Le pédiatre, c’est aussi pour les grands?

Dernière mise à jour 11/10/16 | Article
Entre 16 et 18 ans, le jeune s’émancipe, sur tous les plans. Et quitte son pédiatre, ce qui se prépare.

Faut-il, ou non, attendre l’âge adulte pour se tourner vers un médecin de famille? C’est la question posée à la FRC par des parents de jeunes adolescents. Réponses de spécialistes.

A quel âge quitter son pédiatre?

Il n’y a pas de réponse unique. «Cela dépend des ressources médicales de la région, du choix du jeune et de sa famille», explique Nicole Pellaud, médecin et présidente de la Société suisse de pédiatrie. Ainsi, dans les petites localités ou dans les zones non urbaines, les enfants peuvent être suivis par le médecin de famille. En ville, la situation de Genève est représentative: l’hôpital accueille les enfants jusqu’à 16 ans, mais les pédiatres installés soignent souvent les jeunes jusqu’à 18 ans, poursuit la spécialiste. En tous les cas, «tous les pédiatres devraient commencer à autonomiser leurs patients dès 15 ou 16 ans et les aider à faire la transition vers un docteur pour adultes»,  insiste Anne-Emmanuelle Ambresin, médecin qui dirige la Division interdisciplinaire de santé des adolescents au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).

Des contrôles, jusqu’à quand?

La Société suisse de pédiatrie en recommande jusqu’à l’adolescence. Ils sont réguliers jusqu’à 4 ans puis interviennent à 6, 10, 12 et 14 ans. Ils sont l’occasion de détecter une maladie au retentissement faible liée au développement (puberté retardée ou précoce, scoliose de la jeune fille), psychologiques (dépression, troubles du sommeil, abus de substance, d’écrans), de décrochage scolaire ou certaines maladies chroniques, explique Nicole Pellaud.

Un contrôle chez son pédiatre à l’entrée dans l’adolescence permet aussi au spécialiste d’expliquer au jeune qu’il a droit, en général dès 13-14 ans, à la confidentialité dans ses échanges avec lui, explique Anne-Emmanuelle Ambresin. Parents, ne paniquez pas: à cet âge, le pédiatre voit son patient seul une  dizaine  de  minutes,  puis vous accueille pour le restant de la consultation.

Les adolescents ont-ils leurs médecins?

La médecine des adolescents est une discipline en soi à laquelle sont formés des pédiatres et des médecins pour adultes. Elle traite principalement des troubles spécifiques qui concernent environ un adolescent sur dix, détaille Anne-Emmanuelle Ambresin: troubles alimentaires, psychologiques, dépendances, questions d’identité sexuelle ou de genre, notamment. «Parfois, les situations sont si complexes que les pédiatres sont heureux de pouvoir diriger leurs patients vers ces spécialistes»,  remarque Nicole Pellaud.

Une médecine spécifique

Spécialiste de la santé des adolescents, Anne-Emmanuelle Ambresin le rappelle: cette période de la vie comprend des étapes typiques de développement que les pédiatres devraient connaître aussi bien que celles du jeune enfant. «On stigmatise les crises et la turbulence chez ces jeunes, mais ils se trouvent dans une phase de croissance accélérée, munis d’un système de contrôle des émotions encore immature. C’est comme piloter une voiture lancée à pleine vitesse, mais sans freins. Cela ne déresponsabilise pas les individus, mais une partie de leur comportement s’explique par ces éléments de leur développement.» Quand les pédiatres installés font l’effort d’accueillir les jeunes en prenant en compte ces facettes, les adolescents y sont sensibles et se rendent plus volontiers aux rendez-vous, conclut-elle.

A LIRE AUSSI

Croissance

Des hormones pour grandir

Le retard de croissance des enfants ou des adolescents est parfois dû à un déficit de l’hormone de croissance...
Lire la suite
Haut potentiel
Ces personnes au potentiel hors norme

Ces personnes au potentiel hors norme

Plus qu’un phénomène de librairie, l’intelligence à haut potentiel est une réalité pour environ 2 à 5...
Lire la suite
Coliques
Bébé

Dix gestes pour apaiser son bébé en cas de coliques ou pour rendre son bébé heureux!

Un bébé qui pleure met ses parents en émoi, les poussant à en chercher la raison: a-t-il faim?
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
ados_crise

Ados, survivre à leur crise...et à la nôtre

Et si l’adolescence était aussi une période de grande remise en question pour les parents? C’est le postulat de Nino Rizzo, psychologue et psychothérapeute à Genève et auteur de «Parents d’ados. Une crise peut en cacher une autre», aux éditions Médecine & Hygiène. Interview.
sport_adolescence

Sport à l’adolescence: les bienfaits sans les dangers

Maintenir une activité sportive à l’adolescence est un bon investissement pour sa santé future, à condition de ne pas tomber dans l’excès.

L’adolescence, un temps pour expérimenter

L’adolescence est la période des expériences. Pour un jeune, ni plus tout à fait un enfant, ni encore un adulte, c’est un moment privilégié mais difficile, surtout dans le contexte social et professionnel actuel, marqué par des perspectives d’avenir incertaines.
Videos sur le meme sujet

Tout sur l'acné

L'acné est une affection bénigne, mais ô combien désagréable.

La dysmorphophobie ou la peur d'être difforme

Anne Baecher se penche sur un mal-être fréquent et pourtant méconnu: la dysmorphophobie.

L'adolescence: ce n'est pas une maladie

Comment bien traverser la période de l'adolescence ? Réponses avec le Professeur Pierre-André Michaud.