Troubles alimentaires: l’adolescence est une période à risques

Dernière mise à jour 24/04/13 | Article
Troubles alimentaires: l’adolescence est une période à risques
L’adolescence est considérée comme une période critique pour le développement des troubles de l’alimentation. Les importants remaniements physiques et psychologiques dont les adolescents font l’expérience ont tendance à les rendre plus fragiles.

En raison des changements considérables qu’ils subissent, les adolescents sont plus sensibles aux influences extérieures et cherchent souvent à se conformer aux canons de beauté véhiculés par les médias, particulièrement exigeants envers les filles. L’enquête épidémiologique SMASH (Swiss Multicenter Adolescent Survey on Health), réalisée en 2004 auprès de 7428 adolescents suisses, a ainsi montré que 70% des filles âgées de 16 à 20 ans souhaitaient maigrir, 20% d’entre elles reconnaissant même être en permanence préoccupées par cette idée. De plus, parmi celles qui voulaient perdre du poids, 30% ont indiqué suivre un régime.

Un nombre croissant de jeunes de poids normal, voire en sous-poids, souhaiterait ainsi maigrir. Or le fait de s’imposer des restrictions fortes peut entraîner chez les jeunes filles des épisodes de fringale, qu’elles vont ensuite tenter de compenser par d’autres privations qui les feront peu à peu basculer dans un trouble alimentaire. L’enquête SMASH a d’ailleurs révélé qu’il arrivait à 16 % des adolescentes de manger énormément sans pouvoir s’arrêter, et cela plusieurs fois par semaine; 3% d’entre elles ont même avoué se faire régulièrement vomir lorsqu’elles avaient trop mangé. Ces chiffres, en augmentation par rapport à une enquête similaire réalisée dix ans auparavant, suggèrent que les troubles alimentaires sont en progression chez les adolescentes en Suisse. Or, si une certaine désorganisation alimentaire peut s’avérer normale à cette période de la vie, et se résorber spontanément avec les années, ces comportements sont tout de même à prendre au sérieux car ils peuvent aussi déboucher sur des pathologies avérées.

A LIRE AUSSI

Accidents
guerison_fracture_patience

La guérison d’une fracture demande des mois de patience

Le champion de MotoGP Valentino Rossi a repris la compétition trois semaines après s’être cassé la jambe....
Lire la suite
Être parent
Vérités sur la croissance

Vérités sur la croissance

Beaucoup de parents se préoccupent de la taille de leur enfant. Comme quantité d’idées reçues circulent...
Lire la suite
Croissance

Des hormones pour grandir

Le retard de croissance des enfants ou des adolescents est parfois dû à un déficit de l’hormone de croissance...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Quand les ados flirtent sur le web

Échanger des photos de son corps érotisé est une pratique désormais fréquente parmi les jeunes. Pour éviter les dérives, la meilleure prévention est d’oser le dialogue.
«75% des jeunes en souffrance psychique ne sont pas pris en charge»

«75% des jeunes en souffrance psychique ne sont pas pris en charge»

L’adolescence peut être une période éprouvante pour les jeunes et leurs parents. Le Pr Philippe Conus nous aide à comprendre ce passage et à en détecter les risques.
Videos sur le meme sujet

Gros plan sur la puberté précoce

Des poils qui apparaissent, des seins qui se mettent à pousser, les règles qui font leur apparition, la voix qui baisse… la puberté est un passage obligé pour chaque personne.

Prise de risque: chercher ses limites

On voit de plus en plus de vidéos sur Youtube ou Facebook qui montrent des comportements à risque. Deux experts nous expliquent pourquoi les jeunes sont attirés par les risques et pourquoi ils ne pensent pas toujours aux conséquences de leurs actes. Ils donnent aussi des pistes pour éviter que ces comportements prennent de mauvaises tournures.

Pourquoi les filles ont-elles moins de poils que les garçons?

Pas de doute, même quand les filles ne s'épilent pas, elles ont généralement moins de poils que les garçons. Mais pourquoi?
Maladies sur le meme sujet
fiche_maladie_acne

Acné

L’acné est une maladie du follicule sébacé formé par la glande sébacée et le poil. À la puberté, la glande sébacée sécrète du sébum en excès et trop épais, ce qui obstrue son orifice. C’est ce qui s’appelle la séborrhée. Cela provoque alors des comédons ouverts –les fameux points noirs– et des microkystes blancs, aussi appelés comédons fermés. Apparaissent également des pustules et des papules qui sont des petits boutons fermes et lisses.