Prévenir le suicide chez les jeunes

Dernière mise à jour 23/04/14 | Article
Prévenir le suicide chez les jeunes
Durant l’adolescence, le mal-être peut être tel que le suicide semble la seule solution pour cesser de souffrir. Pourtant, le suicide des jeunes peut être prévenu, bien avant que survienne la crise suicidaire.

La question du suicide est délicate dans notre société actuelle. Elle va à contresens de notre pulsion intuitive de survie, elle heurte nos croyances religieuses ou notre conception de la vie. La question est d’autant plus difficile lorsque ce sont les jeunes qui, au tout début de leur existence, décident d’y mettre un terme: s’ensuit alors, tant pour l’entourage que pour la société, un lourd questionnement lié à la culpabilité, à l’impuissance et au sentiment d’avoir échoué.

Ces éléments contribuent à l’instauration d’un tabou autour du suicide et d’une crainte d’aborder un sujet d’une telle gravité. Et pourtant, la meilleure façon d’y remédier, c’est justement d’en parler.

Créer un espace de dialogue

La première étape de la prévention passe par des actions de terrain auprès des jeunes et la création d’un espace de dialogue où ils se sentent libres de parler. Cet espace permet de faire réfléchir sur le suicide et de déconstruire les idées reçues (le suicide est un acte lâche ou courageux, les gens voulant se suicider le feront de toute façon, seuls ceux qui sont psychiquement malades se suicident, etc.), mais aussi d’apporter des informations factuelles sur cette problématique.

Aider les jeunes à identifier leurs ressources

Dans cet espace de dialogue, il est fondamental d’aider les jeunes à identifier des ressources susceptibles de les aider à mieux vivre la période chaotique de l’adolescence. Ils pourront ainsi reconnaître les facteurs de risque face au suicide (instabilité familiale, dépendances, abus, violences, mauvaise estime de soi, etc.) ainsi que les facteurs de protection (activités sportives, éducation et scolarité, réseau social, etc.), sur lesquels ils s’appuieront en cas de besoin et ce durant toute leur vie.

Encourager la demande d’aide

Parallèlement à cette réflexion, il est vital d’informer sur les ressources d’aide, souvent mal connues: accueil d’urgence, ligne téléphonique, prise en charge par une institution ou un professionnel de la santé… Il existe en Suisse de nombreuses façons de demander et de recevoir de l’aide, que ce soit au moment de la crise ou bien en amont.

La prévention du suicide passe aussi par la sensibilisation des pairs, qui peuvent, en étant bien informés sur les signaux d’alerte, en encourageant la discussion et en relayant vers les ressources d’aide, devenir aussi acteurs de prévention.

Mesures de protection

Dans un deuxième temps, des mesures pragmatiques à un niveau plus large sont également nécessaires.

Etant donné que la disponibilité d’une méthode (armes, médicaments, etc.) a un effet déterminant sur le passage à l’acte, en particulier pendant un moment de crise, restreindre l’accès à ces méthodes permet d’empêcher le suicide. Ainsi, il est recommandé de n’avoir aucune arme à la maison ou de limiter son utilisation. Il en va de même pour les médicaments qui ne devraient pas être à portée de main des jeunes.

Des mesures publiques devraient également être prises, notamment pour rehausser les barrières des ponts notoires pour leur nombre de suicides et sécuriser les accès trop faciles aux chemins de fer.

Pour trouver de l’aide:

http://www.stopsuicide.ch/site/content/trouver-de-laide

A LIRE AUSSI

Être parent
Sexualité: quand l’enfant s’éveille

Sexualité: quand l’enfant s’éveille

Les parents se sentent souvent démunis face aux comportements et questions des jeunes enfants qui découvrent...
Lire la suite
Coliques
Bébé

Dix gestes pour apaiser son bébé en cas de coliques ou pour rendre son bébé heureux!

Un bébé qui pleure met ses parents en émoi, les poussant à en chercher la raison: a-t-il faim?
Lire la suite
Haut potentiel
Ces personnes au potentiel hors norme

Ces personnes au potentiel hors norme

Plus qu’un phénomène de librairie, l’intelligence à haut potentiel est une réalité pour environ 2 à 5...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
ados_crise

Ados, survivre à leur crise...et à la nôtre

Et si l’adolescence était aussi une période de grande remise en question pour les parents? C’est le postulat de Nino Rizzo, psychologue et psychothérapeute à Genève et auteur de «Parents d’ados. Une crise peut en cacher une autre», aux éditions Médecine & Hygiène. Interview.

Le pédiatre, c’est aussi pour les grands?

Entre 16 et 18 ans, le jeune s’émancipe, sur tous les plans. Et quitte son pédiatre, ce qui se prépare.

L’adolescence, un temps pour expérimenter

L’adolescence est la période des expériences. Pour un jeune, ni plus tout à fait un enfant, ni encore un adulte, c’est un moment privilégié mais difficile, surtout dans le contexte social et professionnel actuel, marqué par des perspectives d’avenir incertaines.
Videos sur le meme sujet

L'adolescence: ce n'est pas une maladie

Comment bien traverser la période de l'adolescence ? Réponses avec le Professeur Pierre-André Michaud.

Prise de risque: chercher ses limites

On voit de plus en plus de vidéos sur Youtube ou Facebook qui montrent des comportements à risque. Deux experts nous expliquent pourquoi les jeunes sont attirés par les risques et pourquoi ils ne pensent pas toujours aux conséquences de leurs actes. Ils donnent aussi des pistes pour éviter que ces comportements prennent de mauvaises tournures.

Obésité: kilos d’ados

L’épidémie d’obésité et d’excès de poids dans son ensemble, touche 20% des enfants et adolescents. 5% des enfants sont obèses.