Crise suicidaire chez l’adolescent: quelle prise en charge?

Dernière mise à jour 28/04/14 | Article
Crise suicidaire chez l’adolescent: quelle prise en charge?
Quand pensées noires, comportements à risque et tentative de suicide surviennent dans la vie d’un adolescent, comment l’aider et vers qui se tourner? Quelles prises en charge existe-t-il? Exemple à Genève.

Une fois que la crise suicidaire surgit, il est fondamental d’aider le jeune en souffrance afin d’éviter un passage à l’acte. Dans le canton de Genève, l’Unité de crise du service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) propose plusieurs sortes de prises en charge selon la nature de la crise, l’imminence des besoins du jeune et ses ressources.

Tout d’abord, le Centre d’étude et de prévention du suicide (CEPS) permet, grâce à sa ligne d’écoute permanente et ses consultations, d’informer et d’orienter le jeune et son entourage vers le système de soin qui leur convient le mieux. L’approche du CEPS, ambulatoire, permet d’établir un lien avec les jeunes, de porter une appréciation clinique et de les soutenir dans l’organisation d’un suivi.

Le Centre de traitement ambulatoire intensif (CTAI) offre, quant à lui, une prise en charge semi-hospitalière pour les personnes ayant besoin de soins importants mais ne désirant pas se séparer de leur famille ou s’absenter totalement de l’école.

Quand une hospitalisation est nécessaire, l’unité des Lits de crise permet aux adolescents de s’extraire de leur milieu pour une durée décidée avec le jeune et sa famille, et de bénéficier d’un dispositif attentionnel important, en collectivité.

Dans tous les cas, les urgences de l’hôpital cantonal sont de première indication en cas de crise suicidaire imminente et de risque suicidaire élevé.

Que faire face à un refus d’aide?

La première étape dans toute prise en charge est d’engager le jeune qui souhaite se retirer du monde dans une relation avec un professionnel de la santé, quel qu’il soit. Il arrive que le jeune refuse dans un premier temps d’être aidé. Ce refus, caractéristique de l’adolescence, doit être entendu, mais travaillé: il est important de faire entendre au jeune que ce refus se retourne contre lui et le dessert.

Ecouter et aider à parler

Les adolescents présentant des envies suicidaires ont souvent l’impression de ne pas être entendus ni reconnus dans leur mal-être. Ils peinent même parfois à exprimer ce qu’ils ressentent. Les écouter, c’est aussi les aider à mettre des mots sur les choses et à identifier ce qu’ils veulent changer à travers cette crise. Les thérapies individuelles et les groupes de parole constituent de fait une étape essentielle du suivi.

Travailler avec la famille

La famille joue un rôle fondamental dans la prise en charge de la crise de l’adolescent: elle est non seulement une référence essentielle pour l’enfant qui grandit, mais exerce également sur lui une forte influence. Elle peut être source, pour le jeune, d’angoisses de perte, de rejet ou d’abandon. Le sentiment de ne pas être entendu peut aussi être lié à une communication brisée avec les parents: il s’agit alors de rétablir une meilleure relation grâce à un travail fait en parallèle avec la famille.

Transformer la crise

Au fur et à mesure que la prise en charge progresse, les professionnels vont aider les jeunes à découvrir leurs propres ressources et explorer avec eux ce qu’ils aiment, ce qui les fait rêver, ce qu’ils espèrent de la vie. La crise suicidaire est, comme toute crise, une opportunité de changer qu’il faut saisir et à laquelle on peut donner du sens: on encourage donc les jeunes à la transformer en quelque chose de positif, comme un projet personnel, pour tenter autre chose.

Pour en savoir plus

HelpAdoLine du CEPS (24h/24)

022 372 42 42

Pour les jeunes, les proches et les professionnels.

A LIRE AUSSI

Être parent
Sexualité: quand l’enfant s’éveille

Sexualité: quand l’enfant s’éveille

Les parents se sentent souvent démunis face aux comportements et questions des jeunes enfants qui découvrent...
Lire la suite
Coliques
Bébé

Dix gestes pour apaiser son bébé en cas de coliques ou pour rendre son bébé heureux!

Un bébé qui pleure met ses parents en émoi, les poussant à en chercher la raison: a-t-il faim?
Lire la suite
Haut potentiel
Ces personnes au potentiel hors norme

Ces personnes au potentiel hors norme

Plus qu’un phénomène de librairie, l’intelligence à haut potentiel est une réalité pour environ 2 à 5...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
ados_crise

Ados, survivre à leur crise...et à la nôtre

Et si l’adolescence était aussi une période de grande remise en question pour les parents? C’est le postulat de Nino Rizzo, psychologue et psychothérapeute à Genève et auteur de «Parents d’ados. Une crise peut en cacher une autre», aux éditions Médecine & Hygiène. Interview.

Le pédiatre, c’est aussi pour les grands?

Entre 16 et 18 ans, le jeune s’émancipe, sur tous les plans. Et quitte son pédiatre, ce qui se prépare.

L’adolescence, un temps pour expérimenter

L’adolescence est la période des expériences. Pour un jeune, ni plus tout à fait un enfant, ni encore un adulte, c’est un moment privilégié mais difficile, surtout dans le contexte social et professionnel actuel, marqué par des perspectives d’avenir incertaines.
Videos sur le meme sujet

L'adolescence: ce n'est pas une maladie

Comment bien traverser la période de l'adolescence ? Réponses avec le Professeur Pierre-André Michaud.

Prise de risque: chercher ses limites

On voit de plus en plus de vidéos sur Youtube ou Facebook qui montrent des comportements à risque. Deux experts nous expliquent pourquoi les jeunes sont attirés par les risques et pourquoi ils ne pensent pas toujours aux conséquences de leurs actes. Ils donnent aussi des pistes pour éviter que ces comportements prennent de mauvaises tournures.

Obésité: kilos d’ados

L’épidémie d’obésité et d’excès de poids dans son ensemble, touche 20% des enfants et adolescents. 5% des enfants sont obèses.