Préparer la naissance de son enfant

Dernière mise à jour 18/11/15 | Article
Préparer la naissance de son enfant
Lors des cours de préparation prénatale, ces phases sont évoquées: grossesse, accouchement et premiers jours avec le bébé.

Malgré l’abondance des articles, des livres et autres témoignages sur le sujet, les cours de préparation à la naissance sont une étape quasi incontournable dans le chemin vers la parentalité. Si bien qu’aujourd’hui, l’offre de cours se diversifie de plus en plus pour répondre au mieux aux attentes des futurs parents. Pour s’y retrouver, il faut d’abord distinguer, dans les cours prénataux en tout genre, deux catégories: les cours plus centrés sur le corporel (préparation en piscine, yoga, haptonomie, etc.) et les cours «de préparation à la naissance» plus classiques donnés aussi par les spécialistes du domaine, notamment les sages-femmes.

Avant tout, ces cours permettent aux parents de s’informer sur la venue d’un enfant, de canaliser leurs peurs et d’échanger avec les autres parents, mais aussi avec les professionnels. C’est l’occasion d’établir un premier lien avec eux et de se retrouver en terrain connu le jour de la naissance, déclare Valérie Klein Besseau, sage-femme coordinatrice à l’Ensemble hospitalier de La Côte (EHC). «Parmi les questionnements les plus courants, on retrouve la peur de l’accouchement, la durée du travail, la gestion de la douleur, la césarienne, l’épisiotomie, etc.», relève la sagefemme.

Au mieux dans son corps et sa tête

Une femme avec un désir d’enfant peut déjà se préparer à une future grossesse. Premièrement, elle peut demander à son médecin de lui prescrire une supplémentation en acide folique pour prévenir les anomalies de la non-fermeture du tube neural (spina bifida). Ce, déjà avant la conception. Le maintien d’une activité physique régulière est également bon pour la santé.

Pour les fumeuses, arrêter sa consommation avant la grossesse, si nécessaire à l’aide d’un médecin, apportera son lot de bénéfices, tant pour elle que pour son enfant une fois la grossesse commencée. Par ailleurs, le tabac a une incidence négative sur la fertilité. Concernant la prise de médicaments, certains (contre l’acné par exemple) sont totalement contre-indiqués durant la grossesse. Là aussi, il est bon d’informer son médecin en cas de projet de grossesse. En ce qui concerne l’immunité enfin, il est très important que les jeunes femmes en âge de procréer soient immunisées contre la rubéole, la rougeole, les oreillons, la varicelle et la coqueluche, des maladies infantiles très contagieuses et aux conséquences sévères chez les femmes enceintes et le fœtus. Il est donc recommandé de faire contrôler son carnet de vaccination pour vérifier sa protection. En cas de doute ou de perte de ce document, un rappel des vaccins pourra être effectué.

On répond à ces questions, mais à bien d’autres aussi, dans des formules qui diffèrent selon les maternités et les cours donnés par des sages-femmes indépendantes. Premièrement, on y donne des informations générales sur la grossesse et sur l’hygiène de vie durant ce temps particulier. «Beaucoup de femmes se demandent ce qu’elles peuvent ou non manger», confirme la spécialiste. Les risques liés à la consommation d’alcool et de tabac, les changements liés à la grossesse (poids, digestion…) sont abordés. On évoque les symptômes anormaux qui doivent pousser à consulter un médecin ainsi que les signes annonçant le début du travail. Quand partir à la maternité est en effet l’une des grandes préoccupations des futurs parents, mais surtout des pères, qui ont peur de ne pas arriver à temps.

Valoriser le rôle du père

En dehors des aspects théoriques, une préparation corporelle est aussi proposée. Cela comprend des exercices de respiration, de gymnastique du périnée –une zone clé chez la femme– pour favoriser l’accouchement, et la présentation des positions favorables à la descente de l’enfant. De même, on montre aux futurs pères les points de massage qui peuvent soulager leur femme durant le travail. «C’est une façon de leur donner une place et de minimiser leur sentiment d’impuissance», commente la sage-femme. Les pères, parfois entraînés aux cours par leurs compagnes, ne sont pas mis à l’écart. A l’hôpital de Morges, une séance de deux heures, donnée par un psychologue, leur est même réservée. «L’accouchement, en particulier, est un moment très stressant pour eux. Ces cours représentent souvent la première phase de concrétisation de la parentalité», explique la sage-femme. On y évoque leurs craintes à l’idée de devenir père.

Avant et après

Les cours en piscine

Garder une activité physique durant la grossesse est conseillé pour rester en forme. Les cours de gymnastique prénatale en piscine sont un bon moyen de rester active tout en se préparant à l’accouchement. On y travaille sa capacité respiratoire, son endurance, le périnée et les mouvements du bassin. Le sentiment d’apesanteur ressenti dans l’eau est généralement très apprécié.

L’haptonomie

L’haptonomie est un autre type d’accompagnement, centré sur le toucher. L’idée est de favoriser le développement de la relation affective entre la mère, le père et l’enfant. Guidés par l’accompagnant (la sagefemme), les parents vont découvrir comment échanger avec leur enfant en mettant en œuvre un «contact psycho tactile plein de tendresse et d’amour», commente Véronique Lécrit, sage-femme haptothérapeute à l’EHC.

Le post-partum

La naissance d’un enfant est un événement merveilleux, néanmoins riche en bouleversements. En marge du suivi à domicile par une sage-femme indépendante, des cours et des espaces de parole en groupe ont été créés pour soutenir et accompagner les jeunes parents durant la période du post-partum. Les cours de massage pour bébé permettent quant à eux de favoriser le lien mère-enfant.

Allaitement

L’arrivée du bébé et les premiers jours qui suivent font également partie du programme. Avec bien sûr un volet sur l’allaitement pour permettre aux futures mères de se positionner en toute tranquillité avant plutôt qu’après l’accouchement, où elles sont fatiguées et sous le coup des émotions. Les soins à l’enfant, le bain, les rythmes de sommeil du nouveau-né ainsi que sa façon de communiquer sont d’autres thèmes abordés.

La visite des salles d’accouchement conclut cette préparation. «Très appréciée, elle suscite parfois de grosses émotions, notamment chez les pères», termine Valérie Klein Besseau.

A LIRE AUSSI

Être parent
Sexualité: quand l’enfant s’éveille

Sexualité: quand l’enfant s’éveille

Les parents se sentent souvent démunis face aux comportements et questions des jeunes enfants qui découvrent...
Lire la suite
Coliques
Bébé

Dix gestes pour apaiser son bébé en cas de coliques ou pour rendre son bébé heureux!

Un bébé qui pleure met ses parents en émoi, les poussant à en chercher la raison: a-t-il faim?
Lire la suite
Haut potentiel
Ces personnes au potentiel hors norme

Ces personnes au potentiel hors norme

Plus qu’un phénomène de librairie, l’intelligence à haut potentiel est une réalité pour environ 2 à 5...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
cotons_tiges

Pas de cotons-tiges dans les oreilles de vos enfants

A moins que votre pédiatre ne vous le recommande, pas besoin de nettoyer l'intérieur des oreilles de vos enfants! Les spécialistes déconseillent fermement l'emploi du coton-tige.
Videos sur le meme sujet

Bébé arrive: le grand chamboulement

La grossesse, l'accouchement et les semaines qui suivent sont faits de bouleversements. Entre changements, peur et bonheur, le point avec l'Antidote.

Tête plate du nourrisson

La plagiocéphalie est un aplatissement de la partie arrière de la tête. Certains des gestes qui permettent d'éviter cette déformation vous sont présentés dans cette vidéo.