Le pédiatre, c’est aussi pour les grands?

Dernière mise à jour 11/10/16 | Article
Entre 16 et 18 ans, le jeune s’émancipe, sur tous les plans. Et quitte son pédiatre, ce qui se prépare.

Faut-il, ou non, attendre l’âge adulte pour se tourner vers un médecin de famille? C’est la question posée à la FRC par des parents de jeunes adolescents. Réponses de spécialistes.

A quel âge quitter son pédiatre?

Il n’y a pas de réponse unique. «Cela dépend des ressources médicales de la région, du choix du jeune et de sa famille», explique Nicole Pellaud, médecin et présidente de la Société suisse de pédiatrie. Ainsi, dans les petites localités ou dans les zones non urbaines, les enfants peuvent être suivis par le médecin de famille. En ville, la situation de Genève est représentative: l’hôpital accueille les enfants jusqu’à 16 ans, mais les pédiatres installés soignent souvent les jeunes jusqu’à 18 ans, poursuit la spécialiste. En tous les cas, «tous les pédiatres devraient commencer à autonomiser leurs patients dès 15 ou 16 ans et les aider à faire la transition vers un docteur pour adultes»,  insiste Anne-Emmanuelle Ambresin, médecin qui dirige la Division interdisciplinaire de santé des adolescents au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).

Des contrôles, jusqu’à quand?

La Société suisse de pédiatrie en recommande jusqu’à l’adolescence. Ils sont réguliers jusqu’à 4 ans puis interviennent à 6, 10, 12 et 14 ans. Ils sont l’occasion de détecter une maladie au retentissement faible liée au développement (puberté retardée ou précoce, scoliose de la jeune fille), psychologiques (dépression, troubles du sommeil, abus de substance, d’écrans), de décrochage scolaire ou certaines maladies chroniques, explique Nicole Pellaud.

Un contrôle chez son pédiatre à l’entrée dans l’adolescence permet aussi au spécialiste d’expliquer au jeune qu’il a droit, en général dès 13-14 ans, à la confidentialité dans ses échanges avec lui, explique Anne-Emmanuelle Ambresin. Parents, ne paniquez pas: à cet âge, le pédiatre voit son patient seul une  dizaine  de  minutes,  puis vous accueille pour le restant de la consultation.

Les adolescents ont-ils leurs médecins?

La médecine des adolescents est une discipline en soi à laquelle sont formés des pédiatres et des médecins pour adultes. Elle traite principalement des troubles spécifiques qui concernent environ un adolescent sur dix, détaille Anne-Emmanuelle Ambresin: troubles alimentaires, psychologiques, dépendances, questions d’identité sexuelle ou de genre, notamment. «Parfois, les situations sont si complexes que les pédiatres sont heureux de pouvoir diriger leurs patients vers ces spécialistes»,  remarque Nicole Pellaud.

Une médecine spécifique

Spécialiste de la santé des adolescents, Anne-Emmanuelle Ambresin le rappelle: cette période de la vie comprend des étapes typiques de développement que les pédiatres devraient connaître aussi bien que celles du jeune enfant. «On stigmatise les crises et la turbulence chez ces jeunes, mais ils se trouvent dans une phase de croissance accélérée, munis d’un système de contrôle des émotions encore immature. C’est comme piloter une voiture lancée à pleine vitesse, mais sans freins. Cela ne déresponsabilise pas les individus, mais une partie de leur comportement s’explique par ces éléments de leur développement.» Quand les pédiatres installés font l’effort d’accueillir les jeunes en prenant en compte ces facettes, les adolescents y sont sensibles et se rendent plus volontiers aux rendez-vous, conclut-elle.

A LIRE AUSSI

Être parent
Vérités sur la croissance

Vérités sur la croissance

Beaucoup de parents se préoccupent de la taille de leur enfant. Comme quantité d’idées reçues circulent...
Lire la suite
Accidents
guerison_fracture_patience

La guérison d’une fracture demande des mois de patience

Le champion de MotoGP Valentino Rossi a repris la compétition trois semaines après s’être cassé la jambe....
Lire la suite
Croissance

Des hormones pour grandir

Le retard de croissance des enfants ou des adolescents est parfois dû à un déficit de l’hormone de croissance...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
ados_sexualite_parler

Comment parler de sexualité aux ados?

Période de changements et premiers émois, l’adolescence est une étape sensible. Si le dialogue autour de la sexualité s’avère nécessaire, il n’en reste pas moins complexe. Embarras, pudeur, écart générationnel… Comment instaurer une relation de confiance pour échanger sur ce sujet encore tabou?
«75% des jeunes en souffrance psychique ne sont pas pris en charge»

«75% des jeunes en souffrance psychique ne sont pas pris en charge»

L’adolescence peut être une période éprouvante pour les jeunes et leurs parents. Le Pr Philippe Conus nous aide à comprendre ce passage et à en détecter les risques.
acne_cauchemar_ados

L’acné, le cauchemar des ados

Points noirs, boutons blancs, kystes… L’acné juvénile se décline sous différentes formes et couleurs, mais bouleverse toujours l’estime de soi des adolescents. Tour d’horizon des comportements et traitements pour limiter cette maladie de la peau.
Videos sur le meme sujet

Pourquoi les filles ont-elles moins de poils que les garçons?

Pas de doute, même quand les filles ne s'épilent pas, elles ont généralement moins de poils que les garçons. Mais pourquoi?

Comment la Suisse abandonne ses enfants à l'industrie du tabac

Grâce à la prévention, le nombre de fumeurs diminue en Suisse, sauf chez les jeunes.

Ados, cannabis et expériences psychotiques récurrentes

Diverses études ont démontré des répercussions négatives de la consommation de Marijuana sur le cerveau des adolescents.
Maladies sur le meme sujet
fiche_maladie_acne

Acné

L’acné est une maladie du follicule sébacé formé par la glande sébacée et le poil. À la puberté, la glande sébacée sécrète du sébum en excès et trop épais, ce qui obstrue son orifice. C’est ce qui s’appelle la séborrhée. Cela provoque alors des comédons ouverts –les fameux points noirs– et des microkystes blancs, aussi appelés comédons fermés. Apparaissent également des pustules et des papules qui sont des petits boutons fermes et lisses.