais pourquoi?

Comment la Suisse abandonne ses enfants à l'industrie du tabac

Grâce à la prévention, le nombre de fumeurs diminue en Suisse, sauf chez les jeunes.

Ados, cannabis et expériences psychotiques récurrentes

Diverses études ont démontré des répercussions négatives de la consommation de Marijuana sur le cerveau des adolescents.
Maladies sur le meme sujet
fiche_maladie_acne

Acné

L’acné est une maladie du follicule sébacé formé par la glande sébacée et le poil. À la puberté, la glande sébacée sécrète du sébum en excès et trop épais, ce qui obstrue son orifice. C’est ce qui s’appelle la séborrhée. Cela provoque alors des comédons ouverts –les fameux points noirs– et des microkystes blancs, aussi appelés comédons fermés. Apparaissent également des pustules et des papules qui sont des petits boutons fermes et lisses.